Le mythe de l’égalité-déjà-là: un poison !

01/08/2008

conférence de Christine Delphy
Le mythe de l’égalité-déjà-là: un poison !

Publicités

39 Réponses to “Le mythe de l’égalité-déjà-là: un poison !”

  1. Mistral Says:

    http://www.redacbox.fr/Blog/2008/07/la-notion-de-femme-en-danger-enfin-prise-en-compte/#comment-8637
    Ca peut vous interresser les filles …

    le reste aussi d’ailleurs :)

  2. jevoudraisvivrelibreetegale Says:

    j’ai pas pu voir la vidéo snif mais le poison je l’ai vu.

    Le lien, j’aime bien ce vu’il énonce et son dicours, je me permettrais juste de râler sur l’animalité dont certains se servent par ailleurs désolée.

    Mais je ne savais pas qu’els réfléchissaient à cela.

  3. semaphore Says:

    Merci pour cette conférence!

    Merci à Christine Delphy pour son humour qui seul sauve de l’accablement face au déni constant de nos légitimes revendications féministes, face à l’étroitesse d’une pensée sexiste,hétéronormée, androcentrée, phallocrate qui de la mauvaise foi fait son fer de lance.

    Les herses du déni sont hautes mais la pertinence alliée à l’intelligence amusée devant tant de balivernes savent contourner les contre vérités viriarcales avec aissance.

    Je vais le poster sur l’archipel rubrique : Trousse de premiers secours!
    Soins d’urgence!

  4. semaphore Says:

    Bel antidote!
    Christine Delphy est un antidote à la morosité!

  5. Lory Says:

    Pour moi, à partir du moment où elle parle de l’immigration, c’est « niet ».

    Nous avons déjà un mal phénoménal à maintenir nos acquis, à ne pas regresser, et Delphy l’explique très bien et de manière limpide tout au long de son discours jusqu’à l’immigration.

    Nous n’arriverons pas à tirer vers le haut les soit-disant féministes indigènes, c’est elle qui nous tirerons vers le bas. C’est inconciliable et Delphy ne donne aucune solution susceptible de garantir quoi que ce soit.

  6. semaphore Says:

    Mon enthousiasme ne se départit de mes propres indispositions également, qui ne sont celles de Lory, elles concernent la question de la prostitution et des divergences « féministes », mis entre guillemets car je ne peux concevoir un féminisme qui tolère son existence et toute argumentation la défendant est non seulement suspecte mais stigmatise le non respect de l’être humain.

    Comment l’esclavage sexuel peut-il être défendu au nom d’une soi disant liberté!

    Les ex-prostituées qui revendiquaient leur choix et la reconnaissance de leur « profession » clament aujourd’hui « -mais comment ont-ils pu me croire? »
    Pourquoi dit-on le plus vieux métier du monde? Pourquoi cette volonté insidieuse à nous faire admettre que c’est un métier… un métier comme un autre, alors que chacun sait pertinemment qu’il n’en est rien!

    Aussi ai-je été surprise de son désir de coopération, de dialogue avec celles que le commerce du sexe n’indigne nullement !

    Il est des convictions qui ne peuvent se satisfaire d’aucun compromis, ma position face à la prostitution est de celle-là !

  7. mauvaiseherbe Says:

    Semaphore,

    Il ne me semble pas que Delphy soit si consensuelle
    sur la question de la prostitution, elle s’est ailleurs très largement exprimée sur la question.
    Elle précise seulement qu’il existe un décalage en rapport pour l’essentiel avec la temporalité de la démarche des uns ou des autres. Les abolitionnistes
    envisagent la question de la prostitution sur le long terme quand certains règlementaristes posent la question d’ici et maintenant. Et d’ailleurs elle refuse catégoriquement l’idée que la prostitution puisse être considérée comme un métier comme un autre, elle parle de droits liés à la citoyenneté. Bon cela étant je dois t’avouer que j’ai moi même été un peu surprise et j’ai un peu regretté que la plupart de ses réponses aux questions posées par les intervenantes présentes dans la salle soient si expéditives.

  8. mauvaiseherbe Says:

    « Nous n’arriverons pas à tirer vers le haut les soit-disant féministes indigènes, c’est elle qui nous tirerons vers le bas »

    Il me semble que c’est à chacune de déterminer les étapes ou les cheminements de sa propre libération.
    Et enfin la seule chose qui tire inévitablement le féminisme vers le bas, ce sont ces oppositions: lesbiennes/hétéros;blanches/noires; athées/croyantes; occidentales/orientales; jupe/voile…
    Comment définir un front commun en tenant compte de la ou des spécificités de chacune? De la double ou même triple oppression qui concerne certaines d’entre nous?
    C’est ici que nous devons réfléchir si nous voulons véritablement progresser au delà de ces luttes intestines, nos divisions, nos oppositions, ce sont elles qui fragilisent nos luttes, elles qui nous rendent inaudibles.
    S’entendre c’est avant tout s’écouter.

  9. macdougal Says:

    Merci mauvaise herbe pour cette conférence.
    J’ai trouvé intéressant que Christine Delphy souligne que nous n’étions pas libres car nous avions  » une responsabilité politique « .
    Sa réflexion sur le matraquage que nous subissons qui nous dit que tout est gagné , que nous avons l’égalité, qui fait croire aux jeunes que c’est ça l’égalité et qui empêche donc toute prise de conscience est très intéressante.
    Puis sa conclusion sur la nécessité, « le défi » pour les féministes de ne pas se focaliser sur les points de désaccord, de ne pas être centré sur le particulier,de prendre en compte toutes les démarches, tous les points de vue est à méditer.

  10. Lory Says:

    La position de Deplphy à propos de la prostitution me gène autant que celle qu’elle adopte vis-à-vis de l’immigration en ce que je les trouve « insidieuses » pour reprendre le mot utilisé par Sémaphore.

    C’est vite expédié et pour moi c’est faire abstraction avec tout de meme une certaine légèreté sur des réalités pourtant bien tangibles, concrètes autant qu’incontournables.

    Pour ce qui en est de la prostitution, je rejoins tout à fait ce que dit Sémaphore.

    Pour ce qui en est des « féministes indigènes », je n’ai absolument rien à partager avec des femmes qui au bout du compte feront passer l’islam avant le féminisme « parce que vous comprenez sinon c’est une minorité dominée  » et alors on en sort plus, on n’en sortira jamais.

    Peut-etre parce que je vis dans au pays du pape et que présentement la situation avec l’establishment berlusconienest encore pire que le sarkozien, que l’église tient à nouveau le haut du pavé et que le backlash ets tout à fait perceptible avec l’avortement qui n’est plus réellement possible. A ceci vient se greffer la demande de mosquées qui n’annonce rien de bon et les autres revendications musulmanes qui vont dans le meme sens que les revendications catholiques.

    Donc pour moi c’est très simple, clair, net et précis, c’est la laicité de gré ou de force. Je ne vois pas d’autres solutions possibles.

  11. mauvaiseherbe Says:

    Delphy est abolitionniste. Il me semble d’ailleurs qu’elle a été l’objet de nombreuses attaques de la part de mouvements pro-prostitution comme celui « les putes » (mouvement règlementariste largement médiatisé et composé pour l’essentiel d’hommes gays et de transexuels) en raison de ses positions radicales sur le sujet. lire à ce sujet cet article lu sur bellaciao et surtout les commentaires provoqués par ce dernier:

    http://bellaciao.org/fr/spip.php?article65186

    Un extrait de ses positions sur la prostitution ici (le site Sisyphe semble pour l’instant hors d’accès):

    https://mauvaiseherbe.wordpress.com/?s=Richard+poulin

  12. wildo Says:

    # Lory a dit :
    août 3, 2008 à 9:21

    … / Peut-etre parce que je vis dans au pays du pape et que présentement la situation avec l’establishment berlusconienest encore pire que le sarkozien, que l’église tient à nouveau le haut du pavé et que le backlash ets tout à fait perceptible avec l’avortement qui n’est plus réellement possible. / …

    Tout à fait d’accord … et on observe exactement le même phénomène ici : dans le démantèlement des services de santé publique Sarkozyste se redessine le spectre de l’avortement à nouveau impossible. Les services qui le pratiquent sont de plus en plus rares ou de plus en plus cher pour certains dans le privé. Et de plus en plus de chirugiens et de spécialistes font du chantage face à la loi Veil en l’opposant à leur liberté d’opinion, voir au serment d’Hippocrate d’origine (on retombe donc loin, loin, loin en arrière là) :
    Extrait du littré :
     » Je dirigerai le régime des malades à leur avantage, suivant mes forces et mon jugement, et je m’abstiendrai de tout mal et de toute injustice. Je ne remettrai à personne du poison, si on m’en demande, ni ne prendrai l’initiative d’une pareille suggestion ; semblablement, je ne remettrai à aucune femme un pessaire abortif. Je passerai ma vie et j’exercerai mon art dans l’innocence et la pureté. »

    Donc le mouvement des medecins qui décident à votre place et surtout à nouveau à la place des femmes est bel et bien de retour …

  13. macdougal Says:

    « semblablement, je ne remettrai à aucune femme un pessaire abortif. »
    Que cette phrase n’ait jamais été supprimée laissait le champ libre à une remise en question de l’avortement.

    « Donc le mouvement des médecins qui décident à votre place et surtout à nouveau à la place des femmes est bel et bien de retour … »

    Je crois qu’il a toujours été là, mais effectivement il se renforce et décide à la place des femmes et pas seulement pour l’avortement . Il faut faire des économies quand on fait des cadeaux aux riches et on va les faire sur le dos des femmes.

  14. Lory Says:

    Oui c’est exactement ça qui se produit ici, bien que la loi, que le parlement essaie de rogner, n’ait pas (encore) changé. Les « purs et durs » appellent ça « objection de conscience ». Et comme ils tiennent le haut du pavé dans la plupart des régions, ceux qui n’auraient rien à objecter s’écrasent parce qu’ils ne veulent ni perdre leur job ni se voir exclusivement préposés aux IVG avec toute possibilité de développement de carrière bloqué.

  15. wildo Says:

    « ceux qui n’auraient rien à objecter s’écrasent parce qu’ils ne veulent ni perdre leur job ni se voir exclusivement préposés aux IVG avec toute possibilité de développement de carrière bloqué. »

    C’est exactement ça … ceux qui pourraient pratiquer l’Ivg n’osent plus pour des questions de « carrière » …

  16. wildo Says:

    … donc de sanctions, pressions etc
    Résultat : la Loi Veil n’est pas respecté en France.
    Enfin, le moins possible …

  17. Lory Says:

    En France je ne sais pas, mais ici bien sur: pressions, sanctions officieuses, omertà, c’est à l’ordre du jour au quotidien et ce n’est pas nouveau. Il y a déjà plus d’une dizaine d’années, les femmes des régions du sud venaient dans la mienne (Toscane), pour ne pas etre montrées du doigt dans leurs bleds ni subir de rétorsions post-IVG au boulot ni se heurter aux barrières dressées dans leurs régions dans les hopitaux. Aujourd’hui, je crous qu’il n’y a plus guère que dans ma région et en Emilie-Romagne qu’on peut avorter dans des conditions encore à peu près normales.

  18. macdougal Says:

    Pourtant il y a eu de grandes manifestations féministes en Italie, cette année, non ?
    En France les féministes sont une espèce en voie de disparition, il faudrait demander à être protégées.

  19. Lory Says:

    Il y a eu effectivement une grande manifestation féministe à Rome à l’automne dernier. 150 000 dans la rue, c’est pas tous les jours qu’on voit ça ces dernières décennies, je dirais meme que ça faisait bien 30 ans qu’on ne voyait plus ça.

    L’information est été relayée du bout des lèvres par les médias italiens, qui ont tout de meme bien du en parler vu que dans la capitale, ça n’est pas vraiment passé inaperçu. Mais elle ne l’a pas du tout été en France et (c’est là le tragique) aucunement par les blogs et portails de la gauche de la gauche. Pas un mot, rien.

    Les « Rezo des copains », les « Rues 89 », les « Indimédias », muets comme des carpes. Ils sont bien trop occupés à faire parler Tévanian, à causer des voilées discriminées, toussa. Et quand ils causent des femmes, c’est pour laisser une tribune à des masculinistes comme Jean Gavart.

  20. semaphore Says:

    J’ai pris connaissance des articles, des commentaires, je m’offusquais de la nécessité d’ouvrir un dialogue le voyant comme un pacte avec l’ennemi, mais à n’échanger qu’entre convaincu/e/s il est vrai nous ne faisons avancer une cause.
    A la relire, ma remarque valide un renoncement au débat et au désir de convaincre de la justesse de ma position à ce sujet…

    Oui, il importe d’en débattre!

    De démontrer combien le corps et l’esprit ne sont deux entités distinctes, de garder l’espoir qu’une prise de conscience puisse advenir enfin!

    Quand je lis des prostitué/e/s revendiquant leur « choix » je me dis que leur mauvaise foi est une sorte de cache misère pour ne pas sombrer ; en outre, la prostitution va souvent de pair avec l’alcoolisme ou la drogue…fait-on le choix de se détruire, de se droguer, de se suicider?

    Est-ce un choix que celui de livrer son corps en pâture au mépris, à la violence, au désir non partagé?
    La sexualité sans désir partagé cela porte un nom : le viol.
    L’argent aurait-il le pouvoir de rendre amnésique de cette qualification ?!
    Que dire de leur consentement à cette transaction quand la passe remplira les poches d’un proxénète, d’un dealer?
    Que dire quand l’Etat lui même se fait proxénète?

  21. semaphore Says:

    …et puis un repentir, revenir sur l’importance de l’échange entre féministes, entre convaincues, sur l’importance de la lecture d’articles et de documents qui font écho à nos aspirations, à nos indignations, à notre désir de voir les comportements et attitudes sexistes disparaître, l’importance de savoir que d’autres mènent la lutte, l’importance de savoir que nous ne sommes seules face à l’ostracisme de notre environnement.
    L’importance de savoir que l’union de nos voix est possible
    Sans cette union les féministes n’auraient vu certaines de leurs revendications aboutir, malgré l’invisibilité dans laquelle la phallocratie souhaite nous maintenir comme le souligne Lory en mentionnant le formidable rassemblement italien des femmes pour le maintient du droit à l’ivg dont nul média français n’a rapporté pourtant l’ampleur de la manifestation….
    L’importance des échanges pour aiguiser nos armes, pour repartir au combat quand ostensiblement la menace plane sur les acquis arrachés toujours en danger…
    Être féministe s’est être sur le qui vive !

  22. wildo Says:

    « semaphore a dit :
    août 5, 2008 à 2:44

    …fait-on le choix de se détruire, de se droguer, de se suicider? »

    ben oui … le suicide c’est un choix – le dernier choix … bref … ça peut même être une porte de sortie digne et honorable dans certains cas (trop long a développer ici) quand à la drogue c’est s’identifier à la partie déchêt de notre être – cultiver aussi à travers elle (et toutes autres formes d’addiction d’ailleurs ) par excellence la relation a l’autre sans autre … c’est la drogue qui est l’autre, toujours dispo, toujours merveilleuse etc la fusion momentannée parfaite, le flash sublime et blablabla … d’ailleurs au passage la pornographie c’est aussi ça – la relation à l’autre sans l’autre, internet aussi c’est la relation à l’autre sans l’autre – je veux dire sans sa complétitude … le relation fragmentée …

    Il n’y a rien de moins bien partagé que la conscience …

    Et malheureusement tout ce que nous faisons c’est pour notre bien – même dans les pires situations – on recherche avant tout le plaisir – calmer notre petite ou terrible souffrance – et pour y arriver on va développer des montages plus ou moins heureux en fonction de notre environnement … la fuite, le contrôle, l’addiction etc la palette est vaste …

    Donc en suivant cette observation il est tout a fait possible de rencontrer des personnes qui auront fait le choix de la prostitution … cela n’a rien d’incohérent …

    La mauvaise foi pour les personnes qui revendiquent leur prostitution comme étant choisie (qui sont plus que minoritaires), ce n’est pas d’avoir fait ce choix – c’est de faire croire de façon insidieuse et manipulatoire que la prostitution est un modèle économique « propre » pour toutes … de fait on occulte allègrement les 99,99% prostituées qui en chient grave dans le monde entier …

  23. wildo Says:

    « # macdougal a dit :
    août 4, 2008 à 11:10

    Pourtant il y a eu de grandes manifestations féministes en Italie, cette année, non ?
    En France les féministes sont une espèce en voie de disparition, il faudrait demander à être protégées. »

    Pratiquement toutes les femmes sont conscientes qu’il y a un truc qui cloche – elles le sentent même très tôt – mais elles ne trouveront pas grand chose sur leur chemin pour articuler cette prise de conscience basique – ensuite ce que j’ai remarquée, c’est que pour les femmes qui arrivent à formuler spontanément leurs refus et leur insoumission, c’est qu’elles refusent absolument qu’on leur colle l’étiquette « féministe » sur le dos … il y a une trouille manifeste d’être identifiée pour telle … peur du rejet …

  24. macdougal Says:

    Peur du rejet : comportement de dominée. Le formatage femme a été efficace.

  25. semaphore Says:

    L’enfer qui amène à cette extrémité n’est pas un choix!
    La violence subi engendrant la désespérance de se penser dans une impasse sans autre issue que la mort n’est pas un choix!
    Ne plus vouloir les coups, ne plus vouloir se retrouver sur le trottoir, ne plus vouloir la peur et le dégoût…

    Je déteste les syllogismes quand ils touchent cette souffrance là !

    L’annonce de la maladie contractée parce que le client exige l’acte sexuel sans préservatif et que la prostituée s’est vue contrainte d’accepter n’est pas un choix.
    Se savoir condamné/e et vouloir précipiter le terme est-ce un choix?
    Se savoir condamné/e et vouloir anticiper sur cette mort annoncée est-ce un choix ?

    Le choix de ne plus souffrir certes !
    Mais je questionne en amont, je questionne l’existence de cette souffrance qui aurait pu être évitée si les violences sexuelles ne gangrenaient notre monde.

    Est-ce un choix que cette souffrance là?

    Toute personne ayant subi une agression sexuelle ne se prostitue pas, or nonobstant le pourcentage de personnes se prostituant ayant subi ce traumatisme est très élevée, comme si cette atteinte première à leur intégrité psychique et corporelle, cet irrespect premier, ce meurtre symbolique envers leur personne pouvait induire une causalité à ce qu’elles nomment un choix, qui n’est que la survivance du crime dont elles revivent les séquelles dans une sexualité tarifée, dans une dichotomie entre le sexe et l’affect. « entre 80 et 95% des personnes prostituées (de souche française, chiffre n’intégrant pas les personnes victimes de la traite à des fins d’exploitation sexuelle) présenteraient de tels antécédents. » (source : Dr Judith Trinquart)

  26. semaphore Says:


    Mon commentaire était circonscrit au domaine de la prostitution.

    Moi aussi je peux digresser c’est peut-être un souhait wildorien mais je ne sais pour aller jusqu’à la limite de cette idée avancée : il ne me viendrait à l’idée de dire à quelqu’un qui vient de perdre la personne aimée, qui ne se remet de son deuil de lui dire regarde ta douleur c’est de l’amour sans l’autre c’est comme de la pornographie!

    Si l’amour c’est cet au delà du jugement, cet incomparable alors si la perte advient, l’amour est inconsolable! c’est vrai pour tout amour et non exclusivement la relation amoureuse.

    L’amour est une ivresse, une dépendance puissante, avec ses états de manque…alors tous ceux qui éprouvent un amour non réciproque ou un amour vécu dans la distance seraient des pornographes?!FICHTRE!

    C’est bien connu il n’y a d’amour que d’amour heureux!

  27. semaphore Says:

    Conséquences psychiques et physiques de la prostitution par Judith Trinquart

    http://www.france.attac.org/article.php3?id_article=1232

  28. wildo Says:

    « Moi aussi je peux digresser c’est peut-être un souhait wildorien mais je ne sais pour aller jusqu’à la limite de cette idée avancée : il ne me viendrait à l’idée de dire à quelqu’un qui vient de perdre la personne aimée, qui ne se remet de son deuil de lui dire regarde ta douleur c’est de l’amour sans l’autre c’est comme de la pornographie! »

    t’as rien compris … et ton questionnement était général … relis toi … et tu fais des amalgames douteux … des raccourcis qui ne concernent pas ce que j’ai évoqué … si tu veux contre-digresser évite de le faire de façon binaire …

  29. wildo Says:

    « L’amour est une ivresse, une dépendance puissante, avec ses états de manque…alors tous ceux qui éprouvent un amour non réciproque ou un amour vécu dans la distance seraient des pornographes?!FICHTRE! »

    Déjà tu confond amour et état amoureux – l’amour tout court ne rend pas dépendant; il te rend ouverte, à l’écoute, disponible, capable d’accepter et surtout il te place dans le réel- ici et maintenant, tu es capable de voir et d’entendre. L’état amoureux par contre – est une construction illusoire, une espèce d’enchantement qu’on se fabrique pour superposer au réel pour des raisons qui seront à l’échelle de chacune, c’est vraiment comme un shoot … la qualité de nos états amoureux est lié à nos problématiques intimes … dans l’état amoureux tu perds la réalité de l’autre de vue – tu ne vois plus du tout l’autre telle qu’elle est réeelement – tu deviens sourde et aveugle – l’autre devient comme une relique, un symbole, un truc qui n’a rien a voir en vérité avec la personne – l’autre devient une image intérieure dorée ou maléfique – c’est selon l’humeur – mais c’est plus sa vérité … et c’est bien effectivement ce genre de construction qu’on retrouve chez le consommateur de porno – on ne voit que l’image – on ne se soucie pas de la réalité des femmes qui sont dans ces images …
    Alors evidemment je comprend que ça dérange si je met côte à côte état amoureux et consommation porno … mais la dynamique du montage illusionniste est identique … dans le deux cas il n’y est pas question d’amour ou de respect – il y est question d’arracher l’autre à sa réalité – on est dans le déni absolu de l’autre …
    that’s it …
    Alors je sais bien qu’on est dans une société qui nous bassine depuis toujours avec un romantisme bidon – dans lequel l’état amoureux serait le nec plus ultra – méfions nous, ca là aussi on nous dresse …

  30. wildo Says:

    … et pardon au passage pour mon ton un peu vif … mais je suis comme ça …

  31. Bisbille 101 Says:

    Ce n’est pas l’égalité que vous recherchez, c’est la suprématie, l’ombre du totalitarisme extrémiste. En un mot, vous n’inspirez à la population que du mépris

  32. Romane Says:

    je viens d’aller fair un tour sur le site de bisbille. Du grand n’importe quoi. Je pouffe de rire.

  33. Bisbille 101 Says:

    La propagande mensongère peut tenir la route aussi longtemps que le peuple de mouton est disposé à gober ce magma de fioriture putride. Lorsque leurs mensonges infâmes sont révélés sur la place publique, ces gens de peu de vertu se retrouvent le bec cloué.

  34. wildo Says:

    va faire ton pissou ailleurs bisbille … tu gave !

  35. Bisbille 101 Says:

    Et tu n’as aucun autre argument pour contrer l’insulte infligée par un argumentaire… Pitoyable…

  36. wildo Says:

    un argumentaire de débile profond je passe … vois-tu … :)

  37. Bisbille 101 Says:

    L’insulte est l’arme des démunis…

  38. wildo Says:

    Non, c’est juste que je ne rentre pas dans ton espace. J’ai pas envie de te donner du temps pour t’entendre déblatérer tes inepties, elles sont posées comme un mur que tu dresse, c’est bon quoi … On sait à l’avance que ça ne donnera rien.
    Donc essaye ailleurs …
    De plus tes phrases policées, sont bien plus d’insultes au féminisme, que mon côté expéditif est une insulte à ton endroit, moi je te renvoie comme un boomerang ton énérgie de merde.
    Débrouille toi avec ce que tu envoie.
    Assure un peu …

  39. macdougal Says:

    « Et tu n’as aucun autre argument pour contrer l’insulte infligée par un argumentaire… Pitoyable »
    Il n’y a pas d’argumentaire,( il faut connaître le sens des mots avant de les employer ), juste des provocations ridicules sur un site féministe .
    Le féminisme dérange.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s