Femmes et hommes dans la prostitution : même combat ?

21/02/2012

Femmes et hommes dans la prostitution : même combat ?

 

par binKa

 

sur http://www.feministes-radicales.org

___________

Des salons universitaires (…. ) au terrain (….),   les auto-proclamés « pro-sexe » aiment à se définir comme « freaks », « queers », et parlent plus souvent de répression policière que d’oppression. Pourquoi ? En outre, ils se placent sur le plan moraliste pour contrer les abolitionnistes : selon eux, « les gens » sont « choqués », ont des « préjugés » sur les « anormaux », les lois nationales aussi bien que les positions féministes sont « moralisatrices », il existe une « hypocrisie » sociale face aux personnes « immorales ». Pourquoi ? Ils interdisent à quiconque de « juger » dès qu’il s’agit de prostitution : ce serait « stigmatiser » des femmes, donc ce serait sexiste ; ce serait se sentir supérieure à elles, au prétexte qu’elles auraient fait un « choix » moins « digne ». Pourquoi profèrent-ils cet interdit de « juger » « la prostitution » ? Autre travers : ils font beaucoup plus de psychologie que de sociologie, et de la très mauvaise psychologie : par exemple, l’aliénation serait une forme d’inconscience ou de naïveté, une faiblesse de l’esprit qui caractérise les « faibles », les « soumises », bref en un mot dans leur échelle de valeurs moralistes : les « victimes ».  Ils l’opposent au « sujet », en fait le « winner » néolibéral qui calcule rationnellement ses options, détermine ses choix en fonction de ses intérêts objectifs, et marche debout, la conscience éclairée comme un organe de perception. Ils font aussi de la mauvaise sociologie : ils appliquent ce qu’ils pensent être la psychologie des individus (mais comprise du point de vue dominant) à l’analyse de l’espace social. Par exemple : une femme prostituée « se sent en contrôle » quand elle « gère » un client agressif ou connaît toutes les contorsions pour éviter les lésions ? Alors la prostitution est « empowerment ». Un client-prostitueur ne se vit pas comme dominant ? Alors la domination n’est pas une caractéristique de la prostitution. Autre curiosité : durant les diversions … heu les débats proposés par les pro-prostitution, les violences vécues par les femmes prostituées sont toutes expliquées par le « stigmate ». La stigmatisation populaire, la stigmatisation étatique et policière, la stigmatisation par les féministe …. le stigmate de « pute » les préoccupe plus que les meurtres et les viols commis par et pour le système proxénète ; de plus, l’expansion mondiale de cette industrie de haine sexiste s’expliquerait mieux par une idée que par des intérêts matériels (domination économique et sexuelle)….

(…)

LA SUITE ICI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s