De l’abolition de l’esclavage à l’abolition de la prostitution

Publicités

La Bondeur de la Femme africaine

 

par Christelle Nadia Fotso

 

– Dimanche 03 juin 2012

  Ecrivain, juriste, philosophe et bloggeuse, Christelle Nadia Fotso est avocate à New-York, spécialiste du droit international et des affaires. Elle est l’auteure d’un premier roman surprenant, L’Empreinte des Choses Brisées, et écrit régulièrement sur ses deux blogs La Femme révoltée et The Republic of Dissent.

 

L’Affaire du Sofitel, celle qui fit connaître au monde Nafissatou Diallo tout en faisant tomber Dominique Strauss Kahn, n’a réellement d’intérêt, dans le sens qu’elle met la lumière sur des choses qui existent mais qui sont niées, que si la version de ce dernier est la plus proche de la vérité à savoir qu’il n’y a pas eu viol mais une relation consentie entre deux adultes consentants. Si DSK dit la vérité, il faut bien se poser la question de savoir ce qu’il a vu en Diallo pour penser qu’il était possible de lui demander ce qu’il lui a demandé, ou d’accepter ce qu’elle lui a offert sans rien perdre alors qu’il avait tellement à perdre puisqu’on le sait aujourd’hui: il en avait trop à cacher. Qu’est qui a donc pu convaincre DSK, libertin intelligent et expert dans l’art de garder l’aspect le moins glamour de sa vie privée hors des médias, qu’une femme de chambre d’un hôtel à New York pouvait le satisfaire sans risques pour lui ? La réponse est toute simple, elle est peut- être scabreuse mais elle va de soi : Nafissatou Diallo était une être en soi, une de ses femmes avec lesquelles on ne risque rien en étant rustre et bestial puisqu’elles sont des objets, des réchauffes-pénis, et surtout des folles de sexe.

LIRE L’ARTICLE ICI

DSK – ment-il comme il respire ? …

Par Théo

Raté donc, contrairement à la rumeur distillée par le New-York Times  il y a quelques jours Cyrus Vance maintient bien les charges contre DSK et l’avocat de Nafissatou Diallo portera plainte contre le journal New-York Post pour avoir affirmé que cette dernière serait une prostituée :

 

« Le journal avait écrit samedi, en citant une source proche du dossier, que la jeune femme guinéenne de 32 ans se livrait « régulièrement » à la prostitution et que DSK « avait refusé de la payer » après une relation sexuelle présumée le 14 mai dans la suite 2806 du Sofitel de New York. «

 

 

Alors évidemment tout le monde est tombé dans le panneau en France, à la lecture de l’article du Times. Pourtant les avocats de DSK nous avaient prévenus des méthodes à venir qui consisteraient en majeure partie à discréditer et salir la plaignante de quelques manière que ce soit.

(…)

LA SUITE ICI

Cessons la guerre aux porteuses de foulard !

par Collectif Mamans toutes égales (MTE)

Vu sur http://www.indigenes-republique.fr

 

 

Depuis la loi du 15 mars 2004 interdisant l’école publique aux élèves musulmanes portant le foulard, des exclusions se sont multipliées, non seulement à l’encontre des élèves mais aussi à l’encontre des mères d’élèves, que ce soit pour l’accompagnement des sorties scolaires ou pour la participation à des réunions au sein de l’école.

Malgré un avis de la Halde (Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité), rappelant que l’interdiction du foulard ne s’applique pas aux parents d’élèves, le ministre de l’éducation nationale, Luc Chatel, a annoncé son intention d’instaurer par décret cette nouvelle discrimination. La proposition vient d’être reprise dans le programme de l’UMP pour 2012 – parmi 26 propositions tout aussi inquiétantes, légalisant notamment la discrimination à l’embauche contre les femmes portant le foulard, y compris dans le secteur privé !

Ces mesures obéissent à une même logique de stigmatisation et d’exclusion, en rupture complète avec les principes laïques tels qu’ils ont été fixés par la loi de 1905 et les lois Ferry-Goblet sur l’école.

Nous refusons ce détournement de la laïcité, qui s’inscrit dans une série interminable d’offensives : loi anti-foulard, loi anti-niqab, débat sur l’identité nationale, stigmatisation des prières de rue, des minarets et des menus halal, invectives de Nicolas Sarkozy sur « l’égorgement du mouton » et de Claude Guéant sur le « trop grand nombre » de musulmans, « débat sur l’islam » rebaptisé « débat sur la laïcité », appels à généraliser l’interdiction du foulard aux usagers des services publics…

Nous refusons cette logique de guerre et de mise au ban, qui désigne les femmes portant le foulard comme des pestiférées, tend à les disqualifier aux yeux de leurs propres enfants, et leur adresse ce message implicite : « Restez dans vos cuisines ! »

Parce que l’école publique ne doit pas choisir son public, parce qu’elle doit être un lieu de rencontre et non d’exclusion, parce qu’elle doit promouvoir le droit à la différence et non le mépris de l’autre, parce que nous tenons au principe de laïcité, aux libertés individuelles et à l’égalité de traitement, parce qu’un Etat démocratique n’a pas à imposer à ses citoyens leur manière de s’habiller, parce que ce sont une fois de plus des musulmans, et une fois de plus des femmes, qui sont discriminés, nous serons, dans les mois qui viennent, femmes et hommes, avec ou sans foulard, solidaires pour défendre un droit élémentaire. Celui du droit pour une femme portant un foulard de vivre, travailler et s’impliquer aussi pleinement qu’elle l’entend dans la scolarité de ses enfants, au même titre que n’importe quel autre parent.

Sans attendre 2012, nous exigeons l’abandon pur et simple du projet Chatel, et l’arrêt de ces exclusions illégales.

Pour signer la pétition cliquez LA

“Chère France, je t’aimais, mais là, c’est fini entre nous”

Une féministe américaine a suivi avec amertume les débats auxquels a donné lieu, dans l’Hexagone, l’inculpation de Dominique Strauss-Kahn.

01.06.2011 | Katha Pollitt | The Nation

Sur http://www.courrierinternational.com

Chère France, je t’aimais, mais là, j’arrête. C’est fini entre nous. Oh, cela a été merveilleux tant que ça a duré, moi, j’ai craqué pour ton bel Etat providence, avec son superbe système de santé et ses allocations familiales. J’adorais ta vigoureuse séparation de l’Eglise et de l’Etat, ton refus de te lancer dans la guerre en Irak, tes grandes manifestations en faveur des salariés et contre les projets néolibéraux. Sans oublier les longues vacances, les marchés en plein air, les librairies florissantes et les trains à grande vitesse ! J’aimais même le fait que toutes tes écoles aient le même programme centralisé – pas comme chez nous, où les cinglés et les prédicateurs locaux peuvent mettre leur grain de sel dans l’histoire et les sciences et faire annuler la pièce de fin d’année. En France, les gamins étudient la philosophie au lycée ! C’est pas génial, ça ? J’étais si heureuse de me dire qu’il existait un pays où il était bien vu d’être intelligent et cultivé que je te pardonnais allègrement tous ces films ennuyeux où des groupes sympathiques d’amis aisés passent des heures à table dans le jardin d’une maison de campagne.



Mais, France, je ne t’aime plus. Car à quoi bon avoir tous ces gens intelligents, cultivés, laïcs et de tendance social-démocrate, si en réalité, ce sont de tels saligauds imbus d’eux-mêmes ? De temps en temps, tu devrais te voir : ces hommes puissants, d’âge mûr, orgueilleux et ventripotents, qui se pavanent dans les médias et déblatèrent sur le fait que Dominique Strauss-Kahn [DSK] se serait simplement laissé aller à quelque grivoiserie gauloise dans cette suite du Sofitel à Manhattan. Ce n’était qu’un “troussage de domestique”, a assuré le célèbre journaliste Jean-François Kahn. Jack Lang, l’ancien ministre de la Culture, s’est révolté que DSK n’ait pas été immédiatement libéré sous caution, puisque, après tout, il n’y avait pas “mort d’homme”. Et n’oublions pas Bernard-Henri Lévy (BHL), dont les débilités prétentieuses sont probablement la pire chose que tu aies exportées chez nous depuis les Vache qui rit saveur pizza. BHL ne digère pas le traitement infligé à son ami par la justice new-yorkaise : “J’en veux au juge américain qui, en le livrant à la foule des chasseurs d’images, a fait semblant de penser qu’il était un justiciable comme les autres.” Traiter un maître de l’univers comme n’importe qui – même l’immigrée africaine qui nettoyait sa chambre d’hôtel, quoi –, n’est-ce pas cela, la justice ? Ne vous ont-ils pas appris ça en philosophie au lycée, Bernard-Henri Lévy ?

La docilité et la mythification de la féminité des femmes françaises qui laissent faire sont presque aussi repoussantes que l’arrogance sexuelle de leurs hommes. Certes, ce n’est peut-être pas tout à fait leur faute : non seulement elles ne réussissent jamais à manger un repas complet (oh, c’est pour ça qu’elles ne grossissent jamais), mais elles sont légion à tenir à coups de tranquillisants – deux fois plus que les hommes, et leur nombre est un des plus élevés au monde. Mais il est tellement lamentable de les voir s’insurger et défendre leur droit à se faire peloter par leurs patrons. (“En France, nous ne voulons pas de guerre des sexes… Tout le monde sait qu’en Amérique, un jeune garçon n’a pas le droit de toucher une fille”, écrit, dans le New York Times daté du 20 mai, Laurence Masurel, ancienne rédactrice politique de Paris Match.) Ou d’applaudir les hommes qui les trompent, comme si c’était une preuve de leur virile grandeur, comme l’a fait Anne Sinclair, l’épouse milliardaire de DSK : “J’en suis plutôt fière ! C’est important, pour un homme politique, de séduire.” [En réponse à L’Express qui lui demandait si elle “souffrait de la réputation de séducteur de son mari”.] Du reste, c’était en 2006, alors que le cercle de ses proches savait depuis longtemps qu’il avait – semble-t-il – tenté de violer Tristane Banon, une des meilleures amies de sa fille et la filleule de sa deuxième épouse. Et pourquoi la jeune femme n’était-elle pas allée voir la police ? Elle en avait été dissuadée – par sa mère ! 



Quand on écoute les Français, on pourrait croire que leur justice est un modèle de défense des droits des accusés, alors que nous, nous jetons des innocents aux lions sur la simple foi des déclarations d’un accusateur. Je ne défends certes pas les menottes et le perp walk, ni notre presse tabloïd délirante, mais j’irais jusqu’à prétendre que la justice américaine respecte davantage la présomption d’innocence. Par ailleurs, France, tu es scandalisée, à juste titre, par nos prisons, mais sachant que ton système carcéral est un des plus inhumains du monde, es-tu vraiment en mesure de critiquer le nôtre ? 



Un mot sur le racisme : pendant des années, tu t’es vantée de ton absence de racisme. Mais en réalité, cela veut dire que tu aimes les Africains-Américains quand ils sont musiciens de jazz ou écrivains. Tu es bien raciste quand ce sont les immigrés issus de tes anciennes colonies qui sont concernés, surtout les musulmans d’Afrique du Nord. A t’entendre parler des immigrées musulmanes, on pourrait croire que tu es un paradis où règne l’égalité entre les sexes, et que la plus grave question, pour les féministes, est l’interdiction de la burqa. 



Paradoxalement, l’affaire DSK a donné au mouvement féministe français, discret et divisé, une nouvelle visibilité, lui offrant un véritable sujet mobilisateur. Des pétitions circulent contre le harcèlement sexuel et les privilèges masculins. Le 22 mai, des centaines de femmes ont manifesté à Paris, brandissant des pancartes comme “Ils se lâchent, les femmes trinquent”, “Liberté, égalité, sororité”. Quand tu en feras ta devise, alors, peut-être que je recommencerai à te prendre au sérieux.

 

Lire aussi :

 

Chez Euterpe ce billet sur la docilité des femmes françaises:

 La française soumise a trop bien appris sa leçon et ce n’est pas du goût de tout le monde

Et ce court document sur France 24

« Les féministes anglo-saxonnes se déchaînent »

Lu sur http://bombsandcandies.blogspot.com


Paris, 12 avril 2011

Nous LOCs – Lesbiennes of Color  – dénonçons le caractère raciste et pétainiste de l’affiche de la Marche des fiertés cuvée 2011.

Nous LOCs exigeons son retrait immédiat

Sur cette affiche trône un coq symbole d’une France « aux origines paysanne, fière, opiniâtre, courageuse et féconde » jadis maxime de Vichy et reprise par les franchouillards du gouvernement actuel adeptes du discours identitaire. Le seul animal capable de chanter  les pattes  dans la merde…  bien à l’image de la rance d’aujourd’hui !!!

Avec ce coq,

les gays organisateurs se vantent : « …l’intérêt, c’est d’interpeller le public beaucoup plus largement que le public LGBT ou associatif » de l’avis de Nicolas Gouguain, porte-parole de l’Inter-LGBT qui organise la marche. Comment osent-ils croire que le public, largement, se retrouvera derrière un symbole propre à mobiliser qu’une seule frange de la population où une seule et unique identité serait donc représentée, représentable ?

Communauté, dont on attend qu’elle soit vigilante aux questions de diversité et d’altérité! Comment accepter dans le contexte de surenchère électoraliste xenophobe, pre-fasciste, illustré, s’il n’en faut, par ce foutu débat sur l’identité nationale, présenté lui aussi comme un débat d’ouverture ; lequel débat a plus renforcé la stigmatisation qu’autre chose ?! Cette affiche tente à réduire au seul coq français, ceux et celles d’origine, de cultures et d’horizons divers.

Rappelons que l’Inter LGBT regroupe près de 60 associations LGBT à travers toute la France et que toutes, ensemble, ont cautionné une affiche raciste, androcentrée, blanche, partisane banalisant la « lepénisation » des esprits parmi certain-e-s Lesbiennes, Gays, Bi et Trans.

Pourquoi donc un coq? Pourquoi lier le patriotisme, le nationalisme, l’identité nationale…et, pourquoi pas, la « préférence nationale », aux espaces LGBT censés éviter des schémas et des discours d’oppression ? Ces liaisons dangereuses contribuent à fragiliser la lutte contre ces schémas d’oppression car au final, elles reproduisent ces schémas et les pérennisent.

Par cette affiche, l’inter-LGBT signe son adhésion au racisme ambiant, décomplexé: les Roms et Sarkozy, les Musulman-e-s et Copé,  les Immigré-e-s et Gueant, les trop nombreux dérapages de l’UMP, le Ni Droite Ni Gauche des intellectuels en France… Tout un contexte nauséabond qu’il faudrait dénoncer au lieu de détourner des emblèmes nationaux en l’occurrence un coq.

Noues LOCs, noues ne voulons :

Ni coq gaulois ! Ni poules pondeuses ! (slogan des féministes des années 70)

Noues, LOCs, demandons aux associations membres de l’Inter LGBT de presser les organisateurs de la Marche de retirer leur affiche.

Signé du groupe des LOCs – Lesbiennes of Color en France

Contact : espace.locs@gmail.com-

Solidairement,

les LOCs  www.espace-locs.fr

Quelques articles interessants sur la montée de la peste brune chez les homos:

http://afreaka.over-blog.com/article-55124337.html

http://360.ch/magazine/2010/12/marine-le-pen-joue-les-gays-contre-les-musulmans/

http://360.ch/magazine/2007/11/insecurite_et_i/

http://360.ch/magazine/2011/02/peur-musulmans-gays-en-voie-de-recuperation/

https://mauvaiseherbe.wordpress.com/2011/04/09/l%E2%80%99extreme-droite-ca-fait-male-par-claudie-lesselier-sur-europrofem/

par Christiane, Monique et Carole Roussopoulos 

Vu sur http://www.indigenes-republique.fr