Des collégiennes agressent une lycéenne lesbienne

24/09/2009

Albi. Deux élèves qui ont mené le guet-apens, interpellées hier.

Publié le 24/09/2009 03:48 | Pierre-Jean Pyrda

Sur http://www.ladepeche.fr…

Elle n’en pouvait plus d’être insultée, en raison de son orientation sexuelle. Depuis la rentrée, une adolescente de 16 ans, élève du lycée Bellevue, était devenue la cible d’un groupe de collégiennes. Trois d’entre elles, les « meneuses », l’avaient surprise un soir, place Jean-Jaurès. Elles attendaient le bus pour rentrer chez elles. La lycéenne albigeoise s’était assise sur un banc, avec son amie : les deux filles ont échangé un baiser, sur la bouche. Témoin de la scène, un groupe d’élèves scolarisées au collège Balzac a eu une réaction épidermique : des insultes à caractère homophobe ont jailli.

« C’était devenu un rituel de s’en prendre à elle. Après le premier incident, la jeune fille avait changé d’itinéraire. Elle évitait de passer devant le collège Balzac mais les autres arrivaient toujours à la retrouver », confie un enquêteur de la brigade de sûreté urbaine qui a entendu la victime, venue déposer plainte mardi au commissariat avec sa maman.

Lundi soir, la lycéenne est carrément tombée dans un guet-apens. Entourée par une dizaine de filles, elle a reçu des gifles, des coups de pied, elle a eu des cheveux arrachés. Des violences que sa famille ne pouvait admettre… et que les pouvoirs publics, comme l’Éducation nationale ne veulent pas laisser passer.

Hier matin, deux des trois meneuses présumées de la bande ont été interpellées, au collège Balzac. Elles sont à peine âgées de 14 ans et habitent Albi. Placées en garde à vue, elles ont reconnu leur participation aux faits « mais en atténuant leur responsabilité », indique un enquêteur de la BSU.

Saisi, le procureur de la République a décidé de les poursuivre pour « violences aggravées commises en réunion ». Les deux adolescentes sont convoquées le 9 octobre devant le juge des enfants..

Publicités

7 Réponses to “Des collégiennes agressent une lycéenne lesbienne”

  1. nicocerise Says:

    On pouvait le sentir venir. Courage les filles
    Je suis comme je suis
    Je suis faite comme ça
    Quand j’ai envie de rire
    Oui je ris aux éclats
    J’aime CELLE qui m’aime
    Est-ce ma faute à moi
    Si ce n’est pas LA même
    Que j’aime à chaque fois


  2. Joli cette relecture de Prévert ;-)

  3. emelire Says:

    eh oui c’est triste d’en arriver là … je viens du site de Sos homophobie et ça continue toutes ces agressions, les ‘cités’ avec leur mélange de *religion* et de violence, haine, sexisme … sont pointées du doigt dans un bouquin … que je vais peut être acheter. Il y a vraiment des coins où il devient aussi impossible de vivre que ça l’était dans la France du début 20e siècle … les enfants de divorcés, enfants naturels, etc. y ayant la vie impossible :o(( ben voilà la religion sort par la porte et re-entre par la fenêtre … beurk :o(

  4. wildo Says:

    oui, les agressions lesbophobes n’ont jamais vraiment cessées … sorties de bar , de boîte , réflexions agressives verbales en pleine rue à toute heure du jour, elles parsèment la vie comme des pointes de flèches …

  5. Stedransky Says:

    C’est terrible : dire qu’on peut vivre dans ce pays en oubliant la haine qui existe entre certains de ses citoyens et de ses citoyennes. La liberté d’aimer, ce n’est pourtant pas trop demander !

  6. Weatherwax Says:

    « Témoin de la scène, un groupe d’élèves scolarisées au collège Balzac a eu une réaction épidermique : des insultes à caractère homophobe ont jailli. »

    Ben tiens, »épidermique ».
    C’est pas de leur faute, hein, c’est juste un vilain réflexe. Peut-être même que c’est inné!

    « Je me demande ce qui s’est passé dans la tête de ces filles. »
    (L’inspecteur d’académie cité dans La Dépèche)
    Ah bah c’est vrai quoi, on vit paaaas du tout dans une société lesbophobe! La preuve, on les voit s’embrasser tous les ans à la Pride!

    Le pire (?), c’est probablement ces commentaires stupides qui se demandent si on ne doit pas commencer à juger les mineur-es de 10 ans comme les majeur-es, ou si il ne faut pas envoyer les jeunes filles en HP.
    Ben tiens, c’est plus sûr de les présenter comme des folles ou des psychopathes plutôt que comme des lesbomophobes ordinaires qui ont poussé la logique jusqu’au bout…
    Emelire
    « les ‘cités’ avec leur mélange de *religion* et de violence, haine, sexisme … sont pointées du doigt dans un bouquin …  »

    Les lesbiennes harcelées et agressées pendant un an à Segré la campagne, pas une cité. Elles n’ont certainement pas le monopole de la violence. J’habite dans une métropole, où le mariage lesbien est possible (wahou…), ça n’empêche pas la lesbophobie d’être présente, même si c’est rarement sous forme de violence physique (hypersexualisation, apostrophes dans la rue, commentaires…), et pas uniquement dans les zones défavorisées, loin s’en faut.
    On nous tolère à peine(en nous hypersexualisant ou nous davalorisant, ou en nous considérant comme des malades qui seraient « nées comme ça-bah ouais, elles ont pas choisi, les pauvres »)ou alors sous la forme d’un cirque à la Pride, y’a pas vraiment de quoi se rengorger sur l’égalité ou continuer à creuser la tombe des « cités ».

    Wildo à raison, la lesbomophobie n’a jamais vraiment arrêté.


  7. « On nous tolère à peine(en nous hypersexualisant ou nous davalorisant, ou en nous considérant comme des malades qui seraient “nées comme ça-bah ouais, elles ont pas choisi, les pauvres”)ou alors sous la forme d’un cirque à la Pride, y’a pas vraiment de quoi se rengorger sur l’égalité ou continuer à creuser la tombe des “cités”. »

    Absolument d’accord avec ça.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s