Gauche sévèrement burnée, le retour…

24/01/2009

Par Mademoiselle S. le vendredi, janvier 23 2009

sur http://www.entrailles.fr…

Je tourne depuis un moment sur des blogs se réclamant « gauche de la gauche », et j’ai l’impression que dans le sentiment d’urgence qui se développe face au gouvernement actuel, il y a comme une réaction ultra virile qui s’installe. Genre « ouais, on est pas des couilles molles, on peut pas laisser faire, on va leur montrer qui on est gnargnark ouch ouch (cri de gorille) ».

Je me disais, que dans cette espèce d’ambiance d’urgence, le côté petit crapahuteur couillu para-militaire qui galope contre les barricades va devenir difficile à gérer pour ceux qui représentent déjà dans ces contrées des groupes un peu minoritaires. En gros, le côté « ton combat nous divise et on a pas besoin de ça face à sarko, faut agir et pas se disperser » va prendre encore plus d’ampleur que d’habitude… Bien entendu, il y aura des déclarations de principes du style « pas de sexisme ici, pas d’homophobie » mais dans les faits ce sera le dernier de leurs soucis.

En même temps, il fallait s’y attendre, quand elles avaient un peu moins le couteau sous la gorge, les organisations politiques à l’extrême gauche se sont contentées, face à la demande de quelques femelles militantes, de propulser une nénette pas trop dérangeante dans un coin, avec un paquet de feuilles et des petites gommettes en lui disant « tu vas t’occuper des questions de sexisme ». Ça a été là l’apogée de l’intégration des idées féministes dans les organisations d’extrême gauche… Y’a bon. Ce que je vois poindre me fiche un peu la trouille. Le lexique du militant extrême gauche semble tourner autour d’un pénis en érection : il va falloir être bien durs ! Bien dur face à un pouvoir dur. Bien dur. Je les vois d’ici les réunions avec sur l’estrade cinq types en train de vociférer en empruntant au registre de la guerre des métaphores de pénétration. Va y avoir intérêt à rester dans l’rang moi j’te l’dis.


Quand ça concerne des petits lycéens qui se font un peu trembler en se baladant avec un keffieh (que d’ailleurs maman a très certainement commandé à la redoute) et une bière premier prix, bon hein… mais quand on fait un tour sur certains blogs d’extrême gauche, on dirait que même les adultes on envie de rejouer a « Big Jim » ou « GI Joe ». Faut dire qu’ils ont trouvé leur maître version cravatée avec notre colérico-couillu national. On se souvient tous du « C’est toi qu’a dis ça ? Ben descends un peu l’dire ! Descends un peu, si t’as des c… si tu crois… bahbahtututdjé… ben viens, viens ! » Dans cette ambiance bien burnée, je sens qu’il va y avoir une foule de nénettes qui vont encore rester au bord du terrain à regarder des matchs entre les viriles de droite DURE et les viriles de gauche DURE. Allez les filles, on remballe les gommettes… Et on apprends le vocabulaire de la guerre politique « vais lui mettre dans l’cul », « fils de pute tu vas voir si on sait pas faire grève »…

Je tournais donc sur ces blogs quand, il y a quelques jours, je tombe sur un billet de CSP, blogueur à l’impitoyable gentillesse et à la virilité exacerbée. Habituée au côté couillu des billets, marque de fabrique de la gauche qui s’empare du registre de langue populaire pour rougir avec style ses positions, j’entame la lecture d’un billet sur l’ignoble habitude de féminiser les textes politiques. Et j’apprends que CSP vote contre. Plus, il s’insurge.

Pourquoi ?

– ça rend les textes illisibles

– c’est une horreur grammaticale

Que CSP ait une lecture poussive qui lui demande beaucoup d’efforts et de concentration, que ces exotismes langagiers lui rendent ce travail de lecture pénible, soit, soit. Il y en a bien qui ont du mal avec les films sous-titrés, ne stigmatisons pas nos difficultés entre gauchistes. Respect. Hein. Bon.

Que CSP s’accroche à la grammaire officielle, là, j’en reste pantoise. Mais soit. À la grande rigueur, passons encore. Il faudra simplement qu’il daigne nous prévenir de la date de son prochain repas avec Jean D’ormesson. Et puis, pourquoi ne pas ajouter une catégorie orthographe au blog, avec : « On dit bite, couille et enculé, et non bitte, couyes et ancullé » ?

En continuant la lecture, dont les « e » ajoutés à chaque mot participent d’un effet comique qu’on ne saurait manquer, on se rend compte de ce qui sous-tend la croisade « dictée de Pivot » de notre CSP. Ce n’est pas le spectre du vieil instituteur à la grosse baguette en bambou souple et dure qui plane. Ben non. Ce qui plane c’est son « profond-e scepticism-e quan-e-t aux question-e-s de sexe-et de genre(s)-e ».

Ces questions, portées par des camarades, notre futur académicien ne les trouve « pas toujour-e-s pertinent-e-s dans leur volonté-e de nie-e-r toute-e dimension-e biologique-e à ces question-e-s et de ne voir que de la construction social-e partout-e. »


Alors là. Ça donnerait presque envie de lui demander s’il trouve que la dimension biologique est également niée par les auteurs et militants anti-racistes. Non mais pourquoi pas ? Les noirs ont tout de même la peau noire. La peau, c’est pas social ça ! C’est biologique ! Et c’est pas de notre faute s’ils courrent plus vite aussi ! C’est biologique aussi ça hein ? C’est pas social non plus ! Et ben merde ! Y’a un moment, bite chatte couille, qu’il faut les dire les choses, merde bite enculé ! Non ?

Ah, on n’a pas finit de se marrer, nous les Autres, non masculins, non blancs, non hétéros. (avec un peu de pub au passage pour une militante et chercheuse qui se frotte depuis des lustres à ces gentils gauchistes qui préfèrent que le repas soit prêt en rentrant d’une révolutionnaire réunion.)

Advertisements

22 Réponses to “Gauche sévèrement burnée, le retour…”

  1. wildo Says:

    Bof … Mademoiselle distribue les bons points sur la blogosphère de gauche masculine ?

    CSP il suffit de le lire une seule fois et on a compris, c’est comme Intox2007 tous leurs billets s’articulent autour de l’utilisations de métaphores sexuelles. L’un est hétéro et l’autre pd … comme quoi … En vérité je ne sais pas si c’est un truc de gauche ou d’extrème gauche – j’ai envie de dire c’est un truc de gros connards sexistes … point.
    Mademoiselle … celle qui vire les pro-Royal de son blog quand elle est à court d’arguments … on va dire que c’est pas terrible non plus … finalement l’un dans l’autre contribuer au Segobasching dont les racines sont sexistes et d’autre part dénoncer les blogs virilistes c’est un peu l’hopital qui se fout de la charité …

    Les blogs de gauche individualistes m’ennuient – Je préfère de loin les thématiques comme celui-ci


  2. @wildo

    je suis assez d’accord avec toi mais j’avoue que ce papier qui souligne la dialectique viriliste de certains révolutionnaires (ils n’ont pas encore compris que la politique ne se limitait pas à un concours de bites) ainsi que les arguments fallacieux de ces progressistes féministes dés qu’il s’agit d’acter leurs prétendues bonnes dispositions est plutôt pertinent, pour le reste en ce qui concerne le Segobasching nous sommes d’accord oui ;-)


  3. Blog de gauche individualiste parce que je raille les royalistes ET CSP ?
    Wildo t’as rien compris, je suis de droite en fait ! :)
    ça tombe sous le sens.

    Bises.

    Mlle S., blogueuse à l’étiquette déchirée.


  4. Railler les Royalistes c’est de bon ton oui, racoleur et puis en sarkozy personne ne vous le reprochera … Les Aubryistes eux sont des vrais militants de gauche n’est-ce pas, ce serait injuste.
    Wildo a raison le Segobashing participe d’un sexisme tellement intériorisé que même certaines féministes rejoignent la meute sans même saisir ce à quoi elles participent.


  5. Mais tu ne peux pas intégrer que je ne rentre pas dans le conflit Royal/Aubry ?
    Et le badinterbashing ou le parisotbashing, c’est du sexisme aussi ou ça reste un royal privilège ?


  6. Badinter et Parisot sont de gauche et féministes ?

    A droite il ne me semble pas que l’une ou l’autre soit à ce point une cible privilégiée (oui parce que Royal a elle le double privilège d’être autant attaquée par la droite que par la gauche). Et inutile de répondre que le féminisme de Royal est sur le plan théorique sans doute encore perfectible (bien que largement au dessus de la moyenne de l’ensemble de nos représentants politiques), dans les actes pas une femme politique française ne lui arrive à la cheville (sinon Taubira ? spontanément je n’en vois aucune autre)!


  7. C’est merveilleux un(e) militant(e) socialiste. Royal et Taubira. je m’y fais pas moi. Non mais vous en avez certainement bavé à soutenir Royal, une forme de courage peut-être.
    Bonne soirée en tous cas.


  8. Tu as raison oui, pas facile de se faire entendre quand on aboie devant les hurlements d’une meute, merci pour ton empathie. Tu n’es pas socialiste j’entends bien mais ce n’est pas ici que se situaient mes interventions.
    Bonne soirée à toi.

  9. wildo Says:

    Non tu n’es pas de droite Mademoiselle, Csp est dans ton blogroll et tu le dis toi même il a la gentillesse rugueuse ou un truc dans le genre – donc implicitement cette ruguosité faite mâle tu l’accepte sans broncher – ce qui est étrange c’est de te voir réagir tout à trac sur la féminisation des mots versus Csp – alors qu’en le lisant une seule fois au travers des billets de son blog on comprend vite à quel genre de mec on a affaire, gauchiste ou pas, féminisation des mots ou pas …
    Tout ça mis bout à bout fait que je trouve ton billet curieux. Oui, je trouve tes prises de positions « féministes » assez peu cohérentes en réalité. Tu distille typiquement ce que j’appelle un féminisme arrangeant, qui oscille entre le Queer et qq discours basiques …
    Mais ton discours est surtout centrée sur ta petite personne, un peu comme si tu prenais les lumières du féminisme pour éclater et scintiller sur la blogosphère … pour moi beaucoup de tes billets manquent de profondeur.
    Celui- ci par exemple aurait pu être percutant si le discours accompagne tes actes, or lire Csp et le trouver gentil mais « rugueux » pour moi est incompatible avec une démarche féministe en profondeur … c’est surtout complètement incohérent.

  10. Sergueï A. Storm Says:

    C’est « blogueur à l’impitoyable gentillesse » dans le texte, pas « gentillesse rugueuse », et ça renvoie au sous-titre du blog de CSP : »notre gentillesse sera impitoyable ».
    Tout cela n’est pas bien méchant, si ça se trouve c’est de l’humour.
    Ceci dit, je n’aurais jamais cru, avant de lire des blogs féministes, qu’il pouvait y avoir de telles divergences idéologiques au sein de ce camp.

  11. wildo Says:

    Bien sûr je pourrais me tromper mais je ne le crois pas …
    L’humour crade, sexiste pour articuler ses idées politiques pour moi ça relève d’un non sens – ça cantonne la politique à l’art de la guerre or c’est précisemment ce dont il faut la sortir … Royal entre autres, propose sans cesse de sortir la politique de ce genre de piège qui ne mène plus nul part. Et c’est ce que je reproche a des partisans comme Csp – ce côté killer monté sur tésto, c’est fatigant à lire – idem pour Intox … Ce n’est pas de l’humour mais une façon de dire donc de vivre sans arrêt l’amalgame entre politique et sexisme crade … Pour faire court l’adversaire politique doit se faire baiser bien profond et bien dur … on imagine aisément quelle forme prend cet adversaire dans l’imaginaire de ce genre de vocabulaire …
    Ce n’est pas de l’humour.


  12. si ça ne te fait pas trop mal aux yeux, tu ouvres le blog de cps dix secondes et tu pourras lire la bannière ”notre gentillesse sera impitoyable”. Puisque je manque de profondeur, autant que ma cohérence reste intacte.

    Quand à ta vision politique de Royal bon évidemment je ne peux pas te rejoindre, mais c’est pas tant elle que les candidats au PS dans ce qu’ils représentent, mais on ne va pas refaire l’histoire de la dégringolade du PS et de ses conversions idéologiques. Royal finalement n’est qu’un symptôme.

    Pour ce qui est de l’humour, sans parler de CSP mais plus largement, je pense au contraire qu’il peut-être très utile pour lutter contre la tendance à l’expertisation de la politique, qui tend à déposséder beaucoup de monde de sa légitimité à parler de politique. Je pense à la presse et à des journaux comme Le Plan B ou CQFD par exemple. Mais là non plus on ne va pas se rejoindre…

    Sinon, nous sommes deux à tenir ce blog, et nous le faisons sans prétention ni trop de sérieux ; pour ce qui est du queer, j’avais mis l’article de thiers vidal et masson, « pour un regard féministe matérialiste sur le queer », je m’en tiens plutôt à leurs interrogations.

    Bises.

  13. wildo Says:

    Pour faire court : perso en tant que féministe de gauche ça ne me viendrait pas à l’idée d’incorporer Csp dans mes liens … d’où mon étonnement en lisant l’article visé ci-dessus. Csp n’est pas un contre expert de la politique – comme Intox il utilise exactement les mêmes procédés de guerilla verbale sexistes pour étoffer ses arguments. Je connais beaucoup de blogs de citoyens experts, surtout depuis les dernières élections présidentielles et ces blogs n’ont pas besoin de violence et d’allusion sexuelles pour avoir des lecteurs et défendre leurs points de vue. Sarkofrance, le Monolecte etc n’ont jamais recours à ce genre de procédés … Indymédia non plus, pas plus que le réseau Voltaire etc …
    Donc pour moi le style bite couille politique de gauche c’est juste de la beaufferie de gauche. Ni plus ni moins.


  14. « Pour ce qui est de l’humour, sans parler de CSP « , disais-je. IL me semble que le billet cité au dessus en dit assez long. Peux-tu concevoir qu’il y ait des blogs ou journaux qui utilisent l’humour sans pour autant être sexistes ?

    Sinon, j’ai beaucoup de mal avec le terme « beauf », ça sent l’ethnocentrimse de classe à plein nez. Un autre type de violence, comme le sexiste. Ceci dit, je pensais que tu parlerais de « populisme » plutôt. C’est souvent soi l’un soit l’autre.

    Je ne peux pas deviner de quels blogs de « citoyens experts » tu parles, mais il me semble que nous ne nous entendons pas sur le terme expert. IL contient plus que l’idée de « connaître » ou chercher à connaître une question, un problème, mais plutôt de savoir avancer les arguments légitimes, dominants. Les « citoyens experts » militants du non au référendum de 2005 ne bénéficiaient pas de la même légitimité par exemple, ce qu’ils soulignaient, même appuyé sur des lectures précises et des références n’avaient pas le même poids. Et de fait, quand on avance contre un ensemble d’idées dominantes, l’humour peut-être une arme pour casser l’aura de sérieux qui entourent certaines prises de positions, qui se font passer non pour des prises de positions mais pour « le vrai ». Beaucoup de féministes dans les années 70 ont utilisé l’humour pour cela.

    Je ne parlais pas de CSP, donc, mais ceci dit, revenons y. Je suis retombée il y a peu sur un texte qui est intéressant à ce titre :

    « La langue « macho »
    « Overcoming Masculine Oppression in Mixed Groups » [1]

    Plus souvent qu’autrement, ce sont les hommes qui, même minoritaires, dominent les activités des groupes mixtes. On peut presque parler d’un « schéma masculin de comportement » ; non parce qu’il n’arrive jamais qu’une femme s’exprime de cette façon, mais parce que ce sont généralement les hommes qui ont le privilège d’agir impunément de la sorte. Et ces comportements ont pour effet d’entretenir ce privilège, en aliénant celles et ceux qui recherchent des échanges plus naturels, égalitaires et efficaces.
    Certaines personnes ont déjà commencé à identifier leurs schémas de pouvoir et à assumer la responsabilité de s’en défaire. Voici une liste des comportements qu’ils cherchent à changer en elles et autour d’elles : les caractéristiques de la « langue macho »…

    Commençons par arriver à l’entendre, autour de nous et dans nos propres interventions.

    JOUER AU « SOLUTIONNEUR » DE PROBLEMES
    Être toujours celui qui donne la réponse ou la « solution », avant que les autres n’aient eu quelque opportunité de contribuer à l’échange.

    MONOPOLISER LE CRACHOIR
    Parler trop souvent, trop longtemps et trop fort.

    PARLER EN « MAJUSCULES »
    Présenter ses opinions et ses solutions comme le point final sur tout sujet, attitude renforcée par le ton de la voix et l’attitude physique.

    lire la suite ici : http://1libertaire.free.fr/Languemacho.html

    C’est pioché sur « libertaire.free », mais je précise immédiatement pour toi, je ne suis pas anar. Parce que tu t’emballes vite, et je pense que ce n’est pas le genre de sites que tu fréquentes.

    Mlle S.

  15. wildo Says:

    Non seulement je connais ces sites mais j’ai fait un certain nombres d’émission sur Radio Libertaire sans être Anar avec un grand A … mdr … comme quoi tu vois … les a prioris ça va très vite sur le web.
    Et pour cause – le web c’est le monde de l’esprit un monde sans corps – donc pour me faire une idée d’un blog par exemple, le tien en l’occurance – je ne m’appuierai pas forcément tant sur le choix des articles mais surtout sur la qualité et le contenu des commentaires et a fortiori ceux des tenants du blog. Le blog c’est la structure, le billet l’idée et l’acte qui accompagne l’idée exposée, la valide ou la discrédite ou non ce sont les commentaires ainsi que la gestion de ces commentaires… à partir de là je me fais une idée de ce que je peux avoir en face …

    Par ailleurs l’article que tu cite avait été posé sur le blog Archipel Rouge (un blog collectif auquel j’appartenais), enfin celui d’origine il y a presque deux ans, c’est dire si je le connais …

    PS : Sarkozy est beauf, c’est même le roi des beauf « Bling-Bling » et pourtant il appartient à la classe dominante … beauf est devenu plus un style de vie, un rapport chosifié au monde qu’un rapport de classe … tu vois, tout évolue … et c’est dans la perspective du rapport au monde chosifié, sexisé, (le sexe chosifie bien avant de libérer, enfin pour l’instant), que j’ai mis Csp dans cette case … Marrant comme implicitement tu le défends en voulant me faire passer pour qq d’irrespecteux … encore une de tes contradictions féministes …

    Bon dimanche

  16. wildo Says:

    Et je dirai même plus, aujourd’hui la lutte des classes c’est la lutte contre la classe : c’est à dire se battre pour essayer de rester un être plutôt qu’une chose, rentrer ou ne pas rentrer dans la classe « chose » … c’est bien pour ça que le Queer me fait rire par exemple … La marchandisation de notre vie entière ce n’est pas qu’un slogan sur une banderole rouge c’est la réalité. A nous de faire en sorte que même dans notre langage et notre humour nous colportions le moins possible cette gangrène.
    L’humour ne doit pas faire l’impasse de la vigilance …

  17. Floreal Says:

    Bein CSP, c’est un ancien para reconverti dans le social. Sans vouloir faire d’attaque à la personne, c’est le genre d’expérience qui laisse des traces. Disons à sa décharge qu’il aurait pu se reconvertir pire…
    Il dit lui meme n’etre intéressé que par 2 choses dans la vie, le sexe et la politique, ou le contraire, bref pour le sexe il est curieusement proche d’approches du genre de celles d’une Marcela Jacub (qu’il ne connait probablement pas), c’est à dire que sur le sujet il est profondément ultra-libéral sans le savoir, ce qui est quand meme un peu gènant quand on se dit d’extrème-gauche.
    Par ailleurs il y a quelques temps déjà, il cherchait « une femme pour avoir des enfants » (sic), et il énumérait les conditions requises pour la sélection de l’éventuelle prétendante. Rien qu’à les lire, c’était édifiant. D’ailleurs le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il n’y eut pas une foule d’aspirantes pour se presser au portillon, il n’y en eut meme aucune, ce qui est tout de meme rassurant sur le minimum de conscience féministe de l’extrème-gauche, je dois dire.

    Sinon les nénettes qu’on trouve le plus souvent sur son blog, elles ont intégré le machisme et se comportent comme des machos vis à vis des autres femmes (bon il faut dire que c’est souvent pour des raisons qui n’ont rien à voir avec le féminisme qui est le dernier de leur souci, leur raison de miser sur le NPA étant tout à fait autre).

    Elles se verront renvoyées « après l’insurrection » (et si elle ne vient pas, elles y seront renvoyées quand meme) aux couches-culottes et à l’intendance domestique, comme ça a toujours été.

    On pourra toujours les remercier pour leur bons et loyaux services.

  18. wildo Says:

    En plein dans le mille ! héhéhé…


  19. En 72 (ou 73?) j’étais à Paris pour un truc féministe, en même temps que des militants « mâles » pour une quelconque cause du peuple.

    Je parlais d’une pancarte qui m’avait bien fait rigoler: une nana, le gros ventre en avant, un marmot dans les bras, un autre à ses jupes, une vaisselle d’enfer derrière elle, un paquet de linge sale devant, le téléphone coincé entre menton et épaule faute d’avoir quat’bras.

    Elle répondait d’un air épuisé: « Non… il est pas là… il est à une manifestation… en faveur des peuples opprimés…  »

    Et voilà le Kamarad qui, au lieu de rire (un peu jaune, mais RIRE, quand même!) lève un doigt docte et me fusille des yeux: « ça dépend s’il est allé à la manif pour son plaisir ou par devoir révolutionnaire ».

    Laisse tomber, Mimi, t’as tout compris.

  20. wildo Says:

    « Devoir révolutionnaire, devoir conjugal, même « combat »! »

    Pfffftrrrttt !

    Y a pas à dire les féministes qui frayent avec ce genre d’olibirus « gauchiste » sont à la noce …

  21. wildo Says:

    Pile poil dans le sujet – aujourd’hui sur Facebook je reçois une illustration qui est censé faire la critique du gouvernement Sakozy : Sarko est en tenue SM est tient Marianne en laisse, elle est a genoux pliée en deux, et lui lêche les bottes …
    Je me permet de faire deux réflexions au « camarade  » stef Bleac : 1) que je trouve l’illustration violente et 2) également sexiste. Ce genre d’illustration, c’est exactement ce que décrit mademoiselle dans son article sauf qu’ici c’est le dessin qui véhicule encore une fois l’amalgame entre politique et sexe violent.
    Je vous le met en mille, je suis passée une fois de plus pour l’emmerdeuse de service …
    Vive la gauche !
    On s’emmerde jamais …

  22. Emelire Says:

    trop marrant les gomettes … nan mais c’est aussi et souvent des agences *matrimoniales* ces orgas là, tu penses, tout ces jeunes gars bouillonnants (hum) d’idées ;o) alors les filles, tu retrouveras la femme du chef (comme dans Astérix), la belle Falbala, on écoutera gentiment les filles, qui peut être apporteront un gateau, feront le café, illustreront les tracts … mais qui c’est ki kause ? ki c’est k’on applaudit ? ben LE chef … toujours le chef. Et puis la femme du chef lui fera plein de petits chefillons, elle aura moins de temps pour aller aux manifs et aux réunions, et puis cuisiner du frais du bio ça prend du temps (le chef lui s’asseoit à table et que la soupe – bio – soit chaude)…
    Emelire, qui raconte ici en partie ses souvenirs de djeunesse (ça date ça date ;o)


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s