La France, pays des droits de l’Homme et des femmes en jupons

26/10/2008

A propos de l’article de Libération, « L’avenir de DSK suspendu à un jupon »

Par Sylvie Tissot

24 octobre

sur http://lmsi.net/spip.php?article813

Introduction


C’est bien connu, en France, les femmes portent des jupons. C’est joli et léger, et c’est bien plus pratique. Ca s’enlève ou plutôt ça se soulève en un clin d’oeil, celui par exemple de l’homme qui passe par là, et qui, parce qu’on est au pays des libertins et du libertinage, aime bien, quelle que soit sa position hiérarchique par rapport à l’objet de son désir (et le désir éventuel de l’objet de son désir), l’exprimer justement, son désir. Et qu’on y réponde. En forçant un peu les choses si besoin est.

Article

Ce discours enchanté sur la France, où – encore une « exception française » !- les inégalités hommes/femmes n’existent pas (sauf, on nous le répète assez, chez les arabes et les jeunes de banlieues), on l’entend à chaque fois qu’une affaire d’abus de pouvoir masculin arrive à traverser la censure des médias. C’était le cas il y a plusieurs années quand une étudiante en thèse avait tenté (en vain) de porter plainte contre son directeur de thèse pour harcèlement sexuel. Que n’a-t-on pas entendu (déjà dans Libération) sur la judiciarisation des relations sociales, la police des mœurs, l’américanisation de la société, et autres épouvantails, qui ont efficacement fait oublier les corvées sexuelles auxquelles sont régulièrement soumises certaines étudiantes ou employées dans le monde du travail.

Et bien, ça n’a pas manqué pour la récente affaire impliquant Dominique Strauss-Kahn, galant homme et homme à femmes, séducteur invétéré, coureur… de jupons justement !, égaré au pays des corsets et du politiquement correct. Il aurait – récompense pour services rendus ? manière de réduire au silence une éventuelle insoumission ? – fait verser par son institution des émoluments généreux à sa maîtresse.

On se souvient qu’avant sa nomination au FMI, des réactions indignées avaient accueilli le seul article, paru sur le site Rue89, qui avait osé évoquer les formes de drague très insistantes dont le membre du parti socialiste était coutumier.

La presse et la classe politique font bloc, comme un seul homme si on peut dire, autour de DSK : même minimisation des faits (une affaire de « jupons », franchement…), même opposition entre la France de la liberté sexuelle et l’Amérique puritaine, et mêmes contre-feux : l’article de Libération (centré autour de la question de savoir, on croit rêver, si la carrière de DSK est mise en péril par cette affaire !) se termine en évoquant les critiques suscitées au sein du FMI par l’enquête menée contre le Français.

Une « chasse à l’homme » contre DSK !

« Des arrière-cuisines du FMI [qui] ne sont pas reluisantes », conclut la journaliste. Tandis qu’on fait remarquer, à grand renfort d’anti-américanisme et clins d’oeil entendus, que notre Asterix DSK, « sur la sellette », n’a quand même pas de compte à rendre aux électeurs américains ! Depuis quelques jours, enfin, c’est le grand classique de la « campagne de déstabilisation » [1], et sous la plume de Daniel Schneidermann, qui parle de « chasse à l’homme », Dominique Strauss-Kahn est définitivement devenu une victime.

La question des inégalités hommes/femmes et des innombrables manières dont elle se traduit (y compris dans la sphère privée) est, en France, encore très largement niée. Arrêter de tout sociologiser : c’est l’AMOUUUR, on vous dit !!! Quand elle n’est pas brutalement niée, elle est, c’est un autre classique, reléguée au second rang des préoccupations. Les esprits supposément contestataires ne sont d’ailleurs pas en reste, et pas forcément moins franchouillards en la matière. On entend déjà certains estimer peu opportun de s’intéresser à des « frasques sexuelles » alors qu’il y a bien mieux à faire à dénoncer le ralliement aux dogmes néo-libéraux ou encore les positions sionistes de Dominique Strauss-Kahn.

Et bien non. Il faut revendiquer le droit de s’intéresser aux « frasques sexuelles ». Non pas pour plonger dans le détail des ébats de Dominique Strauss-Kahn (perspective pas vraiment excitante, il faut bien l’avouer), mais pour que les nôtres soient, dans un pays qu’on voudrait moins aveugle à la réalité du sexisme, enfin joyeuses, intenses, multiples et… égalitaires !

Advertisements

10 Réponses to “La France, pays des droits de l’Homme et des femmes en jupons”

  1. Celia Says:

    « l’incident qui a eu lieu dans ma vie privée… » voilà comment DSK qualifie la jeune colaboratrice polonaise. Avec sa gueule d' »incident, j’espère qu’elle l’a mauvaise.
    Mais, le + grave c’est que nous allons donné 1300 milliards d’€, à toutes ces braguettes de banquiers et autres patrons du FMI pour qu’ils continuent à regarder sous les jupes des filles plutôt que sur l’indice de la croissance.

    une élue socialiste et féministe.

  2. wildo Says:

    Moi ça me débecte cette histoire – DSK est connu comme le loup blanc pour je cite dans le désordre : « avoir des main baladeuses à Solférino » , être un « chaud lapin », la vidéo suivante est éloquante également en ce qui le concerne (c’est de lui qu’on parle) http://www.dailymotion.com/video/k1yDDnV0FPp1MjOmi3

    Donc tout ça mis bout à bout ça s’appelle être au minimum un harceleur sexuel et un agresseur sexuel en ce qui concerne la vidéo sus citée.
    Personne au PS ne bouge. La misogynie bat son plein comme d’habitude. Il faut prendre tout ça à la légère. Ce sont des « frasques » …
    C’est à gerber.
    Et après les mecs du PS viennent faire des leçons de féminisme sur les blogs mdr …

  3. jevoudraisvivrelibreetegale Says:

    Et certain e s disent d’Anne Sinclair que c’est une « grande dame » parce qu’elle l’a soutenu.

    Déjà j’ai jamais entendu parler de « grand monsieur » qui soutienne sa femme dans de telles circonstances mais en plus soutenir quelqu’un e dont on lit ce qu’on lit ou ayant vu cette vidéo, j’avoue que je ne comprends pas.

  4. olympe Says:

    jvvle je n’ai pas souvenir de circonstances ou une femme politique ait été mise en cause pour harcelement sexuel

  5. alice Says:

    Le sexisme est présent partout. A droite comme à gauche. Et comme partout c’est l’homme qui est la victime d’une jolie et jeune fille, c’est bien sûr elle qui l’attire donc elle qui est responsable. Lui ne répond qu’à un besoin naturel « d’amour ». De toute façon, on sait très bien que les « Grands Monsieurs » sont friands de conférences hébergées dans des hôtels de passe qui mettent à disposition toutes les escorts qu’ils souhaitent. C’est peut-être un peu hors sujet ici mais j’ai lu récemment que des députés européens scandinaves demandaient des sanctions contre ces « conférences ». Un petit espoir au milieu de ce tas d’imondices?


  6. « j’ai lu récemment que des députés européens scandinaves demandaient des sanctions contre ces “conférences”. »

    Un petit espoir oui. Sans doute devons-nous cette initiative au fait que plus d’un tiers des eurodéputés sont des femmes, de plus les pays scandinaves sont de loin les plus évolués en matière de parité.

    On comprend mieux la résistance en France de nos hommes politiques à non seulement ce principe de répartition égale, la parité, mais aussi et surtout à la candidature d’une femme au poste de présidente.


  7. Un article très éclairant sur les méthodes de monsieur DSK et de son conseiller en communication:

    http://www.bakchich.info/article5414.html

  8. wildo Says:

    Je comprend pas, le harcèlement sexuel est condamnable en France … alors pourquoi cet homme passe t il constamment à travers les mailles du filet de la justice ?

    DSK – Sarko le même environnement politico-mediatico-financier (Lagardère etc) … heureusement qu’on l’ a pas eu comme candidat au PS !!!! Cela aurait fait doublon avec l’autre !!!

    http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=46125#commentaires

  9. wildo Says:

    Lisez bien les commentaires de l’article sur agoravox et sentez comme la gent masculine se tient les coudes et les couilles …

    Un mec peut être la pire des ordures sexuelle, il en a le droit, ça ressort dans de nombreux commentaires de façon plus ou moisn implicite. Mais c pregnant.

  10. jevoudraisvivrelibreetegale Says:

    Moi non plus Olympe, c’est ce que je voulais dire en fait même si ma phrase n’est pas claire apparemment.

    Glorifier la caution le pardon ou le silence d’une femme envers un homme agresseur (aux dépends des autres femmes), c’est la loi du plus fort et la perpétuation de la domination.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s