Autonomie de la lutte des sans-papières !

01/09/2008

sur http://teteshautesregardsdroits.wordpress.com…

L’huma publie un article “La révolte des sans-papières”, dans lequel il est écrit : “Elles s’occupent de nos enfants, les récupèrent à l’école, les emmènent au parc, veillent sur nos vieux parents, préparent les repas, dépoussièrent nos appartements…” C’est une vision très bourgeoise et surtout très parisienne de la vie quotidienne des français. On y apprend quand même que les préfectures refusent les dossiers des femmes parce que leurs temps partiels ne leur permettent pas de vivre dignement en France, et que les associations prennent les dossiers au compte-goutte pour ne pas être débordées (dixit la présidente de Femmes Egalité).

————————————————————————-

13 juillet 2008 : La révolte des sans-papières.


Depuis le 15 avril, des dizaines de femmes de ménage sans papiers se battent pour leur régularisation. Avec plus de difficultés que leurs collègues masculins.

Elles s’occupent de nos enfants, les récupèrent à l’école, les emmènent au parc, veillent sur nos vieux parents, préparent les repas, dépoussièrent nos appartements… Nounous, femmes de ménage ou aides à domicile, les travailleuses dans le secteur de l’aide à la personne sont un maillon indispensable de notre société où les structures sociales, crèches ou maisons de retraite, font défaut. Indispensables et pourtant indésirables. Beaucoup d’entre elles, en situation irrégulière en France, sont traquées et expulsées.

90 demandes de régularisation.

Femmes, immigrées, non déclarées, travailleuses à temps partiel, dans des métiers non qualifiés… Les femmes sans papiers alimentent en nombre les bataillons de travailleurs pauvres. La vulnérabilité de la clandestinité accroît encore leur précarité. Impossible de savoir combien elles sont. Invisibles dans les statistiques, isolées, les « sans-papières », comme elles se sont elles-mêmes baptisées, ont décidé de sortir de l’ombre. Profitant du mouvement de grèves et d’occupations des travailleurs sans papiers, déclenché mi-avril pour obtenir des régularisations par le travail, 90 femmes ont déposé, avec le soutien des associations Droits Devant!, Femmes Égalité, et de la CGT, des demandes de régularisations dans les préfectures d’Île-de-France. Longtemps cantonnées aux rôles d’épouses ou de mères, les femmes sans papiers accèdent enfin à un nouveau statut : celui de travailleuses. « Jusqu’à présent, les femmes sans papiers étaient prises en compte lorsqu’elles étaient mères d’enfants scolarisés ou victimes de violences, constate Ana Azaria, présidente de Femmes Égalité. Les considérer comme travailleuses est beaucoup plus offensif, cela permet de s’affirmer. »

Doublement pénalisées.

Créée en 1987, l’association Femmes Égalité veut « défendre les aspirations et les revendications des femmes des milieux populaires ». Ses militantes ont vu dans la régularisation par le travail promise par Brice Hortefeux une « brèche » pour obtenir un statut légal pour ces femmes. Mais, alors que la lutte des travailleurs sans papiers avance à grands pas (850 régularisations sur les 1 500 dossiers déposés depuis le 15 avril), la régularisation des femmes piétine. Sur les 90 dossiers déposés, seulement neuf ont obtenu gain de cause… Cinq sont convoquées en préfecture dans les prochains jours pour l’étude de leur dossier. Toutes ont pourtant des promesses d’embauche. Arguments de la préfecture : les cumuls d’emplois à temps partiel ne leur permettraient pas de gagner assez d’argent pour vivre dignement en France. De quoi énerver Ana Azaria : « Il existe, en France, des milliers d’hommes et de femmes qui vivent en dessous du SMIC, on ne les expulse pas pour autant. Les femmes sans papiers sont pénalisées deux fois : d’abord parce qu’elles gagnent peu, ensuite parce qu’on les expulse. » L’association réclame des autorisations provisoires de séjour (APS) de trois mois afin de leur permettre de trouver des emplois mieux rémunérés. Les négociations semblent restées au point mort.

S’organiser pour lutter, un défi.

Pourtant ces femmes sont souvent choyées par leurs employeurs, trop contents d’avoir trouvé la perle rare dans un secteur où la main-d’oeuvre est très demandée. « Les employeurs leur laissent les clefs de chez eux, elles gardent leurs parents âgés, leurs enfants, qu’elles ont souvent connus tout petits, souligne Gracieuse Lesaffre, militante à Droits Devant!. Les employeurs eux-mêmes souhaitent souvent la régularisation. » Si seulement 90 dossiers ont jusqu’à présent été déposés, ce n’est pas faute de demandes… Les appels et les courriers affluent dans les associations depuis plusieurs semaines (1). « Pour l’instant, on voudrait déjà débloquer ces premiers dossiers, explique Ana Azaria. Ensuite, on s’occupera des autres. » Pour ces femmes isolées, s’organiser pour lutter est déjà un énorme défi, poursuit la présidente de Femmes Égalité : « On les a réunies pour montrer leur force. En prenant la parole, ces femmes défient le monde. » Et ça n’est qu’un début…

(1) Dans l’attente du site Internet, actuellement en construction, des informations peuvent être obtenues par e-mail sur femmesegalite@yahoo.com

Marie Barbier.

source: http://www.humanite.fr/popup_imprimer.html?id_article=881231

Publicités

2 Réponses to “Autonomie de la lutte des sans-papières !”

  1. wildo Says:

    Je vais rajouter une ombre noire au tableau : on refuse de les régulariser et elles remplissent de plus en plus les nouveaux « trottoirs » de la capitale
    Belleville devient le Pigalle Chinois de Paname.
    Il ya qq années j’avais travaillée sur un doc, la réalisatrice est une amie. Elle avait suivi trois femmes immigrées chinoises sur Paris … l’autre jour on part manger sur Belleville … une des filles auditionné pour le doc était sur le trottoir … des filles avec diplômes … ça fait plus que mal au coeur … ça me fait gerber … un femme sans papier est exploité direct sexuellement dès son arrivée, donc des papiers c’est plus que du travail, c’est une chance pour échapper à la prosti …

  2. wildo Says:

    et a ce propos : le collectif de soutien aux travailleuses sans-papiers en grève rue du Chemin Vert organise un évènement militant et festif le samedi 20 septembre de 16 h à 20 h, devant la Mairie du 11e.

    voilà.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s