Femmes debout (5)

09/06/2008

N.B

Je tiens à préciser que la cinquième partie de ce document fait sur Dailymotion l’objet d’une censure. Le site en question exige une inscription pour pouvoir visionner ce qu’il considère comme le contenu explicite de cette vidéo, nuisible selon lui pour les plus jeunes.

Publicités

4 Réponses to “Femmes debout (5)”

  1. wildo Says:

    Je pense qu’il serait bon d’obliger Daily Motion à libérer littéralement cette 5ème partie …
    On va leur écrire. Contenu explicite : ici il est dit ce qu’est un discours ouvertement misogyne, comment le viol sur un plateau tv est traité par dessus la jambe – il y a dans cette partie effectivment les traces explicites de la misogynie décomplexée – donc bien au contraire, il faut que les jeunes regardent ce genre de film plutôt que d’aller sur Redtube.

  2. wildo Says:

    Censuré … entres autres a cause de l’extrait de « Scum manifesto » de Solanas? ;-)
    Au début de cette 5ème partie on trouve des extraits du film de Carole Rossopoulos « Maso et Miso vont en bateau » – ce film est introuvable sur le net et c’est bien dommage – je l’ai vu projeté au ciné club de la Fémis l’année dernière et c’est tout simplement incroyable … un vrai témoignage de ce que les hommes étaient capable de se permettre en parlant des femmes … un vrai document anthropologique !!!!
    La salle était sidérée …
    Aujourd’hui la misogynie à l’écran est omniprésente mais amenée de façon beaucoup plus perverse, moins frontale donc plus toxique encore … les émissions de Ruquier sont un très bon exemple ainsi que les choix des séries Tv …
    Les séries, les émissions, les dossiers sur les sérials killer explosent littéralement, transfomant les prédateurs en héros et sujet de facination collective … Le serial violeur/killer est intelligent, pragmatique appliqué, propre, méthodique, il fait sa guerre chirurgicale, il débarrase le monde d’une mère abusive, d’un pouffiasse insolente, ou encore d’une femme qui lui aurait manqué de respect …
    C’est cela le message que l’on fait passer implicitement …
    L’audio visuel distille goutte à goutte la notion constante de menace sur les femmes … sans offrir de contre discours – le foot d’un côté – les femmes violables, de l’autre … en gros le shéma sexiste à l’écran se partage comme ça … les femmes a qui le PAF donne le plus volontiers la paroles sont les jeunes filles qui veulent être actrices de porno, les femmes qui vivent avec des mecs sortis de l’âge de pierre (et a qui la coach ne dira jamais de se casser ) … et de façon générale les artises et les écrivaines qui ne mettent pas la patriarcat en danger …

    le lien vers le détail du contenu du doc
    maso et miso :
    http://www.newmedia-art.org/cgi-bin/show-oeu.asp?ID=O0019340&lg=FRA

    je met un extrait :

    Réalisation: Carole Roussopoulos, Delphine Seyrig, Ioana Wieder, Nadja Ringart

    Production : Les muses s’amusent

    Piratage humoristique d’une émission de Bernard Pivot recevant Françoise Giroud.

    En 1975, à l’occasion de l’Année internationale de la Femme, Bernard Pivot invite Françoise Giroud, Secrétaire d’Etat à la condition féminine à commenter cette année au cours d’une émission dont le titre est «L’année de la femme, ouf! c’est fini.»
    Le principe de l’émission de Pivot est simple. Après avoir montré des interviews de plusieurs personnalités publiques: José Arthur, journaliste radio; Marcel Julian, PDG d’Antenne 2; Pierre Belemarre, journaliste Jaques Martin, animateur télé; Marc Féraud, couturier; Marc Linski, navigateur, Alexandre Sanguinetti; président de la chambre des députés, ou encore Christian Guy, chroniqueur gastronomique, il invite Françoise Giroud à commenter les propos tenus. Celle-ci voulant faire bonne figure se drape dans une attitude semi-mondaine, tentant de jouer sur l’humour pour fuir les questions.

    C’est ainsi que l’on entend Françoise Giroud dire à un Bernard Pivot étonné «Oui les femmes ont une attitude de persécutées.» Lorsque le navigateur Marc Linski évoque «cette gangue dont fait partie la femme à terre.» Françoise Giroud sourit finement et laisse tomber: «Vous savez, il y a des femmes qui aiment les misogynes».

    À la fin de l’émission, Bernard Pivot demande à Françoise Giroud un dernier mot. Celle-ci hésite beaucoup, cherche ses mots «Comment dit-on déjà…» Puis lance fièrement «Le combat continue, camarade»

    Après avoir visionné et enregistré l’émission, les Insoumuses, groupe de femmes féministes, décident d’en faire une parodie en vidéo tel un droit de réponse. Les Insoumuses introduisent en contrepoint les pancartes de la manifestation du 8 mars 1975 contre l’instauration de l’année de la femme décidée par l’ONU: «Menu ONU, 1974 Faim, 1975 Femme, 1976 Fromage ou dessert» Elles réagissent directement aux images et propos en intégrant leurs commentaires, leurs rires et des chansons, en réponse à certains passages.

  3. Emelire Says:

    super ces films, je les avais vus une fois déjà, mais on redécouvre et on boit ces paroles. Merci de les rendre encore + accessibles sur ton blog. On se sent moins seule ! ;o)

  4. wildo Says:

    Un autre truc qui me traverse l’esprit : les femmes interrogées dans ce film parlent de groupes de conscience mis en place à l’époque – je pense qu’un blog comme celui de MauvaiseHerbe est exactement dans cette dynamique là – une dynamique de conscientisation … c’est sa qualité essentielle ;-)


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s