Pourquoi si peu de femmes dans la blogosphère ?

07/09/2008

Par olympe blogueuse | 06/09/2008 | 16H16

lu sur http://rue89.com/2008/09/06/pourquoi-si-peu-de-femmes-dans-la-blogosphere

Un blogueur sur deux serait une femme. Ce n’est pas l’impression que donnent les classements des blogs influents. Décryptage.

Dessin d’après J. Howard Miller (Mike Licht/ NotionsCapital.com/Flickr).

Bien que le plafond de verre soit le thème de mon propre blog, je ne m’attendais pas à constater que les femmes sont tout aussi peu représentées parmi les blogs dits influents que dans les hautes sphères de la vie professionnelle ou politique.

Qu’est-ce que le « plafond de verre » ?

Le plafond de verre qui empêche les femmes d’accéder aux mêmes responsabilités que les hommes est une réalité. Les preuves sur ce blog résolument féministe. Au Canada on parle également de « plancher collant ».

A l’occasion des assises du Net qui se sont tenues en mai, une blogueuse avait noté qu’elle était la seule femme invitée au diner organisé par le secrétaire d’Etat. Cela a donné lieu à quelques commentaires puis chacun est passé à autre chose.


Je venais de démarrer mon blog et n’ayant alors qu’une vision assez floue de ce qu’était la blogosphère, je n’ai vu dans cet événement que la répétition d’un phénomène bien connu : les instances officielles n’ont pas pris la peine de s’assurer de la représentativité de leurs interlocuteurs et sont allées aux plus visibles donc, comme d’habitude, des hommes.

Les femmes ne font pas partie du club


A la même période, des blogueurs qui se réunissent de temps en temps dans un café parisien regrettaient l’absence de femmes à leurs réunions, alors que tous et toutes étaient cordialement invité(e)s.

Devenant une blogueuse un peu plus expérimentée, j’ai entrepris de référencer mon blog ; sur Wikio par exemple. C’est en consultant le classement des cent premiers blogs que j’ai compris pourquoi les blogueuses ne se rendaient pas aux réunions : c’est simple, elles ne font pas partie du club !

J’ai examiné avec soin les différents classements (ceux de septembre) et ai cherché à connaître le sexe de leurs auteur(e)s : c’est en général assez facile sauf lorsqu’il s’agit de blogs collectifs. Les résultats sont édifiants : aucune femme parmi les vingt premiers blogs.

Mais peut-être est-ce du au fait qu’il y a parmi ces blogs de nombreux blog high-tech, dont les auteurs ne sont pas toujours identifiables, je suis donc allée voir les blogs de la catégorie politique : la première femme est en dix-neuvième place, et ce n’est pas une blogueuse anonyme, il s’agit de Corinne Lepage. Dans la catégorie divers, je n’ai pas vu de femmes parmi les vingt premiers blogs. Il faut aller dans le classement des blogs loisirs ou BD pour en trouver.

Je ne n’ai pas eu à chercher beaucoup pour trouver d’autres exemples et constater que le phénomène est assez général. Ainsi le site du magazine Elle (Elle ! ) conseille une dizaine de blogs politiques , dont seulement deux blogs de femmes. Et Rue89 ne citait parmi « les blogs qu’ils aiment » que deux blogs féminins (trois depuis que le mien y a été ajouté).


Pourtant, lorsque je surfe je croise de nombreux blogs tenus par des femmes y compris dans la catégorie des blogs d’opinions (un blogueur sur deux serait une femme, lit-on ici ou là). Alors pourquoi ne les retrouvent-on pas parmi les blogs qui comptent ?

On invoque habituellement pour expliquer le plafond de verre la difficulté pour les femmes, sur lesquelles repose encore l’essentiel des tâches domestiques, de concilier vie professionnelle et vie familiale, le retard pris à l’occasion des congés maternité, le choix en début de carrières de postes moins porteurs, la faiblesse de leurs réseaux ou le fait que la double mobilité étant difficile à gérer pour un couple, l’arbitrage est plus fréquemment effectué en faveur du poste de l’homme.

Tout cela est exact, mais n’explique pas du tout pourquoi, alors que les femmes prennent le temps de bloguer, elles seraient une fois de plus moins visibles et moins mises en avant. C’est qu’en réalité, ces différences sont d’abord la conséquence de modes de pensée et de comportements profondément ancrés dans la culture et nos schémas inconscients. Ces comportements sont collectifs, ils sont autant portés par les femmes que par les hommes et il serait important que nous en prenions davantage conscience pour que les choses changent.

Parmi les nombreux mécanismes en jeux, deux expliquent, me semble-t-il, l’essentiel de ce qui se passe sur le Net : les femmes n’aiment pas les mêlées et « blogueur » est un nom masculin…

Les femmes n’aiment pas les mêlées


Des sociologues ont observé une cour de récréation. Les petits garçons occupent l’espace central, les filles, en plus petits comités, investissent davantage les coins. Lorsqu’ils jouent au ballon les garçons se jettent tous dessus en même temps. Les filles jouent moins souvent au ballon, mais lorsqu’elles le font, leur comportement est beaucoup plus réaliste : elles ne s’engagent que lorsqu’elles ont une chance de succès raisonnable. Les petits garçons eux sont tous persuadés de gagner et aucun n’hésitera à se relancer dans la mêlée. Un seul enfant emportera le ballon, mais on peut prédire que ce sera plus fréquemment un garçon !

Dans la vie, les choses se passent de la même façon. Outre que les femmes accordent certainement moins d’intérêt au fait même de l’emporter, elles se mettent surtout moins en avant et sous-estiment à l’avance leurs résultats. Par ailleurs, la confiance qu’elles ont en elles est davantage influencée par les commentaires qui viennent d’autres personnes.

Par exemple, on sait que pour choisir une classe de première scientifique, les jeunes filles ont besoin en moyenne de quatre points de plus que les garçons. Une étude américaine avait montré que les filles participant à un concours d’orthographe se retiraient si elles jugeaient que les autres concurrents étaient meilleurs et qu’elles n’avaient aucune chance de gagner. Même si cela était faux. Pire encore, lorsque l’on demande à des étudiants de prédire leurs prochaines notes, les garçons la surestiment très souvent, ce que ne font pas les filles.

Les femmes se mettent donc d’elles-mêmes bien moins en avant que les hommes. Or pour faire partie des blogs influents, il ne suffit pas d’attendre les lecteurs. Il faut, au minimum, s’inscrire sur des sites de référencement. Il faut se persuader que son blog intéressera de nombreuses personnes, qu’il peut devenir le meilleur dans son domaine, il faut interpeller d’autres blogueurs (et surtout ceux qui sont déjà célèbres et comptent de nombreux lecteurs), il faut ne pas hésiter à engager la discussion, voire la polémique et donc accepter le cas échéant accepter d’être la cible d’attaques.

Toutes choses que les femmes font beaucoup moins facilement que les hommes. Mais peut-être aussi savent-elles que de toute façon on remarquera moins leurs compétences et leur production.

A quoi pensez vous en entendant parler de « blogueurs » ?


La langue française ne nous aide pas. Le fait que « le masculin l’emporte » n’a pas que des conséquences grammaticales. Qui pense d’abord à une femme en évoquant « les droits de l’Homme » ? qui visualise des femmes lorsque l’on parle « des blogueurs » ?


En fait la langue ne fait que conforter des façons de penser qui font qu’il est beaucoup plus difficile pour une femme d’attirer l’attention sur ses compétences ou ses réalisations et de se distinguer de la masse.

D’une part parce que les femmes sont définies par rapport aux hommes, l’inverse n’étant pas vrai. L’appartenance au genre femme saute aux yeux bien davantage que l’appartenance au genre homme. Lorsqu’on demande à des sujets de décrire le plus vite possible une personne à partir d’une photo de son visage, la majorité de descriptions de femmes commencent par la mention du sexe, ce n’est pas le cas pour les descriptions d’hommes.

Et cela commence très tôt puisque lorsqu’on demande à des écoliers de six ou sept ans de décrire leurs camarades, ils décrivent généralement les filles en les comparant aux garçons, par l’absence de certaines caractéristiques ; elles ne sont pas fortes, elles ne courent pas vite, etc.

Bref, les femmes sont d’abord perçues comme des représentantes de leur genre. Les hommes, eux, sont perçus comme des individus distincts et distinguables.

D’autre part, parce que les femmes font partie d’un groupe dont les membres sont moins bien différenciés. Il s’agit là encore d’un phénomène de psychologie sociale bien connu : nous avons tendance à considérer les membres d’un autre groupe comme homogènes et à généraliser les caractéristiques attribuées à ses membres (les ch’tis sont sympas, les Auvergnats sont radins…).

Cet effet est encore accentué selon qu’un groupe est jugé dominant ou dominé (cette appréciation pouvant être tout à fait subjective) : nous retenons davantage d’informations à propos des membres d’un groupe dominants : les gagnants d’un match, les supérieurs hiérarchiques.

Ces effets jouent à plein pour les femmes qui tentent d’investir les lieux de pouvoir, mais ne font partie du groupe dominant. On peut très bien imaginer qu’ils jouent pour l’internaute qui discrimine plus facilement les blogueurs masculins (ce qui suppose que le sexe du blogueur soit bien identifié ce qui est le plus souvent le cas).

Maintenant amis blogueurs, je vous propose de jeter un œil sur votre blogroll.

► A lire aussi : dans le New York Times (en anglais), Blogging’s Glass Ceiling.

Advertisements

34 Réponses to “Pourquoi si peu de femmes dans la blogosphère ?”


  1. Le grand principe de « Fraternité » dont sont par définition exclues les femmes, est à mon avis une des autres raisons essentielles de cette faible représentation. Les blogueuses devraient s’organiser à leur tour en réseau, plutôt que de courtiser une reconnaissance masculine, développer davantage ce que de mon point de vue, il manque cruellement aux femmes, le sens de la Sororité.

  2. macdougal Says:

    Mauvaiseherbe, je partage tout à fait ton point de vue.
    On retrouve cette invisibilité des femmes dans tous les domaines. Les hommes se mettent en valeur les uns les autres et font bloc pour ne pas laisser percer les femmes, les mails masculins suite à l’article d’olympe illustrent bien ce phénomène.
    Les femmes également mettent les hommes en valeur, les défendent et si par hasard elles se font une place parmi eux, (place très prisée, la reconnaissance des hommes ayant plus de poids que celle des femmes) elles claquent la porte derrière elles.
    Il est toujours édifiant d’observer comme un homme exerçant une activité, de la peinture par exemple , va s’attirer l’attention et les louanges des hommes et des femmes mais la femme ayant la même activité suscitera en général beaucoup moins l’intérêt des hommes et des femmes.
    « Le grand principe de “Fraternité”  » préserve le groupe dominant.
    « le sens de la Sororité » est à apprendre, à développer chez les femmes mais si on prend en particulier les magazines féminins, entre autres ceux pour les ados, tout est fait pour une fabrique de femmes pompomgirls,le regard est tourné vers l’homme.


  3. Le web est en effet ici particulièrement représentatif. Ces classements dénoncés dans cet article fonctionnent comme ailleurs par cooptation fraternelle. Pour ce qui concerne les magazines féminins, je viens de commencer la lecture de « la presse « féminine » fonction idéologique » de Anne Marie Dardigna, dans lequel l’auteure décrit ces magazines comme le champ privilégié de la manipulation des femmes, une manipulation qui se réorganise en se faisant plus « féministe » que jamais.

  4. wildo Says:

    « Mais peut-être est-ce du au fait qu’il y a parmi ces blogs de nombreux blog high-tech, dont les auteurs ne sont pas toujours identifiables, je suis donc allée voir les blogs de la catégorie politique : la première femme est en dix-neuvième place, et ce n’est pas une blogueuse anonyme, il s’agit de Corinne Lepage. Dans la catégorie divers, je n’ai pas vu de femmes parmi les vingt premiers blogs. Il faut aller dans le classement des blogs loisirs ou BD pour en trouver. »

    j’étais 34 eme au classement Wikio en politique, toute seule comme une grande …
    dans la cour je me met au milieu et j’adore attraper le ballon …
    ça doit venir de là ;-)

  5. wildo Says:

    En blog politique j’ai pas cru remarquer de fratérnité concernant les jeunes hommes qui voulaient avoir pignon sur blog. Plutôt des systèmes de castes, qui se tirent la bourre entre eux et font du scoring à qui mieux mieux – genre « qui a la plus grosse » … au passage les blogs les plus « fréquentés » Embruns Versac Intox sont tenus par des PD … le seul qui dénotait c’est sarkofrance … il y a pas mal de blog de filles dans les blogs de gauche mais elles sont plus dicrètes …

  6. olympe Says:

    merci mauvaiseherbe d’avoir repris le texte. je trouve ces commentaires particulièrement pertinents et j’en retiens 2 choses :
    lancer une chaine de tags réservée aux blogeuses. je suis pas certaine que ça marchera.

    et surtout, surtout revaloriser effectivement ce que font les femmes, à commencer par leur façon de gérer le temps.

  7. wildo Says:

    Je voudrais rajouter un dernier truc :
    un blog efficace ce n’est certainement pas celui qui fait la plus grosse audience. Le plus de points, de hits ou de réf … la scoring attitude c’est vraiment beaucoup de vent – ce qui est important c’est d’abord ce qui est diffusé, la thématique centrale (comme ce blog par exemple) et ensuite le pourcentage de fidélisation qu’il va générer.
    Le sur-référencement apporte un flux énorme de clicks dont plus de 80 % ne resteront pas plus de trente secondes sur la page … donc aucun intérêt. Le meilleur référencement c’est le bouche à oreille, en restant dans un regroupement d’idées et de valeurs communes. Le féminisme est un excellent regroupement de valeur à défendre.
    Ce que je veux dire par là c’est que même si on croit que les blogs de femmes sont plus discrets sur la toile il ne faut pas meséstimer leur réelle portée, qui est a mon avis beaucoup plus forte que ce qu’on voudrait bien nous faire croire, ou ce que nous aurions tendance a croire par nous même.
    Le blog scoring ça n’est que du chiffre. Une bonne idée qui fait son chemin et qui se propage et qui fait mouche n’a pas besoin de l’adhésion du plus grand nombre, mais des plus engagées et des plus receptives, qui a leur tour retransmettront le message en RL sous d’autres formes … et ainsi la chose se déploie se capillarise, essaime … utiliser le blog et les outils numérique pour faire une sorte d’insémination des idées, des combats, voilà la pertinence.
    Des archipels pour une idée, une cause, un combat … ce blog est une île.

  8. macdougal Says:

    En effet tout dépend comment on considére le blog, comme un espace d’expression personnelle, souvent narcissique, d’opinions , parfois de thèses argumentées … ou un outil au service d’une cause, d’un combat, dans ce cas surtout quand il s’agit de féminisme en france, il ne peut être consensuel et le cliché : ce sont les minorités qui font bouger les choses, reste vrai, son influence ne tient pas au nombre de clics. (pardon wildo de te paraphraser)
    A propos de tout ce qu’on a pu lire suite à l’article d’olympe, j’ai trouvé dommage que certains-es s’empressent de réduire les blogs de femmes aux blogs dits « féminins » comme s’il n’y avait pas également des blogs stéréotypés « masculins », mais parler de ces blogs « féminins » est un bon prétexte pour ne pas voir tous les autres, et implicitement rappeler que les hommes ont des intérêts supérieurs.

  9. wildo Says:

    « A propos de tout ce qu’on a pu lire suite à l’article d’olympe, j’ai trouvé dommage que certains-es s’empressent de réduire les blogs de femmes aux blogs dits “féminins” comme s’il n’y avait pas également des blogs stéréotypés “masculins” »

    c’est pour ça qu’à l’époque je ne voulais pas mettre la banière « 100% meuf » que l’on trouve sur le blog d’Olympe par exemple … trop vague a mon goût, trop féminin, pas assez féministe …

  10. macdougal Says:

    Le « 100% meuf  » (le contenu du blog d’olympe étant particulièrement efficace), peut aussi faire partie de la revendication et signifier : j’appartiens à la classe des femmes , la classe qui se cogne au plafond de verre.
    Certaines féministes allant même jusqu’à renier le mot « féminisme » lui préférant anti sexisme oublient qu ‘elles font partie de cette classe « humiliée » (C. Delphy), les hommes consciemment, ou pas, ont parfaitement intégré qu’ils font partie de la classe des dominants et s’engouffrent dans ce reniement qui va renforcer leur position, aidés par celles -là mêmes qui croient lutter contre le sexisme.
    Si on pense genre, alors effectivement  » 100% meuf « est une expression qui peut sembler discutable quand suivant les moments on peut se sentir, homme, femme, ou ni l’un ni l’autre, mais les « Gender studies » ne touche qu’une infime partie de la population et dans une lutte il vaut mieux être pragmatique.

  11. wildo Says:

    100% meuf ça me parle pas, ça tergiverse, c’est pas posé de façon frontale, ça reste très complaisant envers les « keums » … ça les met pas en danger ;-)
    je trouve ça cul-cul la praline pour tout dire, bref, pas le genre de trucs qui me met en extase féministe ! 8)

  12. wildo Says:

    la meuf c’est la chose du keum, me reconnait pas là dedans … alors a fortiori 100% meuf, ben non, sans moi, lol !

  13. macdougal Says:

    100% nigger, nigger, nigger, dans le sens de P. Smith.

  14. wildo Says:

    ça me convient plus … et ça a plus de gueule sur un blog : 100% Nigger

    ça claque bien plus que meuf qui plouffe

    ;-)


  15. Je viens de lire ceci sur le blog d’Olympe:

    «  »Blogs de meufs

    désormais, afin que les blogs de filles progressent dans les classements des blogs influents je mettrai à la fin de chaque billet un lien vers 2 ou 3 blogs. Si vous voulez que je mette le votre faites moi le savoir »

    Si je partage en partie les réserves de Wildo sur le terme « meuf », je trouve la démarche d’Olympe très intéressante, une idée à suivre!

  16. wildo Says:

    c’est à la suite d’un chat sur le blog de Juan-sarkofrance que ‘javais émis à la cantonnade l’idée de faire un portail féministe ( j’en avais parlé aussi à MH, sur le modèle des Vigilants) à la suite de quoi est sorti ce sigle 100% meuf, fait par une de ses amies, dans lequel je me retrouve pas … par contre bien evidemment le contenu du blog d’Olympe j’ai rein a redire, c’est très bien.
    Pour que les blogs soient référencés chez Wikio il faut aussi les y inscire à partir de là les liens vont donner le score.
    Ex : si on veut voir monter le blog de MH – l’inscire en politique sur wikio – et faire des liens …
    voilà

  17. wildo Says:

    c’est fait … blog signalé à Wikio ;-)

    faites des liens

    faites des liens

    faites des liens


  18. Et toi Wildo, quand comptes-tu réoccuper un peu le terrain?

  19. lorycalque Says:

    « 100% meuf ça me parle pas, ça tergiverse, c’est pas posé de façon frontale, ça reste très complaisant envers les “keums” … ça les met pas en danger ;-) »

    Oh que oui! Vous voulez un exemple?
    http://www.pingoo.com/2008/09/09/interview-de-blog-valerie-nue/
    Féministe et communiste, qu’elle dit la fille. C’est une lumière de chez CSP, le macho à voile et à vapeur de la LCR. ça laisse perplexe…

    Sinon j’ai participé au débat à propos de l’article d’Olympe, publié sur Rue 89. Bein le voile passe mieux que le féminisme, chez leurs lecteurs. ça aussi ça me laisse perplexe.

  20. wildo Says:

    « mauvaiseherbe a dit :
    septembre 10, 2008 à 10:58

    Et toi Wildo, quand comptes-tu réoccuper un peu le terrain? »

    la politique c’est cynique et sinistre
    j’ai pas la bonne armure pour ça …

    pas la bonne distance

  21. semaphore Says:

    http://www.referencement-gratuit.net/referencement-gratuit.php
    Référencement découvert sur
    http://ellesaelles.canalblog.com/
    Inscription rapide et simple
    Reste à savoir si c’est réellement efficient…et ne saurait se substituer à la pertinence des articles posés.

  22. Lorycalque Says:

    @ Semaphore
    Euh… Georgette, Suzette, Violette & Co « font de la résistance »? En nuisette sur canapé? J’ai quand meme des doutes sur la pertinence du référencement.

  23. wildo Says:

    @ sémaphore : le référencement global Google « notre ami inquisiteur et ami des chinois et de Sarkozy » s’en occupe très bien …
    ;-)

  24. wildo Says:

    Google c’est l’Edvige des geeks ! ;-)

  25. wildo Says:

    « Oh que oui! Vous voulez un exemple?
    http://www.pingoo.com/2008/09/09/interview-de-blog-valerie-nue/
    Féministe et communiste, qu’elle dit la fille. C’est une lumière de chez CSP, le macho à voile et à vapeur de la LCR. ça laisse perplexe… »

    Ahbah, la LCR, mes préférés !
    Ils font un distingo très subtil entre la bonne et la mauvaise féministe : par exemple, MH, Lory et moi nous sommes les mauvaises féministes. (prouvé maintes fois dans le blog de ce CSP) Cherchez l’erreur …

    Krivine au départ il voulait faire exploser les magnats du capital avec ses potes d’Action Directe; Aujourd’hui il veut faire exploser l’audimat avec son poupon joufflu qui ressemble à Tintin. La baudruche révolutionnaire.

    Ce qui est révolutionnaire c’est le féminisme.
    Le reste on l’a déjà joué, on sait où ça mène, et l’extrème gauche pantouflarde n’a absolument aucune imagination. Le féminisme peut aider au déclin de l’économie de l’expoitation … que dis-je, au déclin de la civilisation de l’exploitation.

    Oh, je floode ce matin. ;-) pardon !

  26. Lorycalque Says:

    « Valérie, tu es la preuve vivante que la légende urbaine qui dit que les féministes sont de boudins frustrées est complètement fausse.
    Du peu que tu montres, tu as l’air d’être une belle femme ; j’adore tes jambes… »

    En somme la fille, elle a tout son féminisme dans les jambes, ça doit etre la raison pour laquelle chez les liberal-communistes c’est du féminisme agréé. On apprend dans la meme passionnante interview que la meme Valérie (toujours avec ses jambes), va bientot faire une interview au dit CSP. Il va surement lui donner son point de vue sur le féminisme…

  27. semaphore Says:

    @Lory & Wildo

    Réflexions faites, ce référencement a, je pense, pour seul objectif le fameux AdSense rémunérant la personne à l’origine de cette page, bref, un chausse-trape!

  28. wildo Says:

    “Valérie, tu es la preuve vivante que la légende urbaine qui dit que les féministes sont de boudins frustrées est complètement fausse.
    Du peu que tu montres, tu as l’air d’être une belle femme ; j’adore tes jambes…”

    quel bande de blaireaux ! je suis mdr.

  29. semaphore Says:


    Bon, demain, j’affiche mes genoux, et convie la blogosphère à une Suzette crêpes garden-party!
    Si c’n’est pas des arguments ça!

    Bannière 100% meuf : outre la terminologie sexiste des plus engageantes, le contenu est fort des promesses de son étiquette!

  30. wildo Says:

    … surtout les genoux ;-)

    oui 100% meuf c’est comme 100% boeuf !
    de la bonne viande je vous dis …

  31. macdougal Says:

    D’où l’expression  » Elle est bonne? « , première question que pose l’adolescent à propos d’une fille, il a le droit , il le sait , le masculin l’emporte…On est bien dans le registre boucherie, consommation.
    Quant aux hommes qui décernent des bons points de féminisme, à fuir, on se croirait au temps des plantations de coton, le maître qui félicite l’esclave.
    Il est naïf de croire qu’on peut avoir une lutte féministe dans un parti politique. Après un écoute polie, voire intéressée, dans un premier temps le féminisme sera évacué avec plus ou moins de ménagement. Pourquoi ceux qui font partie de la classe des dominants lutteraient pour la perte de leurs privilèges?

    100% Nigger (rythme, sonorité, sens )


  32. On assiste en effet à un nouveau courant, après les formules visant à rassurer l’auditoire masculin du caractère inoffensif de leurs démarches, telles que: « … mais je n’suis pas féministe »;  » féministe oui mais sans ses excès » etc, certaines femmes arborent désormais fièrement la bannière d’un « féminisme » tout à fait dépolitisé, un féminisme exsangue qui revendique une modernisation d’un courant ringardisé selon elles, par les positions jugées liberticides d’un féminisme dit trop académique. La plupart se réclame d’un féminisme « pro-sexe » , entendez par pro sexe :pro prostitution et pro porno, un féminisme qui dans son intitulé indique par opposition, clairement, les véritables ennemiEs de son combat: les féministes anti-sexe, ou toutes celles qui se risqueraient à porter un regard critique sur ces deux industries. Ce nouveau « féminisme » rencontre bien souvent une large adhésion masculine, adhésion jusqu’alors inespérée, comme le disait Dworkin ou même Solanas, dans la culture masculine, s’il est un droit qui doit rester intangible, c’est celui pour les hommes de maintenir à disposition des corps de femmes à baiser.

  33. wildo Says:

    je ne résiste pas : vendredi dernier, vernissage d’une copine en banlieue communiste … les élus responsables de l’assoce d’art sont là, dont le pilier central, toujours prêt a faire ses grosses vannes. On s’assoit, on boit un verre, on est 4 / 5 … Le pilier sort (toujours en « taquinant » depuis le début de la soirée chaque « meuf » de l’assoce) : « cette année c’est décidé, j’aurai ni chien ni femme  » … je le regarde impassible mais profondément dans les yeux, il cherche mon rire, je ne ris pas, personne ne rit d’ailleurs du coup, il a fait un flop monumental … il essaie de sortir de la vase en disant « Je plaisante » … je lui dit très tranquillement : « je ne le crois pas » … et là je souris.

    Retour sur paris – le long de la banlieue en voiture que des bars remplis de mecs pas de femmes. La meuf est cloitrée, on ne la voit pas …
    voilà une tranche de france en 2008 – ça fait pas envie …

  34. Lorycalque Says:

    « le long de la banlieue en voiture que des bars remplis de mecs pas de femmes. »
    -:)
    J’imagine parfaitement la situation, que je connais bien pour avoir vécu en banlieue.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s