KING KONG THEORIE: ENTRETIEN AVEC VIRGINIE DESPENTES

11/09/2008

Escrito por Susana Arbizu/Henri Belin

jueves, 07 de febrero de 2008

sur http://www.eutsi.org/kea/feminismos…

Qu’est-ce qui dans votre perception de la condition féminine actuelle mais aussi du discours féministe dominant vous a poussé à écrire ce livre ?

J’ai écrit ce livre en France, où se pose la question de la traduction des livres féministes américains publiés dans les années 90. Quand Elisabeth Badinter publie Fausse Route , en 2003, elle peut se permettre de se référer à Against our Will de Susan Brownmiller, publié en 1975, comme révélateur de l’état du féminisme aux Etats Unis. La décision d’écrire King Kong Théorie, dans mon pays d’origine, est d’abord une invitation à lire ce qui a été écrit et non traduit (Sprinkle, Paglia, Carole Queen, Pheterson, etc). L’envie d’écrire ce livre vient de pas mal d’endroits différents, il vient aussi de l’histoire du film Baise-Moi et des interviews auxquels nous avons répondu après sa sortie, pendant lesquels il a fallu beaucoup « théoriser » sur le viol, la pornographie, la violence féminine… je n’ai pas de formation universitaire, la théorie ne faisait pas partie de mes pratiques, mais on a été amenées, sur le tas, à formuler quelques concepts expliquant après coup ce qu’on avait cherché à faire en réalisant ce film. (Pincha aquí para acceder a la versión española. )

Dans quels domaines, la révolution féministe entamée dans les années 70 ne vous semble pas avoir été assez loin et même connaître un certain reflux aujourd’hui ?

Les modes de contraception masculines, la légalisation de l’avortement gratuit et anonyme sont deux thèmes concernant l’hétérosexualité qu’il aurait été important de travailler plus activement. J’ai l’impression aujourd’hui quand je regarde les films « du box office » ou si je jette un œil sur MTV que les femmes sont beaucoup trop sadisées, on les voit trop souvent la gueule en sang ramper au sol, je trouve que ça manque d’hommes jeunes en petites culottes qui courent dans la forêt en pleurant, poursuivis par des femmes maniaques qui tiennent des grosses tronçonneuses. Le blocage est patent dans tous les domaines. Quand une femme se présente à la présidence et qu’elle est jugée en tant que femme. Quand les femmes sont toujours sous représentées dès qu’il s’agit de postes de prestige. Quand on apprend pas aux petites filles à se défendre physiquement à l’école, et qu’on ne leur dispense aucune éducation concernant le viol et l’après viol…


Les limites et tabous anti-sexe (prostitution, pornographie etc.) du féminisme libéral vous semblent-ils en relation avec le type de femme auquel s’adresse le féminisme dominant ? En quoi de ce point de vue vous paraît-il important de revendiquer votre condition de « prolote de la féminité » pour situer le lieu d’où émane votre discours ?

Je ne vois pas trop de «féminisme dominant ». En France, toujours, pour parler de ce que je connais encore le mieux, on célèbre le centenaire de la naissance de Simone De Beauvoir en publiant une photo d’elle… à poil en Une de magazine. Et dans le dossier, on interviewe surtout aucune féministe « traditionnelle ». Des écrivains, des actrices, des gamines, mais pas d’historienne, pas de militante, pas de grande figure du féminisme. Je ne vois pas de féminisme dominant. A ce titre, même si le discours de certaines féministes libérales ou old school me fatigue ou me donne envie de hurler, je me sens quand même proche d’elles, si je me situe par rapport à un pouvoir effectivement dominant. Je n’ai pas de problème avec le discours anti porno, par exemple. Je pense que quelqu’un doit le tenir. Et moi c’est mon rôle d’en tenir un opposé. Mais pour que je puisse poser un discours « pro-pornographie », il faut qu’au préalable la critique de la pornographie ait été faite. Et je ne pense pas que le discours anti pornographie du féminisme libéral soit bien entendu. Tout ce qui est entendu, pour moi, c’est le discours religieux. Ceci dit, oui, c’est important de préciser d’où je viens, c’est à dire ni des classes aisées ni de l’université, parce qu’en général les femmes qui prennent la parole féministe sont des femmes qui viennent d’un milieu social bien particulier, la haute bourgeoisie, et qui ont une formation scolaire bien particulière, l’université. On aimerait bien qu’elles pensent, elles aussi, à préciser d’où elles prennent la parole.

Sur le plan théorique, le féminisme dissident que vous professez semble plus proche des féministes etatsuniennes. Pourquoi ?

Le discours féministe français a été confisqué, dès les années 70, par des blanches bourgeoises hétérosexuelles issues des cultures religieuses. Elles ont, je crois, mis beaucoup d’énergie à bannir du féminisme toutes celles qui n’étaient pas assez correctes. Je crois qu’elles avaient beaucoup d’intêret à s’entendre avec les hommes dirigeants, en tant que maris ou collègues de travail. Il faut dire aussi qu’il y a eu une réaction extrêmement vive de la part des intellectuels hommes français à ridiculiser le féminisme, en minimiser l’intêret. Une réaction très bien relayée par la presse et la télévision. Le féminisme français s’est retrouvé un peu moribond, pas très excitant pour les gens de ma génération, tenu par des femmes beaucoup trop honnêtes et dignes. Il n’y a pas d’équivalent à la « Sex War » américaine, ou les discours ont pu s’opposer et se préciser.


Comment expliquez-vous l’imperméabilité relative de la France aux discours provenant des féministes américaines ? Trouvez-vous dans ce domaine des différences notables entre l’Espagne où vous résidez actuellement et la France votre pays d’origine ?

Il y a plus de livres traduits et publiés, c’est évident. J’ai l’impression que l’Espagne ne nourrit pas le même complexe vis-à-vis des Etats Unis que nous nourrissons en France. En France, nous sommes effectivement colonisés par les Etats Unis, culturellement, depuis les années 50. Il y un ressentiment. Et la France est un pays qui a eu un rayonnement, je crois qu’on a du mal à se remettre de ne plus intéresser grand monde, et du coup on ne s’intéresse plus à grand monde non plus. J’ai l’impression que l’Espagne est un pays qui a d’autres complexes, d’autres nœuds, mais peu de comptes à régler avec les Etats Unis.

Malgré votre virulence à l’égard des différentes manifestations du machisme masculin, vous insistez à plusieurs reprises dans votre livre sur le sort intrinsèquement lié des femmes et des hommes dans la quête de leur émancipation. Vous concluez par exemple King Kong Théorie par ces mots qui assignent au féminisme un objectif plus global qui dépasse les limites des genres : « Le féminisme est une aventure collective, pour les femmes, pour les hommes, et pour les autres » « Il ne s’agit pas d’opposer les petits avantages des femmes aux acquis des hommes mais bien de tout foutre en l’air ». Faut-il voir là une redéfinition du sujet politique du féminisme -non plus limité à la femme uniquement- liée à la remise en cause de la norme hétérosexuelle et des rôles assignés à chaque sexe ?


Ce qui est clair, c’est que je ne serais pas content, si j’étais née homme. C’est étonnant de voir qu’autant d’hommes donnent l’impression de tenir à ce point à leur carcan de masculinité. Il s’agit quand même d’une amputation émotionnelle brutale, constante et salement exigeante. Je crois qu’on assiste en direct à l’effondrement de la « norme hétérosexuelle », et qu’il serait urgent de l’accompagner de discours novateurs sur la masculinité. Si on imagine que les choses telles qu’on les connaît persistent encore une vingtaine d’années, je pense qu’on assisterait à une véritable explosion des genres et des conventions culturelles et politiques qui nous tiennent depuis des siècles.

Le problème, c’est que la guerre a toujours servi à ça, régulièrement : remettre les compteurs à zéro, effacer les percées idéologiques préalables et ramener les nations à un état de stupeur et de ruines. Il est malheureusement probable que la guerre intervienne encore dans nos histoires, et que ce à quoi on assiste soit stoppé et rayé des mémoires, D’où l’importance, à mon sens, de publier les choses, et les répandre le plus largement possible, qu’il reste quelques traces de ce que nous vivons.


En ce sens, la question de la libération des désirs et de la sexualité vous semble-t-elle particulièrement déterminante dans cette marche vers l’émancipation ? Vous décrivez par exemple très bien la censure de la production pornographique comme un mécanisme de contrôle des désirs de chacun, où le flicage et le formatage d’une sexualité normée asservit finalement les deux sexes.

Je pense que le flicage de la pornographie vise premièrement à contrôler la sexualité masculine. La sexualité féminine n’est même pas encore un enjeu, elle a été trop efficacement niée. Quand on a fait le film, on nous a demandé sérieusement, à plusieurs reprises, pourquoi on cherchait à « confisquer » la sexualité des hommes. Puisqu’on filmait des images à contenu sexuel explicite, on « confisquait ». Dès qu’on y réfléchit un peu, on est frappé de ce que la question de la répression de l’homosexualité masculine est au centre de tous les conflits concernant le sexe et sa représentation. Je crois que c’est un tabou central. Les hommes n’ont pas tellement envie de baiser avec des femmes, à la base. Ils ont envie de se retrouver entre eux et de faire tout un tas de choses, ensemble. Il faut vraiment les prendre au berceau, les surveiller sans arrêt et les matraquer sans cesse de propagande hétéro pour qu’ils se résignent à copuler avec des femmes.


King Kong Théorie est-il également le résultat d’un cheminement plus individuel et personnel qui marque une réconciliation avec vous-même ? Vous confiez ainsi dans votre livre avoir tenter sans succès, suite au scandale provoqué par la sortie du film Baise-moi, de rentrer dans le rang en gommant toute « votre part monstrueuse ». Aujourd’hui vous vous félicitez d’avoir récupéré votre part/king-kong ?

Quand j’observe les femmes qui font l’effort d’être des femmes convenables, oui, je me félicite toujours de ne pas y arriver.

En quoi la punk attitude que vous revendiquez constitue pour vous, au-delà d’ un mode de vie et de pensée, une éthique où la marginalité constitue un vecteur d’émancipation nécessaire, bien que parfois difficile et douloureux ?

Le punk a vraiment été ma formation de base, et je continue à voir le monde à travers une grille de lecture très punk. Ça tombe bien, le « no futur » est un concept plus réaliste que jamais. Ne pas respecter la reconnaissance, ne pas respecter ce qui est honorable est une force dans un monde où la confusion atteint le stade qu’on connaît. Je crois aussi que le punk est une bonne école parce qu’on y apprend tôt à ne pas faire plaisir à sa famille, à décevoir ses profs et à ne pas écouter les éducateurs. Quand on est jeunes, on pense que c’est mal mais qu’on le fait quand même parce que c’est plus drôle, et en vieillissant, on comprend qu’on a sauvé sa peau.


Bien qu’émaillé de passages pudiques, liés à la force des épisodes autobiographiques révélés, il y a dans votre texte tout un pan jubilatoire de votre écriture qui se manifeste avec plénitude. Le ton corrosif et acéré de votre texte ne manque pas ainsi de rappeler à certains égards le style déclamatoire d’une rappeuse. L’écriture pour vous est déjà en soi libératrice ?

Non, l’écriture n’est pas libératrice, encore moins thérapeutique. Mais elle est une mise en ordre, et une mise en forme, donc une lutte contre le chaos. Ecrire, forcément, c’est passer du chaos à l’ordre, même pour moi qui écrit en me cognant un petit peu partout. Mais le fait d’écrire sur le viol, par exemple, ne me semble pas du tout thérapeutique, ou soulageant. Au contraire, c’est vraiment une éventration. Il y a une mystique là-dedans, je crois que les livres des autres m’ont beaucoup aidées. Donc je crois que les miens peuvent accompagner d’autres. C’est vraiment la même chose que croire en Dieu : il doit y avoir une récompense, mais on ne la touchera pas dans ce monde. Mais le fait d’y croire est en lui même une force.

Parlez-nous de l’accueil et des réactions sucitées par votre essai en Espagne.


C’est très différent de la France, je ne suis pas médiatisée en Espagne, donc les réactions sont plus diffuses, et plus douces. C’est plus agréable à vivre. Mais beaucoup moins rénumérateur. En France, je publie des livres comme je faisais la pute, pour vivre. En Espagne, c’est du domaine du flirt.

Quels sont vos projets dans le futur ? Nous avons lu que vous étiez en train de préparer une adaptation cinématographique de votre dernier roman Bye Bye Blondie, qu’en-est-il ? Avez-vous d’autres projets en vue ?

J’espère que le film « Bye Bye Blondie » se tournera dans l’année, mais je ne suis pas encore sûre qu’on trouvera les financements. En attendant, j’écris un livre Tu la veux,Tu la prends, et je me demande bien comment le finir.

Propos receuillis par Henri Belin et Susana Arbizu.

Pour lire les premiers chapitres du livre en français, cliquez sur le link suivant: http://www.grasset.fr/chapitres/ch_despentes3.htm

Publicités

248 Réponses to “KING KONG THEORIE: ENTRETIEN AVEC VIRGINIE DESPENTES”


  1. « Les hommes n’ont pas tellement envie de baiser avec des femmes, à la base. Ils ont envie de se retrouver entre eux et de faire tout un tas de choses, ensemble.  »

    « Sur la scène érotique, l’échange ne se produit pas entre un homme et une femme, mais entre deux hommes, et l’être féminin n’intervient qu’en instrument de cet “échange”. » (Dardigna 1980 : 299)

  2. wildo Says:

    cette phrase m’a également interpellée.
    en fait l’hétérosexualité c’est un truc monté de toutes pièces … les hommes sont tous PD au fond et le femmes lesbiennes ;-)

    ça me va !

  3. macdougal Says:

    Dans le livre  » Please kill me » qui raconte l’histoire du punk -rock américain Billy name raconte sa relation avec lou Reed: « On n’avait pas une liaison,ou quoi.On était juste des potes qui traînaent ensemble.[…]L’idée c’était juste de prendre son pied à un moment donné,parce que sortir avec des filles ça impliquait toujours une forme d’engagement , et toute cette merde. Avec les mecs,c’était plus facile, c’est tout. »

  4. jevoudraisvivrelibreetegale Says:

    « Je n’ai pas de problème avec le discours anti porno, par exemple. Je pense que quelqu’un doit le tenir. Et moi c’est mon rôle d’en tenir un opposé. Mais pour que je puisse poser un discours « pro-pornographie », il faut qu’au préalable la critique de la pornographie ait été faite.  »

    Moi j’ai un problème avec le discours pro porno et encore plus avec les hommes qui en consomment. J’aimerais bien connaître son discours pro porno parce que son discours pro prostitution m’a pas du tout convaincue.


  5. « parce que son discours pro prostitution m’a pas du tout convaincue. »

    La démarche de Despentes se distingue de mon point de vue, assez nettement du discours « féministe pro-sexe » habituel, et si comme toi j’avoue que ce large chapitre de son livre sur la prostitution est loin de m’avoir convaincue et mieux a largement renforcé mes positions sur le sujet, j’entends chez Despentes plus qu’un discours de complaisance, mais un féminisme d’essence punk, que je traduirais comme un féminisme désespéré. Je n’y ai pas lu un éloge de la prostitution (comme par ex celui formulé par les théoriciennes féministes pro-porno qu’elle cite:Camille Paglia,Annie Sprinkle…)mais paradoxalement, une vision presque fataliste de la condition des femmes dans la culture masculine etc (d’ailleurs elle explique très précisément les mécanismes qui l’ont conduite à chercher quasi une compensation dans l’acte prostitutionnel) Et je trouve le passage que tu reprends particulièrement important: « Mais pour que je puisse poser un discours « pro-pornographie », il faut qu’au préalable la critique de la pornographie ait été faite. » Pour moi c’est la clé du propos de Despentes.


  6. En bref le propos de Despentes sur le sujet, se résume selon moi à : puisque les femmes sont de toute façon vouées à n’être, dans le système patriarcal, que des objets de consommation etc autant qu’elles en tirent “profit”.

  7. jevoudraisvivrelibreetegale Says:

    Merci de ton post, en fait ce que j’aimerais savoir si tu le sais c’est en quoi consiste son discours pro porno?

    Parce que dire « il faut qu’au préalable la critique de la pornographie ait été faite », ça n’est pas un argument pour moi. Je pourrais employer cette phrase avec n’importe quelle maltraitance.

    Après le fatalisme, je suis pas sûre que c’est ce qui va émanciper mais je veux bien croire que sa vision est différente d’autres sauf que je ne la connais pas.

    Juste que son côté en gros »la prostitution a été thérapeutique pour moi », c’est inimaginable pour moi. En revanche, j’imagine bien les effets de ce discours sur les violeurs et les prostituées.

  8. jevoudraisvivrelibreetegale Says:

    « En bref le propos de Despentes sur le sujet, se résume selon moi à : puisque les femmes sont de toute façon vouées à n’être, dans le système patriarcal, que des objets de consommation etc autant qu’elles en tirent “profit”. »

    Ok je vois mais ça va pas trop avec le « foutons tout en l’air » et puis honnêtement je préfère viser les droits que les profits.


  9. « en fait ce que j’aimerais savoir si tu le sais c’est en quoi consiste son discours pro porno? »

    Il me semble que sa position sur le sujet a été largement ébauchée dans « king kong théorie »

    Je n’en sais pas plus mais j’imagine que sa démarche rejoint celle qu’elle « défend » à propos de la prostitution (?)

  10. jevoudraisvivrelibreetegale Says:

    ok plusieurs extraits m’avaient plu dans des extraits et de même dans le texte que tu as posé mais à chaque fois paf y’a un moment où un propos passe carrément pas et où j’ai envie de hurler.

    Autant dire que je l’achèterai pas le livre donc si jamais qqun e connait sa position en gros je suis preneuse ; )

  11. macdougal Says:

    J’ai lu ce livre à sa sortie, ça été un gros choc,il est très fort, une écriture coup de poing, sans concession qui s’appuie sur une culture féministe.
    Quelques réserves à propos de la prostitution.
    J e le feuillette , il me fait toujours le même effet, , je le trouve toujours aussi fort et je vais le relire.
    Si la désespérance est une composante du féminisme de Despentes il a aussi une vitalité extraordinaire et son livre est tonique.
    Conclusion de son livre :
    « Le féminisme est une aventure collective,pour les femmes,pour les hommes,et pour les autres.Une révolution, bien en marche. Une vision du monde, un choix. »


  12. « J’ai lu ce livre à sa sortie, ça été un gros choc,il est très fort, une écriture coup de poing, sans concession qui s’appuie sur une culture féministe.(…) Si la désespérance est une composante du féminisme de Despentes il a aussi une vitalité extraordinaire et son livre est tonique. »

    Tout à fait d’accord avec ça!

  13. Lorycalque Says:

    Ce qui donne sa force à ce bouquin, ce qui le rend « tonique », c’est que Despentes s’exprime comme une « machotte ». Reflet du désespoir, aspect punk, certes. Fragilité aussi: quand elle se trouve dans la situation de ce comporter comme un macho pour de vrai, elle n’ose pas se servir du cran d’arrêt qu’elle porte sur elle. On en a déjà parlé je crois…

    Moins rouler de mécanique verbales, mais un training d’auto-défense basic sérieux sans jouer les machottes, c’est plus efficace à mon sens.


  14. « Moins rouler de mécanique verbales, mais un training d’auto-défense basic sérieux sans jouer les machottes, c’est plus efficace à mon sens. »

    En quoi le ton ferme et direct de Despentes devrait-il être qualifié de « macho » ???

    Quel rapport?

    Je trouve ta remarque particulièrement sexiste et machotte pour le coup!

    Et puis l’efficacité de Despentes est justement ici. Elle vulgarise des concepts théoriques abordés souvent avec une intellectualisation outrancière, sa méthode est directe, sans ménagement ou autres circonvolutions stylistiques. Sa démarche est non pas machotte mais particulièrement féministe au contraire!

  15. Romane Says:

    « Fragilité aussi: quand elle se trouve dans la situation de ce comporter comme un macho pour de vrai, elle n’ose pas se servir du cran d’arrêt qu’elle porte sur elle. On en a déjà parlé je crois… »

    En effet, j’ai moi-même recopié un extrait du livre de VD sur l’histoire de son viol il y a qq temps ici. Et je trouve ton commentaire particulièrement ambigu. Pire, tu as l’air de la condamner de n’avoir pas su sortir son couteau face à trois mecs qu’ils l’ont violée. Je trouve ton propos déplacé, choquant et dégueulasse.
    Bonjour la solidarité féminine !! Aucune compréhension de ta part face à une telle situation. Et je ne parle même pas d’empathie qui semble cruellement te faire défaut, Lory.
    De plus, être capable de sortir un couteau en situation de viol ne relève pas pour moi d’un comportement de macho mais plutôt d’un acte de courage dont nulle ici ne saurait dire si elle en serait capable.

  16. wildo Says:

    Il est très bien ce livre … lisez le avant de le commenter please ;-)

  17. wildo Says:

    Je vois pas ce que Lory a dit de bizarre ? Depentes le dit elle-même dans le livre : qu’elle se trouve super nulle et soumise de ne pas avoir eu le reflexe de sortie son cran !
    Lisez le livre avant de crier à la louve !


  18. « Depentes le dit elle-même dans le livre : qu’elle se trouve super nulle et soumise de ne pas avoir eu le reflexe de sortie son cran ! »

    Rien de comparable entre les deux attitudes. Pas envie d’épiloguer, mais la culpabilité que peut ressentir Despentes vis à vis de son impuissance à réagir (sentiment à mon avis inévitable dans pareille situation)ne permet pas la moindre incrimination de quiconque. Bref.

  19. Lorycalque Says:

    Le fait est que j’ai lu son bouquin l’an dernier. Un bouquin de fille des banlieues qui ne m’a pas particulièrement surprise et qui n’a certainement pas été pour moi une révélation, ni pour le ton ni pour le contenu.
    Certaines ont l’air de confondre empathie et commisération. Pas moi.
    « Depentes le dit elle-même dans le livre : qu’elle se trouve super nulle et soumise de ne pas avoir eu le reflexe de sortie son cran ! ». Exactement. Je ne condamne pas, ne juge pas, je constate.

  20. wildo Says:

    oui mais il y a aussi qq chose de pas faux dans ce que dit Lory : mettre plus d’efficacité dans les mécanismes de défense et d’autodéfense et moins de posture (d’ou le machotte entre guillemets d’ailleurs  » ) … je vois très bien ce qu’elle veut dire … on peut rouler des mécaniques mais il est préférable de savoir en coller une au bon endroit de suite sans tergiverser.

    mais bon la réalité de ces situation de viol est beaucoup plus complexe que que tentent de décrire nos petite phrase écrites bien au chaud …


  21. « mais il est préférable de savoir en coller une au bon endroit de suite sans tergiverser. »

    j’ai l’impression que Despentes dans son écriture maîtrise plutôt bien la technique de l’uppercut justement, c’est un truc de fille de banlieue sans doute. Ecoute, pas besoin de tourner le truc dans tous les sens, tu associes posture et machisme, et je ne vois toujours pas le rapport.Et d’ailleurs, je n’ai pas non plus compris ce que tu entendais par posture dans ce cas précis???

    Tu m’expliqueras à l’occas, moi je vais dormir.

  22. wildo Says:

    le côté machotte comme posture …


  23. machisme [ma(t)Gism] n. m.

    • 1971; mexicain machismo (v. 1959) employé pour virilidad « virilité », de macho « mâle »

    ¨ Idéologie suivant laquelle l’homme domine socialement la femme et a droit à des privilèges de maître; comportement conforme à cette idéologie. fi phallocratie, sexisme.
    _______________________

    Tu ne voulais sans doute pas dire que Despentes était sexiste et phallocrate ou en avait la posture… Donc je dois comprendre quoi, qu’elle est trop… virile?

    C’est quoi déjà une femme virile Wildo?

    Désolée mais malgré tous mes efforts je ne comprends pas.

  24. Lorycalque Says:

    Tout à fait. J’ai mis « machotte » entre guillemets.

    Dans des situations « délicates », je m’y suis trouvée et je sais de quoi je parle. Je m’en suis bien tirée, disons que j’ai eu de la chance. Je ne vais pas me mettre à raconter ma vie.

    Pour ce qui est de l’autodéfense, j’en ai déjà parlé et je ne vais pas me répéter. Les quelques filles que j’ai connues et qui elles avaient suivi un véritable entrainement ne roulaient pas de mécaniques, ne faisaient pas d’esbrouffe, et n’avaient rien d’homasses. Elles savaient se garantir et il était tout à fait impossible qu’un seul mec en vienne à bout. Point.

    Question empathie et solidarité, j’en ai beaucoup pour Fanny Truchelut (qui n’en a guère reçu de la part des féministes), absolument aucune pour Horia Demiati (qui en a reçu énormément de la part de « féministes » masculins et d’assoces « de gauche », de milieux de « gauche de la gauche » etc…) et ses semblables. ça ne me fait pas voter FN ou MNR pour autant, c’est incompatible, impossible, quand on est féministe on ne peut pas etre du coté de gens catho traditionnalistes sexistes et antiavortement.

    Mieux vaut donc éviter de me faire la leçon sur l’empathie et la solidarité…

  25. wildo Says:

    « Tu ne voulais sans doute pas dire que Despentes était sexiste et phallocrate ou en avait la posture… Donc je dois comprendre quoi, qu’elle est trop… virile? »

    tu sais aussi bien que moi qu’on se traite volontiers de machotte entre nous – rien a voir avec la déf au pied de la lettre que tu as posée.
    Donc Lory confirme dans son dernier post ce que j’avais cru saisir : a savoir qu’il est préférable de rouler moins des mécaniques ( c’est à dire se donner moins une contenance de qq de forte – vouloir en imposer, un peu sur le modèle des garçons machos etc donc ça c’est bien une posture ) mais plutôt savoir assurer sa défense pour de vrai et efficacement …

  26. jevoudraisvivrelibreetegale Says:

    Qualifier le livre de « bouquin de fille des banlieues » et incriminer une femme de ne pas s’être défendue, je trouve ça plus que limite.

  27. jevoudraisvivrelibreetegale Says:

    La plupart des femmes qui se suicident suite à des violences le font par culpabilité alors ce terrain là je le trouve insupportable.

    Le but de l’auto défense, c’est pas de culpabiliser les gens mais de leur donner les moyens de se défendre il me semble.

  28. Lorycalque Says:

    Je n’incrimine Despentes en aucune façon et j’ai fait un constat. Me faire dire autre chose que ce que j’ai dit est simplement fallacieux pour ne pas dire malhonnete. Et je n’incrimine jamais une femme de ne pas etre en mesure de se défendre, je le déplore, ce qui est tout à fait différent. J’affirme que, dans les cas d’agression d’un seul homme (et ce sont les cas les plus nombreux) sur une femme qui sait se défendre, celle-ci a plus de chance de s’en tirer.

    Mais la réalité est une autre, dans ce qui m’oppose à certaines, et désormais sous-jascent quel que soit le sujet et quoi que je puisse dire, meme les choses les plus objectives. Ce n’est pas pour rien que j’ai parlé à cet égard de Fanny Truchelut. Il est clair que pour des raisons idéologiques qui n’ont rien à voir avec le féminisme, la majeure partie des féministes ont laissé démolir une femme de 55 ans réduite sans défense à servir de bouc-émissaire des maux que toute une société ne sait pas résoudre, face à la hargne d’antiféministes primaires, au bénéfice d’une scélérate sur le sort matériel duquel il n’y avait pas une larme à verser.

    Permettez-moi de vous dire que votre empathie et votre solidarité orientée vous pouvez vous la carrer avec le multiculturalisme que vous défendez. Ne venez pas pleurer que nous subissons l’effet du backlash et la régression de nos droits, l’ultralibéralisme n’en est pas la seule cause, et le retour des religions et de l’islam en particulier n’y est pas étranger.

    On ne se trouvera jamais d’accord, vous et moi, MH, Romane et quelques autres, sur ce terrain.

  29. wildo Says:

    Essayez d’abord de bien comprendre Lory avant de l’incriminer … cette façon systématique de caricaturer ses propos je trouve ça … limite …

  30. Romane Says:

    Toi non plus Lory ne fais pas dire aux autres ce qu’elles n’ont pas dit. Personne ici n’a défendu le multiculturalisme en tout cas pas dans ce post et pour ma part je n’ai jamais défendu le multiculturalisme.

    Par ailleurs, VD n’est pas une fille de banlieue. Du tout.

    D’autre part, je ne vois pas en quoi on incrimine Lory parce qu’on n’est pas d’accord avec l’association qu’elle fait entre machotte et réflexe d’autodéfense.

  31. wildo Says:

    « jevoudraisvivrelibreetegale a dit :
    septembre 11, 2008 à 8:18

    Juste que son côté en gros”la prostitution a été thérapeutique pour moi”, c’est inimaginable pour moi. En revanche, j’imagine bien les effets de ce discours sur les violeurs et les prostituées. »

    Vous remarquerez que le femmes qui ont été en prise directe avec le viol et la prosti sont celles qui ont les discours les plus toniques et les plus pointus concernant le féminisme avec un dégré de concession zéro.
    Solanas, Dworking, Despentes … même expérience. Celle du « terrain » …

    Encore une fois pour comprendre cette phrase sortie du contexte il faut lire le livre dans son entier.
    Despentes n’est pas passé par la prosti par vocation, c’est la suite de sa mise en abîme intérieure, suite à son viol, de façon délibérée et provocatrice elle sera pute ocasionnelle pendant deux années. Et comme elle est intelligente et autonome dans cette entreprise elle peut en parler de façon absolument non victimaire … c’est ptet ça qui dérange … mais c’est aussi ça qui apporte qq chose.

    Mais comme elle l’écrit, c’est son viol qui restera à jamais fondateur de toute sa vie d’adulte. Il lui est impossible d’en échapper.
    Et c’est ça la pierre angulaire de son livre : jusqu’ou le viol nous travaille dans l’esprit, la chair, les choix, les rencontres, l’expression de soi etc

    Respect donc.

  32. wildo Says:

    « Romane a dit :
    septembre 12, 2008 à 12:40

    D’autre part, je ne vois pas en quoi on incrimine Lory parce qu’on n’est pas d’accord avec l’association qu’elle fait entre machotte et réflexe d’autodéfense. »

    relis toi Romane … primo t’as pas capté ce que Lory voulait dire – et de suite t’as sorti des trucs du style que Lory est privée d’empathie etc
    « Je trouve ton propos déplacé, choquant et dégueulasse. »
    C’est pas rien … ;-)

    Je suis pas mariée avec Lory mais j’avais envie de faire la remarque … :)

  33. wildo Says:

    marrant après ça de parler de sororité … mdr.


  34. « Donc Lory confirme dans son dernier post ce que j’avais cru saisir : a savoir qu’il est préférable de rouler moins des mécaniques … »

    Ok oui, donc vous reprochez toi et Lory à Despentes d’avoir une attitude trop virile ou trop « hommasse » (sic) ce qui revient au même! En quoi Despentes roule t-elle des mécaniques comme tu dis???
    Pfff… Développe un peu pour voir, tu vas voir où ça te mène.
    En plus il me semble que les événements sont très éloignés de l’écriture de ce livre, donc je ne vois pas en quoi vous jugez pertinent de mettre en regard ces deux attitudes. Un type aurait tenu ici le même discours personne n’aurait hésité à qualifier son propos de grossièrement sexiste, parler d’une femme comme d’une rouleuse de mécanique grande gueule et hommasse, c’est une attitude de nature profondément sexiste point. Et d’ailleurs je m’étonne Wildo que tu cautionnes ça, tu devrais un peu plus réfléchir à mon avis à ce que tu défends, parce que là je trouve ça très inquiétant.

    Ensuite pour ce qui te concerne Lory, ta façon de ramener systématiquement chaque débat à celui concernant le port du voile est insupportable!
    Et pour te répondre une bonne fois pour toute, sache que je n’éprouve en effet aucune espèce d’empathie pour le cas de cette Fanny Truchelut (sujet qui a été largement débattu ailleurs) pour toutes les raisons déjà évoquées ici ou là. Pas envie d’accompagner tes tentatives de digression, ce n’est pas le sujet!


  35. Et puis Wildo arrête un peu de nous expliquer la bonne façon de lire telle ou telle intervention. C’est toi en l’occurrence qui te contente d’une lecture très partielle de certaines interventions.
    Alors s’il te plait, essaie de faire preuve d’un peu plus de modestie.

  36. wildo Says:

    Ouuuhh, je crois que tu mélange un peu tout MH.
    Moi tout ce que j’ai dit c’est que j’ai compris ce que Lory voulait dire contrairement a qq personnes ici qui s’empressent toujours à la casser d’abord et réfléchir ensuite.

    Personnellemnt je ne reproche rien à Despentes au contraire, j’aime beaucoup son livre. Et ça depuis qu’il est sorti.
    Par ailleurs VD se décrit elle même dans son livre comme homasse et rouleusse de méca … elle en parle très bien par exemple quand elle fait l’expérience de la jupe et de l’accoutrement de pute qu’elle endosse pour la première fois et qu’elle fait la comparaison avec son « style » précédent …
    Elle se décrit comme, je cite : »fille épaisse, timide et masculine » – ben c’est l’homasse, désolée …

    Je cautione rien j’ai lu le livre – nuance …


  37. J’ai lu le livre aussi ca va Wildo! Maintenant si tu es incapable de comprendre l’ironie de Despentes vis à vis de ces classifications essentialistes, le sens politique de ses revendications (comme celui de l’emploi du terme « queer » pour d’autres)je crois que tu devrais relire son livre!
    Et justement c’est bien en ça que vos accusations sont ridicules, vous tombez toi et lory dans le panneau d’une lecture dichotomique, toute cette construction culturelle que Despentes décortique et déconstruit avec talent!


  38. Elle dit surtout: « Plaire aux hommes est un art compliqué, qui demande qu’on gomme tout ce qui relève du domaine de la puissance. »

    La puissance ou la virilité donc.

    Elle explique que dés qu’une femme ne se comporte pas en inférieure, elle est disqualifiée. Que-ce qu’une femme masculine sinon une femme qui refuse de jouer le jeu de la « féminité » ou de la « putasserie » comme elle dit?

  39. wildo Says:

    un extrait pour JVVLee :

    Despentes à propos de son passage en prosti

    « La prostitution a été une étape cruciale, dans mon cas, de reconstruction après le viol. Une entreprise de dédommagement, billet après billet, de ce qui m’avait été pris par la brutalité. Ce que je pouvais vendre, à chaque client, je l’avais donc gardé intact. Si je le vendait dix fois de suite, c’est que ça ne se brisait pas à l’usage. Ce sexe n’appartenait qu’à moi, ne perdait pas en valeur au fur et à mesure qu’il servait et il pouvait être rentable. De nouveau j’étais dans une situation d’ultra féminité, mais cette fois-ci j’en tirais un bénéfice net »

    Même si je suis pas d’accord sur la prostitution avec VD dans son ensemble. Son point de vue, ici, est important pour moi. Chaque femme va avoir une réponse très personnelle à apporter après son viol. Il n’y a pas d’attitude type. Si Despentes a choisi la prosti je peux le comprendre, comme provocation ultime et paradoxale. C’est une réponse aussi valable qu’une autre. Barbara a fait des chansons, et VD se prostitue pour démysthifier et annuler les effets de l’emprise post-viol … ce sont des outils de réparation, point, pas de propagande … nuance.

  40. wildo Says:

    « mauvaiseherbe a dit :
    septembre 12, 2008 à 1:59

    Elle dit surtout: “Plaire aux hommes est un art compliqué, qui demande qu’on gomme tout ce qui relève du domaine de la puissance.”

    La puissance ou la virilité donc.

    Elle explique que dés qu’une femme ne se comporte pas en inférieure, elle est disqualifiée. Que-ce qu’une femme masculine sinon une femme qui refuse de jouer le jeu de la “féminité” ou de la “putasserie” comme elle dit? »

    Mais il ne s’agit pas de ça en ce qui me concerne.
    Et merci de me prendre pour une truffe MH – ce texte figurait en bonne place sur mon blog …

    Lory ne parlait pas de ça, pas comme ça en tout cas …

    Un mot est dynamique. Toi tu te cadre toujours par rapport aux définitions. la définition c’est la base. Mais l’emploi est dynamique, cad porteur de nuances sur une échelle plus ou moins large de l’usus …
    Le machotte entre guillemets de Lory n’est pas ce que tu décris …
    Relisez les comms de Lory, flûte alors !


  41. Oui et son « Hommasse »???

    Lory a tout à fait confirmé ma lecture de son intervention en effet!

    Putain tu fais exprès ou quoi???

  42. wildo Says:

    mauvaiseherbe a dit :
    septembre 12, 2008 à 1:50

    J’ai lu le livre aussi ca va Wildo! Maintenant si tu es incapable de comprendre l’ironie de Despentes vis à vis de ces classifications essentialistes, le sens politique de ses revendications (comme celui de l’emploi du terme “queer” pour d’autres)je crois que tu devrais relire son livre!
    Et justement c’est bien en ça que vos accusations sont ridicules, vous tombez toi et lory dans le panneau d’une lecture dichotomique, toute cette construction culturelle que Despentes décortique et déconstruit avec talent! »

    J’ai accusée personne et arrête avec ton ton méprisant …


  43. Et d’ailleurs, si tu ne parlais pas de ça, tu parlais de quoi au juste???

    C’est de plus en plus obscur pour moi.

  44. wildo Says:

    On voit pas et on sent pas les choses par les mêmes angles … pas grave …


  45. « et arrête avec ton ton méprisant … »

    Face à ton ton de maitresse d’école le mien est plutôt équitable je trouve.

  46. wildo Says:

    mépriser c’est équitable ?

    curieux

  47. Lorycalque Says:

    @ MH
    « Pas envie d’accompagner tes tentatives de digression, ce n’est pas le sujet! »
    Absolument pas une tentative de digression, juste un exemple clair et précis pour me faire comprendre, et de ce point de vue nous nous sommes parfaitement comprises toi et moi.

    Je te laisse à ta commisération que tu appelles empathie, ça m’a toujours dérangé chez toi, cet aspect d’intellectuelle condescendante à l’égard des autres, et cette façon de donner dans le misérabilisme quant à la condition féminine, notamment vis à vis des femmes issues de l’immigration où tu me fais parfois penser à une dame patronesse et j’ai plus de respect pour elles ou pour les putes que tu n’en as, meme si le multiculturalisme n’est pas ma tasse de thé.


  48. « Absolument pas une tentative de digression, juste un exemple clair et précis pour me faire comprendre, et de ce point de vue nous nous sommes parfaitement comprises toi et moi. »

    Si tu insinues que notre désaccord évident sur l’affaire « Truchelut » ou la question du voile en général influence la lecture que je peux faire de tes interventions, je t’ai bien comprise oui. Mais c’est toi qui mélange tout, et qui ramène systématiquement le débat à cette question (chez toi obsessionnelle) et effectivement je trouve cette manie particulièrement douteuse.

    Maintenant indépendamment de toute autre considération, je suis également en totale opposition avec tes allégations concernant Despentes d’une part et le choix de ta terminologie (qui n’est pas hasardeux)d’autre part; bref, on ne va pas recommencer le même débat.

    Pour le reste… Tes attaques personnelles…N’attend pas de moi que je t’accompagne sur ce terrain là.

  49. Lorycalque Says:

    Ce n’est pas une attaque personnelle, juste ma façon de te dire ce que je pense. Parmi mes quelques qualité, j’ai celle d’etre directe et pas hypocrite.
    Merci d’oter mon blog de ta blogroll.
    Salut.

  50. macdougal Says:

    Ce que dit V. Despentes sur le féminisme français est assez juste. Dans l’ensemble , il est élitiste, confidentiel. Il touche essentiellement un milieu universitaire. Il n’a jamais été un mouvement populaire. Aux USA ce mouvement a plus d’ampleur, les féministes sont plus offensives et se posent moins la question de comment elles seront reçues et ce n’est pas inhibiteur. En France les féministes tiennent trop compte de la manière dont le message va être reçu, on nous accuse d’être prudes, attention ne renvoyons pas cette image, on nous accuse d’être hystériques, attention ne renvoyons pas cette image…
    Anecdote vécue il ya quelques semaine, une jeune fille d’une 20aines d’années se présente,  » je suis une féministe radicale », puis immédiatement « il faut supprimer le mot féministe, il est mal reçu ».
    Les féministes françaises sont pleines d’intelligence , d’humour… et le féminisme sombre. Alors Despentes fédère , elle fait vibrer les universitaires et « les filles de banlieue ». Le féminisme est pour toutes. On a besoin de cette énergie.
    Et » les filles de banlieue  » ont cette énergie qui ne demande qu’à se manifester.
    Un jour en France une présidente, une obamagirl, « fille de banlieue ».

  51. wildo Says:

    Ben …
    comme fille des banlieues il ya MH justement!
    ;-)

    MH Présidente !

    Bonne continuation et bon mépris.

  52. jevoudraisvivrelibreetegale Says:

    « Depentes le dit elle-même dans le livre : qu’elle se trouve super nulle et soumise de ne pas avoir eu le reflexe de sortie son cran ! »

    En fait c’est cette phrase là qui m’a déplue et c’est pas Lory qui l’a amenée, juste reprendre l’idée qu’elle a été NULLE de ne pas avoir sorti le cran d’arrêt parce qu’elle le dit (et malheureusement toutes les victimes semblent avoir des idées comme ça) je trouve ça dangereux pour la reconstruction des gens.

    Après cette appelation « livre de filles de banlieue » je la trouve stigmatisante et ça me met en colère que peu de gens réagissent… elles ont pas besoin de ça je pense.

    Wildo, j’ai bien lu le texte que tu as mis et si c’est son experience, je le conçois tout à fait mais je trouve qu’il y a une différence entre dire ça comme une confidence à quelqu une et le dire en parole publique dans un système patriarcal qui se nourrit déjà uniquement des paroles des prostituées donnant une vision « positive » de la prostitution.

    Certains hommes m’ont donné ce type d’argument ou approchant et je n’ai vraiment pas de sympathie pour ce discours… je trouve qu’il porte préjudice à ces femmes là par exemple http://www.dailymotion.com/relevance/search/prostitution%2Bvendre/video/x5hd21_prostitution-13-pas-a-vendre-1_news

    Virginie Despente a écrit
    « De nouveau, j’étais dans une situation d’ultraféminité, mais cette fois j’en tirais un bénéfice net. »

    L’ultraféminité c’est être prostituée?

    Et l’ultramasculinté alors c’est quoi?

    Enfin imaginons que j’ai été frappée et que finalement je trouve des gens pour me frapper en échange d’argent et que je dise « mon corps marche, je peux recevoir des coups, il est encore là » et « je suis dans une situation d’ultra féminité mais cette fois j’en tire un bénéfice net », est ce que de la même façon on trouvera légitime mon parcours et ma façon de concevoir les choses?

  53. jevoudraisvivrelibreetegale Says:

    enfin légitime le terme est mal choisi mais disons est ce qu’on trouvera féministe cette façon de me guérir des coups reçus?

  54. wildo Says:

    « jevoudraisvivrelibreetegale a dit :
    septembre 13, 2008 à 1:12

    En fait c’est cette phrase là qui m’a déplue et c’est pas Lory qui l’a amenée, juste reprendre l’idée qu’elle a été NULLE de ne pas avoir sorti le cran d’arrêt parce qu’elle le dit (et malheureusement toutes les victimes semblent avoir des idées comme ça) je trouve ça dangereux pour la reconstruction des gens. »

    Elle l’a dit longtemps après coup, puisque dans un premier temps elle n’a même pas pu formuler qu’elle s’était fait violer … tellement le fait de se faire agresser est normalisé inconsciemment.
    Quand elle s’en rend compte, elle se trouve nulle. Effectivement, je me suis dit en la lisant « elle est dure avec elle-même » … mais si je regarde, comment de façon générale on réagit par rapport a des choses qui nous font souffrir, on remarque que le plus souvent on est d’abord très dur avec soi … et cette dureté peut aller très loin dans des montages de protection très élaborés. Plus les agressions nous arrivent jeunes et plus le montage de protection sera plein de dureté. Car il est impossible pour qq de jeune, sans expérience et sans recul intellectuel de pouvoir faire autrement. Tout se passe dans le vif. VD s’est fait violer vers 17 ans sans aucune conscience de soi a part l’evènement dans sa brutalité.
    VD dans son livre raconte de façon chronologique son expérience, ça comprend donc les moments de latence, d’incompréhension et de dureté. Elle n’est pas dans une approche dogmatique.

    « jevoudraisvivrelibreetegale a dit :
    septembre 13, 2008 à 1:12
    Après cette appelation “livre de filles de banlieue” je la trouve stigmatisante et ça me met en colère que peu de gens réagissent… elles ont pas besoin de ça je pense. »

    On connait bien Lory pour savoir qu’elle fixe parfois sur la banlieue de façon arbitraire … pour moi pas la peine d’en faire un fromage. Un trait d’humour aurait amplement suffi …

    « jevoudraisvivrelibreetegale a dit :
    septembre 13, 2008 à 1:12
    Wildo, j’ai bien lu le texte que tu as mis et si c’est son experience, je le conçois tout à fait mais je trouve qu’il y a une différence entre dire ça comme une confidence à quelqu une et le dire en parole publique dans un système patriarcal qui se nourrit déjà uniquement des paroles des prostituées donnant une vision “positive” de la prostitution. »

    On a pas a cacher nos vécus et nos interrogations. Si tu commences a baliser l’expression de ce qui fait notre expérience, tu codifie, tu manipule.
    Personnellement j’en ai rien a foutre de savoir ce que les mecs pensent.
    C’est pas le Patriarcat qui doit déterminer ma parole mais mon féminisme, non ? ;-)
    On arrive pas au féminisme par un chemin de pureté, mais sur les ruines d’un champ de bataille où tout est a reconstruire. C’est ce qu’ont fait Solanas, Dworking et Despentes.
    Et chaque femme à sa bataille avec ses problématiques perso à gérer …

    « jevoudraisvivrelibreetegale a dit :
    septembre 13, 2008 à 1:12
    Certains hommes m’ont donné ce type d’argument ou approchant et je n’ai vraiment pas de sympathie pour ce discours… je trouve qu’il porte préjudice à ces femmes là par exemple http://www.dailymotion.com/relevance/search/prostitution%2Bvendre/video/x5hd21_prostitution-13-pas-a-vendre-1_news »

    Despentes dans son livre décrit une prostitution choisie, occasionnelle et « assumée ». Elle n’a pas subi autant d’humiliations comme celle des femmes de ce film, a part son humiliation « choisie » … A ce niveau là elle manque effectivement de recul et, de conscience par rapport au problème global de l’exploitation sexuelle de femmes et rejoint plutôt le mouvement Queer plus individualiste …

    « jevoudraisvivrelibreetegale a dit :
    septembre 13, 2008 à 1:12
    Virginie Despente a écrit
    “De nouveau, j’étais dans une situation d’ultraféminité, mais cette fois j’en tirais un bénéfice net.”

    L’ultraféminité c’est être prostituée?

    Et l’ultramasculinté alors c’est quoi? »

    Despente rappelle dans son livre que se conformer aux canons de la féminité imposée par le patriarcat c’est déjà faire la pute en qq sorte, même service pour les femmes au foyer qui rasent gratis … donc exercer le métier de pute en allant jusqu’au bout de la caricature ( vêtement, attitude, langage, rémunération etc) lui donne cette impression que je trouve juste dans ce contexte.

    « jevoudraisvivrelibreetegale a dit :
    septembre 13, 2008 à 1:12
    Enfin imaginons que j’ai été frappée et que finalement je trouve des gens pour me frapper en échange d’argent et que je dise “mon corps marche, je peux recevoir des coups, il est encore là” et “je suis dans une situation d’ultra féminité mais cette fois j’en tire un bénéfice net”, est ce que de la même façon on trouvera légitime mon parcours et ma façon de concevoir les choses? »

    J’ai eu autour de moi à une époque des personnes qui pratiquaient assidument le bondage SM… eh bien, en interrogeant ces personnes sur leur vie et leur parcours j’ai consaté que toutes … avaient subi(e)s soit un viol, un inceste, voir des pratiques zoophiles …
    Scénariser, mettre en scène les situations de tortures, de dégradation et d’humiliation, les théatraliser en somme, donc maîtriser la situation leur permettait d’avoir une sexualité.
    Certains le faisaient aussi pour du fric.

    J’ai rencontré pas mal de femmes cassées sur mon parcours et j’ai moi-même mes propres brisures. Le constat est toujours le même, valable pour moi comme pour les autres : tant qu’ on a pas fait un long travail sur soi on repête bien souvent et inlassablement nos scénarios pour revivre jusqu »à l’épuisement total de soi la catastrophe fondatrice …
    Jusqu’au déclic …

  55. semaphore Says:

    Je n’ai pas lu le livre,… alors mon propos sera-t-il néanmoins recevable?…
    (Shame on me!…)

    Je sais combien mon féminisme est liée à ma propre histoire, mon propre vécu, aux blessures qui me sont personnelles, aux comportements aberrants, abjects, ignobles, violents des hommes mis sur mon parcours, et étrangement mais c’est du au manque d’estime de moi-même, sentiment partagé par les victimes, je le conçois bien plus comme consécutif à ce que les femmes de mon entourage m’ont appris d’eux, combien ma confiance a été trahit, saccagée, ainsi que mon besoin d’admiration, combien je ne puis être dans le pardon, mais je ne veux pour autant que celui-ci soit réduit, limitée à mon seul parcours, je ne supporte qu’il me soit renvoyé qu’il est induit par ma seule histoire , je ne peux nier ses origines, être dans le déni à mon tour de la singularité de mon histoire, or cette argument est souvent utilisé par nos détracteurs pour rendre illégitime notre discours en le renvoyant au privé, à l’intime, au psychologique et ainsi en mépriser sa valeur politique, son essence révolutionnaire, dans le dénigrement absolu des rapports de pouvoir instauré par des siècles de patriarcat.

    De même je ne supporte l’idée que l’on puisse définir mon homosexualité comme liée à mes propres traumatismes, que mon désir soit perçu comme un désir par défaut, et puis je n’ai pas de désir pour les femmes… (ça c’est pour les préjugés « zét/éros » !)

    Soit …je m’égare de mon désir d’intervention initiale…après la lecture de ce forum, le souhait de ne m’adresser qu’à jvvlee dans un premier temps, pas envie de me faire mordre, d’attiser les propos cinglants et incisifs, mais fichtre!

    M’affirmer que diable!!!
    Trouver un néologisme pour confrérie quelqu’une aurait-elle une idée?
    …conseurie…hum…

    Irrespectueux, le terme n’est pas assez fort, outrageant, offensant de souligner :

    « Elle même ne se dit-elle pas NUUULLE! »… Alors nous avons le droit, la légitimité d’abonder dans son sens!
    Réflexion dénotant d’une finesse de compréhension certaine!…Là je suis dans le jugement de valeur, (et j’ai un problème avec cela!)Mais je le pose néanmoins cette bêtise là me choque, et je voudrais avoir mal lu!

    Et bien psychologie ZERO mais toutes vous en avez conscience, non!
    Ne pas l’admettre cela démontre les rapports de pouvoir en jeu dans cette discussion.

    « L’aboutissement de l’imprécision est la vulgarité »

    je sais combien il est difficile d’être toujours à la hauteur de cet impératif, de cette rigueur, ce que je pense de Mauvaise herbe c’est que cette citation pour moi la définie.
    Je sais son horreur de la vulgarité (bon, je fais la maîtresse d’école, pour « cels »(néologisme pas inintéressant de jvvlee) qui voudraient tout saisir de travers!)

    Les propos désobligeants à son endroit sont le reflet en négatif des exigences qui sont les siennes.

    Je sais qu’elle n’a nullement besoin d’ « Un justicier qui surgit hors de la nuit » et que j’aurai pu signé ce commentaire « Z »
    (par autodérision pudique.)

    Son « cui-cui » dérange qu’elle en reste fière !
    Est-elle imbue de sa personne pour autant ?…
    Se sous-estimer serait faire outrage à ses connections neuronales !

  56. semaphore Says:

    Une aparté…

    Il est question de souffrance, de déni de l’autre, quand son estime de soi a été à ce point bafoué, le viol est un meurtre, il peut laisser sans dignité aucune, alors n’ayant plus rien à sauver je peux continuer à détruire, à me détruire, ils m’ont sali, je peux me salir par dessus, rien ne pourra désormais enlever ce qu’ils ont fait, souillure sur souillure… En leur faisant payer, avec le dégoût de soi et le dégoût de cette société pour laquelle la seule valeur est celle du fric!

    C’est eux qui l’ont a/nullé, mais dans sa survivance, elle a cette arme, le stylo, le stylo qui pense au petit couteau, son scalpel sur le papier il leur cloue le bec, il leur tranche la gorge.
    L’écriture est sa drogue, sa médecine, son punching ball, frapper c’est écrire, c’est crier, c’est rendre les coups.

    Moi, je lis une femme dont le sujet a été mis à sac, une femme avec un sexe pillé, une âme piétinée, mise en lambeaux, déchiquetée, lacérée, un corps qui ne vous appartient plus mais qui est toujours là, comment recoudre une schizophrénie, comment échapper à la folie. Elle leur vend ce qu’ils ont détruit, à mon sens elle vit les clients comme des nécrophiles, dont elle tire un mépris rageur, dans l’apparent paradoxe abyssal de vendre sa peau pour la sauver.

    Je ne puis la croire quand elle affirme que l’écriture n’est pas une thérapie, elle aborde la notion « d’éventrement » dans laquelle je lis la nécessité d’échapper à l’empoisonnement létal, l’encre c’est le drain ; l’intervention dans l’urgence / la page blanche / son bloc opératoire versus du mutique coma.

    Seule VD a le droit de penser d’elle qu’elle a été nulle!
    Seule VD a le droit de penser d’elle qu’elle a été nulle!
    Seule VD a le droit de penser d’elle qu’elle a été nulle!

    (je le répète autant de fois que je veux!)

  57. semaphore Says:

    orthographe rebelle et… féministe (mais bon …)

    UN aparté !

  58. wildo Says:

    « Moi, je lis une femme dont le sujet a été mis à sac, une femme avec un sexe pillé, une âme piétinée, mise en lambeaux, déchiquetée, lacérée, un corps qui ne vous appartient plus mais qui est toujours là, comment recoudre une schizophrénie, comment échapper à la folie. Elle leur vend ce qu’ils ont détruit, à mon sens elle vit les clients comme des nécrophiles, dont elle tire un mépris rageur, dans l’apparent paradoxe abyssal de vendre sa peau pour la sauver. »

    Non, elle décrit ces moments de prostitution comme quelques chose de presque flamboyant. Tout à coup elle entre a fond dans un roleplay. La description et l’exprérience ainsi que le rendu de ce vécu est complètement atypique. Comme si elle s’était complètement déconnecté du fond et juste plu a jouer de la forme. C’est pour ça que ce livre est intéréssant et amène a discussion.
    Je vais même aller plus loin, le passage pour moi sur la description de sa relation presque compassionnelle avec sa clientèle (elle décrit ces hommes comme pathétiques, vulnérables, seuls, moches), est tellement pour moi pris « par desus la jambe » qu’en la lisant je me suis dit la première fois  » c’est pas possible, elle n’a jamais été vraiment prosti » …
    Elle a un putain de recul ! si j’ose dire …

  59. wildo Says:

    “L’aboutissement de l’imprécision est la vulgarité”

    ah bon ?
    dis moi donc, comment par exemple on pourrait être précise sur des sentiments ou des émotions. Qui sont, de mon point de vue, toujours fluctuants, mobiles, imprécis, ayant leurs bordures d’ombres leur centre de lumière ou d’abysses … etc
    Moi j’aime chercher dans la zone mobile. Gratouiller là ou ça se cherche.
    Moi j’aime surtout le théorème de Goedells qui dit que la réalité est impossible à décrire dans son ensemble. Tu vois on peut rapidement tergiverser encore ;-)
    Mais tout ça n’a rien a voir avec le sujet, n’est ce pas ?
    J’ai juste donnée qq précisions, justement, concernant les propos de VD il me semble … C’est bien de mettre le costume de Zorro, mais MH n’était pas du tout en danger, je t’assure …

  60. Romane Says:

    « …en la lisant je me suis dit la première fois ” c’est pas possible, elle n’a jamais été vraiment prosti »

    Son témoignage de la prostitution est loin des expériences trash et extrêmes qu’on a pu écouter ici même par exemple.
    Son expérience de la prostitution en comparaison me paraît assez soft par rapport à ce qu’on peut lire sur le vécu des prostituées et du monde de la prostitution. Peut-être parce qu’elle est passée par le minitel et non pas sur le trottoir.
    Je ne sais pas.
    Ce qui n’enlève en rien le fait que c’est sans doute son viol qui l’a amenée vers la prostitution. Aurait-elle vécu cette expérience si elle n’avait pas été violée ? Sans doute pas.

  61. jevoudraisvivrelibreetegale Says:

    Sémaphore, je suis entièrement d’accord avec toi, je ne suis pas d’accord avec le fait de dire qu’elle a été nulle parce qu’elle le dit.

    Et je n’aime pas non plus l’utilisation des traumas pour détruire la portée d’un discours.

    Pour la réponse de Wildo, on s’est répondu sur mon blog.

    Sinon ce qui m’inquiète c’est le nombre d’actes de prostitution chez les étudiant e s et la politique économique qui risque d’influencer certain e s vers la prostitution (avec la consommation vendue comme bonheur de surcroit).

    Un copain me disait qu’un copain à lui se prostituait pour avoir des sacs Gucci et des habits super chers. Au fur et à mesure de la conversation, il m’a appris que cet homme avait subi des maltraitances et qu’il était dépressif.

    Je ne dis pas que c’est le cas général mais cet homme était escort, donc pas sur le trottoir pour faire un mini écho à l’interrogation de Romane (j’aime bien ta dernière question d’ailleurs)

    En tous cas j’en ai personnellement assez d’être constamment face à des visions positives d’un acte qui consiste à acheter un consentement sexuel. J’ai l’impression qu’on me vend la prostitution comme on me vendrait un Disney parfois « ouah c’est cool, on s’amuse bien ».

    Je serais plutôt à penser comme la phrase de Benoite Groult « Filles de joie. La joie de qui? »

  62. Romane Says:

    @ jevoudraisvivrelibreetegale

    C’est sa culpabilité sur le fait qu’elle n’ait pas eu le réflexe de se défendre qu’il lui fait dire qu’elle a été nulle. Ca n’a rien d’une réflexion objective.
    Elle s’en est terriblement voulu de n’avoir pas su se défendre.
    Savoir se pardonner à soi même est souvent très difficile.

  63. jevoudraisvivrelibreetegale Says:

    Romane, je suis d’accord avec toi. Je ne suis pas d’accord avec le fait de le répéter parce qu’elle l’a dit. De reprendre sa parole.

    J’ai été en relation assez longue avec un psy qui s’occupait exclusivement des agressions et il m’expliquait que c’était une réaction de défense qu’il retrouvait tout le temps et que chaque jour il essayait d’amener les gens à sortir de ce type de réflexion pour ne pas qu’els sombrent dans la culpabilité.

  64. Romane Says:

    Reprendre sa parole sans la recontextualiser c’est sûr que ça donne un côté gourdasse…
    ben oui assez d’accord avec toi aussi :-)

  65. wildo Says:

    ben c’est bien pour ça que depuis le début j’ai pris la peine de dire, lisez le bouquin pour mettre ces phrase prise en exergue dans le contexte global du récit …

    Et après on va dire que je chipote …

  66. wildo Says:

    « jevoudraisvivrelibreetegale a dit :
    septembre 15, 2008 à 11:47

    Sémaphore, je suis entièrement d’accord avec toi, je ne suis pas d’accord avec le fait de dire qu’elle a été nulle parce qu’elle le dit.

    Et je n’aime pas non plus l’utilisation des traumas pour détruire la portée d’un discours.

    Pour la réponse de Wildo, on s’est répondu sur mon blog. »

    J’ai fait remarquer que VD disait celà d’elle-même, d’une part pour faire comprendre où Lory avait été le pêcher et de l’autre, en recontextualisant, amener a comprendre comment VD en est arrivé a penser de cette manière.
    Ce que je trouve bien plus intérésant que de juste contrer Lory frontalement en disant  » c’est pas bien de dire ce que tu dis … gnagnagna « 

  67. jevoudraisvivrelibreetegale Says:

    Moi je trouve ça intéressant de pas faire d’incitation à la haine et à la stigmatisation et tes « gnagnagna » ils me gonflent carrément.

    J’en ai ras le bol de ta façon de décider de ce qui est intéressant ou non, de qui a le droit de s’exprimer ou non (celles qui ont lu le livre) qui est légitime ou non (celles sur le terrain) etc sachant qu’en plus tu ne connais pas forcément l’expérience de personnes sur le terrain ou non ici.

    Que tu sois pas d’accord et que tu trouves intéressant autre chose, c’est parfaitement ton droit mais c’est pas forcément le cas de tout le monde et ton mépris, c’est pas utile.

  68. wildo Says:

    Oh mais j’ai aucun mépris – juste la patate.
    J’écris comme je parle, tu m’entendrais en vrai tu n’aurai aucun doute là-dessus … et si je te gonfle c’est pas mon problème – moi tu me gonfle pas, aucune personne ici me gonfle … bien au contraire. Tu crois que j’aurai pris la peine de faire un comm de trois kilomètre pour te répondre si tu me gonflais ?
    déride toi un peu …

  69. wildo Says:

    Et arrêtez de focaliser sur moi, c’est Despentes qui est intéréssante …

  70. wildo Says:

    ;-)

  71. jevoudraisvivrelibreetegale Says:

    c’est pas toi qui me gonfle c’est ton ton parfois. »gnagnagna » ça me rappelle les hommes quand ils te disent « tu as tes ragnagna »

    « Oh mais j’ai aucun mépris – juste la patate (…)
    Et arrêtez de focaliser sur moi »

    paroles de mauvaise foi et de mégalomanie en plus bravo ;)

    qui dit mieux? ^^

    Sinon mes rides vont bien, pas envie de leur faire la chasse mais je te remercie^

  72. wildo Says:

    Non je t’assure j’ai pas de mépris.
    ça te parait inconcevable ?

    Pointer qq chose avec une certaine force c’est mépriser ?

    en récré j’aime être au milieu et prendre le ballon
    :)

    C’est ce qu’on reproche aux filles – de se tenir à l’écart – moi je ne le fais pas – c’est exactement ça …

    à l’entré du blog il n’y a pas marqué « salon de thé » ;-)
    Si ?

    Les racines du mépris commencent avec la volonté implicite de faire taire l’autre – de le réduire à néant – tellement il serait méprisable …
    Ce que font les hommes avec les femmes, tu connais la chanson …
    A aucun moment donné j’ai dilué une telle chose dans mes propos …
    Par contre toi tu as l’air d’être effectivement très incommodée par les miens …
    Dois je en déduire ? …

  73. wildo Says:

    Encore une fois, je préfère qu’on parle de Despentes et pas de moi …

  74. jevoudraisvivrelibreetegale Says:

    Nan mais Wildo, ça m’a mis en colère ton « gnagnagna » vus les gens que je connais qui triment et qui supportent des stigmatisations toute la journée tout comme je suis pas d’accord avec le fait de pas laisser la parole à cels qui ont pas lu le livre. Ici, y’a un article et les gens ont tout à fait le droit de dire ce qu’els en pensent comme de dire que contexte ou pas, on est pas d’accord avec le fait de reprendre ce « NULLE ».

    Maintenant je trouve super que tu te mettes pas en retrait mais je trouve aussi super qu’on crée des espaces où les gens peuvent égalitairement donner leurs idées et qu’elles soient respectées.

    Et c’est pas gnagnan de vouloir se parler sympathiquement, on est pas obligé de copier les manies des hommes pour s’émanciper. On peut s’affirmer gentiment dans un salon de thé je t’assure ;)

    Allez bonne soirée à toi et bonne patate ^^

  75. jevoudraisvivrelibreetegale Says:

    ps : on a pas forcément la même définition du mépris et ton « gnagnagna » m’aurait agacé quel que soit le contexte en fait mais là en plus… allez bonne soirée à toi.

  76. wildo Says:

    « on est pas obligé de copier les manies des hommes pour s’émanciper.  »

    ehbhééé … bonjour le jugement …

    tu me trouves trop … virile ? lol
    homasse ?

    j’ai dit lisez le livre et pas fermez vos gueules !
    dingue ça …

  77. jevoudraisvivrelibreetegale Says:

    désolée, je te connais pas et je sais même pas pourquoi tu parles comme ça, c’est une supposition parce que souvent j’ai cette impression de vouloir copier les « dominants » et la loi du plus fort mais encore une fois je ne te connais pas, juste que j’aime bien que les gens se parlent gentiment, c’est tout.

    j’ai le droit ou c’est interdit? ^^

    ps : je reviens pas sur l’histoire du « lisez le livre » on est pas d’accord, on a compris ;)

  78. wildo Says:

    « jevoudraisvivrelibreetegale a dit :
    septembre 15, 2008 à 10:56

    ps : on a pas forcément la même définition du mépris et ton “gnagnagna” m’aurait agacé quel que soit le contexte en fait mais là en plus… allez bonne soirée à toi. »

    ben surtout si avec toi mon gnagnagna « non biologiquement modifié » devient pour toi un ragnagna de mec (en plus avec l’histoire des règles par dessus, c’est strange ton truc) …
    j’avoue que j’ai du mal avec ton tour de passe-passe – t’es en train de me confondre avec ce que je ne suis pas : je ne suis pas un de tes mecs a ragnagna …

    je suis une fille gna !

  79. jevoudraisvivrelibreetegale Says:

    c’est pas l’histoire des règles, c’est le côté « ta colère est ridicule ».. et comme en plus les sonorités se rejoignent… allez stooooooop ^^

    bonne soirée fille gna ;)

  80. wildo Says:

    Oh, tu peux aller te coucher tranquillement, je viderai les cendriers avant de partir et je fermerai la fenêtre … va … ^^

  81. jevoudraisvivrelibreetegale Says:

    ;)

  82. jessie Says:

    bon ben on a le droit de ne pas être d’accord et d’en discuter sans se détester ni se mépriser à ce que je vois, et tant mieux !

  83. wildo Says:

    Cqfd …

  84. semaphore Says:

    « Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. » Oscar Wilde

  85. Leïla Says:

    Hello la foule !

    Le débat fut houleux mais extrêmement intéressant … je suis partiellement d’accord avec certaines intervenantes et totalement d’accord avec celles qui soutiennent que VD est incontournable dans le débat féministe … d’ailleurs si ma mémoire est bonne, elle a écrit ce livre (KKT) en réaction au livre de Badinter (qui m’a énervée sur bien des points, dois-je dire, en passant).

    Bref. Mon inter ici vise surtout une blogueuse: Lorymachin (ouais, moi aussi je vais me la jouer « méprisante »).

    1. Les filles de banlieue t’emmerdent (même si je n’en suis pas une) !

    2. Tes focalisations sur les Musulman(e)s, les voilées et les « d’origine musulmane » (à vrai dire tu ne sais même pas ce que tu racontes, on est d’origine arabe, indienne ou italienne mais pas d’orgine musulmane, juive ou chrétienne …. une aberration pour ce que j’en dis!!) démontrent que tu as un gros problème d’identité toi-même … pourquoi tiens-tu à tracer une frontière aussi étanche avec « l’autre » ?

    3. Les propos ci-dessus visent à vrai dire ce que tu déblatères sur ton blog … tes discours sont à vomir !

    Wildo, je t’ai déjà lue par ici (je ne sais pas si tu as un blog), tu es sensée, mesurée (en général hein), comment peux-tu soutenir et défendre les thèses de cette Lorie ?

    Si être féministes, c’est casser du sucre sur le dos de toutes les femmes qui sont différentes de nous, on est bien mal barrées pour avancer ! (et on ne me fait pas dire ce que je n’ai pas dit, merci)

    PS: Merci MH pour cet excellent blog et toutes les autres pour cet échange.

    PPS: ah je n’ai pas mes ragnagnas ! ;)

  86. wildo Says:

    Leïla a dit :
    septembre 20, 2008 à 1:37

    Wildo, je t’ai déjà lue par ici (je ne sais pas si tu as un blog), tu es sensée, mesurée (en général hein), comment peux-tu soutenir et défendre les thèses de cette Lorie ?  »

    j’ai plus de blog politique … ça me stresse trop.

    Pour répondre je dirai d’abord une chose : je ne vois pas ou j’ai défendue une thèse quelquonque de Lory ? …
    Montre moi ça dans ce fil ?
    Quelle thèse ? Et ensuite où serait l’endroit de cette prétendue thèse que je serai supposée défendre ?
    Vous me fatiguez avec vos jugements à l’emporte pièce …

  87. wildo Says:

    J’ai pointé qq chose de très précis, qui n’a rien à voir avec une thèse de Lory mais avec les propres paroles de VD qui, de fait, réclament une mise en perspective, d’ou débat etc … ce qui fait qu’on sort justement du goulet d’étranglement binaire dans lequel Lory voulait entrainer tout le monde et vous êtes comme d’hab tombées dans son « piège » …

    D’autre part, Lory ne dit pas sytématiquement que des choses qui seraient à sa décharge … je suis tout à fait capable de faire le tri dans ses échanges.

  88. jevoudraisvivrelibreetegale Says:

    Vous?
    Lory ne tend pas un piège, elle a vraiment des convictions je pense et certaines personnes montrent leurs désaccords. Et c’est parce qu’on pointe ces discours qu’on dit que tous ses propos sont à sa décharge (faut sortir du raisonnement binaire ;) )

  89. wildo Says:

    Eh bien permet moi de ne pas être d’accord avec toi … :)

  90. wildo Says:

    Aucune envie de fighter ce WE … il fait beau je vais plutôt profiter de ce temps splendide …
    Bonnes tergiversations.

  91. jevoudraisvivrelibreetegale Says:

    Leila, juste pour te dire que d’autres personnes ne sont pas d’accord non plus et n’ont pas envie de dénoncer le sexisme au milieu d’autres discours discriminatoires.

    Bonne ballade Wildo.

  92. Leïla Says:

    Wildo,

    Je te concède un truc, tu essaies de faire le tri … je t’avoue que j’ai un peu de mal avec certaines personnes… il est vrai que je ne te connais pas mais je pense que tu es allée voir son blog, un ramassis de conneries pour certains posts (et n’ai même pas envie de mettre un lien, tu remarqueras que c’est ICI que je suis venue le dire et pas sur son blog)… tu es fatiguée de débattre, que veux-tu que je réponde à ça ?

     » D’autre part, Lory ne dit pas sytématiquement que des choses qui seraient à sa décharge … je suis tout à fait capable de faire le tri dans ses échanges. »

    Le blem est là … « ces gens-là » ne disent pas systématiquement des choses à leur décharge … sinon ce serait trop simple (« trop binaire », oserais-je ?)

    Tu appelles ça « tomber dans son piège » … eh bien ! Autant éviter ce piège alors et passer sous silence certaines absurdités, c’est bien cela que tu « nous » conseilles ?

    – Lorie semble faire 2 constats: l’un est que VD est une fille de banlieue … vu l’étendue de sa culture, je ne crois pas m’avancer en disant qu’elle sait que VD n’est pas issue de banlieue, elle veut donc dire que VD a une culture ou un discours de banlieue … ce qui est encore plus stigmatisant, à mon sens !
    Le 2nd constat est le suivant: VD est super nulle, puisque cette dernière l’écrit noir sur blanc. Chouette !

    Et puis j’aurais voulu la voir,elle, à 17 ans essayer de planter un couteau dans les coucougnettes de son agresseur …

    Elle dit encore:
    « Ce qui donne sa force à ce bouquin, ce qui le rend “tonique”, c’est que Despentes s’exprime comme une “machotte”. Reflet du désespoir, aspect punk, certes. Fragilité aussi: quand elle se trouve dans la situation de ce comporter comme un macho pour de vrai, elle n’ose pas se servir du cran d’arrêt qu’elle porte sur elle. On en a déjà parlé je crois… »

    V’lan comment elle te colle un vocable sur des paroles « coup de poing » (je ne sais plus qui l’a écrit plus haut) … donc si je comprends bien, il suffit pour une femme d’écrire ou de parler vrai, fort et « honnête » (employons cet adj puisqu’elle semble apprécier cette qualité) pour être taxée de « machotte », de desespérée et de fragile !
    Et se défendre contre un agresseur; i.e. oser sortir un cran d’arrêt est « se comporter en macho pour de vrai » … pfiooouuuu y a du boulot !

    [Voilà, il me semble que j’ai parlé de VD et pas de toi, et j’espère t’avoir montré où le discours de Lory péchait … et qu’il n’était point besoin d’abonder dans son sens, même sur la question de la « nullité » de VD … oui, elle seule a le droit de le dire, elle est la seule à pouvoir écrire sur cette réalité-là, on n’était pas dans son froc et on n’est pas toutes faites de la même pâte.]

  93. Leïla Says:

    Jeveuxvivrelibreetégale, oui, je m’en suis doutée, y a des moments où je passe et d’autres où je bloque …
    2ème occurrence qui fait suite à celle sur le blog de Dwe, c’était too much pour moi, voilà.

    Wildo, je n’ai pas envie de fighter non plus mais y a des combats qui demandent à ce que l’on relève la tête et qu’on affronte.

    Moi j’ai des copies, je repasserai plus tard ! ;)

  94. wildo Says:

    elle a mis machotte entre guillemets, c’est pas pour rien … concedez lui au moins ça, merde …

    bon je file …

  95. wildo Says:

    « Leïla a dit :
    septembre 20, 2008 à 4:54

    Wildo, je n’ai pas envie de fighter non plus mais y a des combats qui demandent à ce que l’on relève la tête et qu’on affronte. »

    Je sais pertinement qui est Lory … sauf que j’ai pas envie systématiquement de partir bille en tête conte elle … ça enlève rien au combat …

  96. Anonyme Says:

    « Conasse »! (j’ai mis les guillemets)

  97. wildo Says:

    C’est super malin dis moi, anonyme …

    mais pas très courageux

  98. wildo Says:

    Encore une fois je vois très bien qui peut-être Lory à certains endroits … en quel honneur cela devrait il me dicter une attitude sans nuance quand cela peut se faire ?
    Qui ici va me dicter comment je dois poser mon regard sur cette femme ?

  99. wildo Says:

    Fucking bitches !

    moi aussi je peux le faire et sans guillemets !

    et toc !

    ;-) fallait pas me chercher

  100. Leïla Says:

    Euh il est pour qui ce pluriel, Wildo ?? Je n’en fais pas partie, j’espère !

    Anonyme, qui c’est que tu traites de « conasse » ?

    Je vois que là ça part en vrille … au féminin, j’aurais préféré que ce soit au … masculin ! :D

    See you around, Wildo et arrête de répondre à l’Anonyme sur ce registre, je vais être déçue! ;)

  101. wildo Says:

    Chuis pas là pour plaire ! lol

    non non c’est un pluriel de circonstance ne sachant pas a qui j’avais affaire et ne voulant exclure personne j’ai mis fem plur …

    logique pas sexiste

  102. wildo Says:

    alors ça pourra être mal interpêté c sûr …

  103. wildo Says:

    je suis raciste
    sexiste

    homphobe
    white power

    de droite

    voilà :)

  104. wildo Says:

    Trêve de plaisanterie :

    j’arrête le dawa et le flood

    pax

  105. Lorycalque Says:

    Trop drôle (façon de parler) cette Beppina-« Marianne »-Leïla (et si ce n’est toi c’est donc ta p’tite sœur), ou l’art ineffable (disons plutôt le vice) de dire à la fois une chose et son contraire. C’en est confondant.

    Elle commence par ergoter sur le fait que « les filles de banlieue » m’emmerdent et s’empresse de dire qu’elle ne sort pas de la banlieue (et on se demande au passage de quel droit elles pourraient bien parler en leur nom). Et bien moi j’en sors, de la banlieue. J’y ai passé toute ma jeunesse, mais je ne sors pas d’une cité de banlieue, et c’est sans doute la différence. Par contre j’ai travaillé autrefois, avec les gamines de banlieue qui en sortait, des cités, ce qui me permet pour le moins d’en parler en connaissance de cause, si je ne parle ni ne souhaite parler en leur nom.

    Par conséquent, quand je dis que VD parle comme « une fille de banlieue », sachant effectivement qu’elle ne sort pas d’une cité, c’est une image, un constat qui ne stigmatise rien. En rupture de ban avec son milieu, elle adopte le langage des filles de la banlieue parce que c’est le langage le plus approprié pour faire passer ses idées, ce qui pour moi n’a rien d’une révélation. Je n’ai rien dit de plus, et rien de moins, le reste sont autant d’extrapolations.

    Suivent des attaques ad feminam. Leïla a simplement envie de dégoiser sur mon compte, et au même moment débarque anonyme-Kaos ou son p’tit frère, et enchaîne avec des considérations relatives à mon blog qui n’ont rien à voir avec le fil. Considérations imbéciles qui prouvent surtout qu’elle n’a pas vraiment une culture particulièrement étendue, et auxquelles je ne répondrais pas, parce que ce n’est pas l’endroit, et se met à jouer les psychologue, tic de « Marianne » ça; j’aurais « un gros problème d’identité ». Non je ne crois pas cocotte.

    Mais Leïla, Marianne ou sa p’tite sœur, n’est pas à une contradiction près. Elle débarque en catimini pour me casser du sucre sur le dos, et viens dire la bouche en cœur : « Si être féministes, c’est casser du sucre sur le dos de toutes les femmes qui sont différentes de nous, on est bien mal barrées pour avancer ! ».

    Pourquoi je tiens à tracer une frontière aussi étanche avec “l’autre” ? Bein parce qu’avec une « autre » dans ton genre, Leïla, je préfère ne pas avoir de rapports. Pas plus qu’avec les voiles et la bouffe hallal, d’ailleurs, ni avec celles qui les défendent.

    Allez, Leïla. Va faire la belle devant ton précepteur-instructeur, t’auras un su-sucre pour être venue ici rapporter la voix de ton maître.

  106. Leïla Says:

    T’es qu’une conne raciste, pédante et nombriliste.
    Retourne à ton blog casser des Musulmanes et des banlieusards, c’est tout ce que tu sais faire apparemment.

    Ah aussi JE t’emmerde !


  107. Lory,

    Une chose est certaine, c’est que grâce à tes interventions, je comprends aujourd’hui bien mieux le sens politique que peut avoir pour certaines femmes, le choix de porter le voile.

    Rien à ajouter, sinon que je trouve particulièrement toxique (et injurieuse pour nous toutes), ton utilisation du féminisme comme un cheval de Troie.

  108. wildo Says:

    J’ai pris la peine d’aller lire un peu plus les articles mis en ligne sur le blog de Lory. En fait je ne la lisait qu’ici en commentaire ou sur les commentaires de l’archipel Rouge où elle intervenait régulièrement.

    Il y a celui-ci notamment qui s’appelle Le Noeud Gordien » qui résume et décrit la position de Lory de façon nette, claire et précise.

    Je n’arrive pas à la trouver conne et j’ai du mal à la traiter de raciste à la lecture de cet article qui est comme une pierre d’articulation de ce qui la taraude en matière de craintes à avoir quand aux perspectives de la conditons des femmes.

    Je sens Lory inquiète, désanchantée, toujours sur une brêche et ne voulant céder en rien …
    Alors oui, le fait qu’elle martèle sans cesse avec cet air de litanie son opposition farouche au voile est à la longue casse – pied mais le fondement, ce à partir de quoi part cette angoisse et cette réctivité très forte est légitime – a mon sens – et je le dis à la lumière de cet article …

    extrait
    http://lorycalque.joueb.com/news/le-n-ud-gordien

    « Quand on lit les blogs de ces hommes de la gauche de la gauche, leurs forums, leurs sites et les commentaires de leurs mouvances, depuis des années que je les lis, et avant wikipédia où c’était exactement la même chose de ce point de vue là, il apparaît très clairement que tous les thèmes liés à l’immigration et au multiculturalisme, au racisme et à la xénophobie se développent dans le cadre de l’Universel au masculin.

    Sous prétexte de multiculturalisme, d’antiracisme, de lutte à la xénophobie, ils « s’achètent » des cubaines ou des antillaises, des asiatiques ou des sub-sahariennes, des turques ou des albanaises. « Epousent leur cause » en les épousant, c’est à dire qu’ils échangent la nationalité et le bien-être contre des services. Leur discours est unanime et il n’en ressort qu’une seule chose: comme elles sont douces et dévoués! Comme elles cuisinent bien! Comme elles baisent bien (c’est à dire: comme elles sont disponibles au plumard)!. Ce qui ne signifie pas autre chose que: vous les occidentales vous nous faites chier avec votre féminisme. A nouveau la mise en concurrence des femmes, avec à la rescousse les madonnes et passionarias occidentales compatissantes, d’une part, et d’autre le chœur des voilées, des essentialistes et des femmes indigènes de la république, houries enragées décidées et prêtes à tout pour abattre de l’occidentale et avoir quelques miettes d’un pouvoir illusoire de miroir aux alouettes. »

    qu’en pensez vous ?


  109. ça justifie selon toi les attaques racistes contre Leïla?

    Je suis désolée mais pas un seul combat d’idées n’excuse selon moi ce genre d’attaques personnelles.

    Et puis la « bouffe hallal » c’est sexiste aussi?
    Il faudrait que Lory cesse d’utiliser la cause des femmes pour mener sa guerre contre l’islam. Si je comprends que la loi concernant le voile provoque parmi les féministes certaines oppositions, il me semble que les revendications de Lory dépassent largement le cadre de la cause qu’elle prétend défendre.


  110.  » … le chœur des voilées, des essentialistes et des femmes indigènes de la république, houries enragées décidées et prêtes à tout pour abattre de l’occidentale et avoir quelques miettes d’un pouvoir illusoire de miroir aux alouettes.”

    Et de ça plus particulièrement Wildo, tu en penses quoi?

  111. wildo Says:

    mauvaiseherbe a dit :
    septembre 22, 2008 à 11:13

    ” … le chœur des voilées, des essentialistes et des femmes indigènes de la république, houries enragées décidées et prêtes à tout pour abattre de l’occidentale et avoir quelques miettes d’un pouvoir illusoire de miroir aux alouettes.”

    si elle désigne par là des fondamentalistes embrigadées, c’est pas faux faux faux … et la notion de miettes de pouvoir est réaliste dans l’état actuel des choses …
    Perso j’ai un gros problème avec tout ça …
    Alors ce qui achoppe c’est le ton, j’en conviens, mais sur le fond, merde des fois je suis pas loin d’être d’accord, alors je fais quoi ?
    Je me lynche toute seule ? ;-)
    J’ai un autre souci celui de ne pas faire d’autocensure en politique. C’est tellement vite fait et ça bouche tout. Le racisme dans ce contexte féministe me fait penser a un nouveau point Godwin qu’on s’enverrait allègrement à la figure pour clore tout débat …
    Comment dire
    J’arrive pas a dire connasse raciste casse toi et me sentir satisfaite de cela …
    Pour moi c’est plus un échec.
    Je sais pas si je me fais bien comprendre …

  112. wildo Says:

    Leïla a dit :
    septembre 20, 2008 à 4:50

    ” D’autre part, Lory ne dit pas sytématiquement que des choses qui seraient à sa décharge … je suis tout à fait capable de faire le tri dans ses échanges.”

    Le blem est là … “ces gens-là” ne disent pas systématiquement des choses à leur décharge … sinon ce serait trop simple (”trop binaire”, oserais-je ?) »

    J’ai deux repères concrets pour ce que tu appelles « ces gens là  » :

    Ma propre mère elévée « au bon grain du Nazisme » et qui a passée sa vie à articuler cet endoctrinement dans sa vie de tous les jours …
    Et une belle-soeur FN pur jus …
    Le reste de la famille est socialiste … ouf! ;-)
    (mais le socialisme n’est pas un garde-fou en soi)

    De ce que je peux lire de Lory elle est très loin des insanités et doctrines que j’ai entendu des deux personnes citées plus avant.
    Très loin.

    Bon, voilà …

    Lory est autant bouffe curé que bouffe voile …
    Je le sens plus de cet ordre là, plutôt qu’un racisme pur jus …

  113. Leïla Says:

    Hello !

    MH, je n’aurais pas mieux dit ce que j’ai ressenti en lisant la réponse de Lory à mon com.

    Wildo, j’arrive à comprendre ses positions anti-voile en regard au combat féministe (d’autant plus que je déplore ce nombre de plus en plus important de voilées) … ce qui devrait être un noble combat, dépouillé de tout racisme et de tout PATERNALISME prend chez elle des allures de « Lory-va-t-en-guerre » contre toutes les Musulmanes et pire contre l’Islam … qu’elle bouffe un peu plus de curé et de rabin alors et je me sentirai moins attaquée dans mes origines (je ne dis pas religion becoz je ne me sens pas musulmane, je ne pratique pas et je condamne ce que le Coran véhicule comme âneries sur les femmes).

    En outre, 80 % de son message, il me semble, est adressé à une autre. Mais à qui donc cause-t-elle de cette manière ?? C’est d’une suffisance et d’un paternalisme que je n’ai eu d’autre envie que de l’envoyer bouler. Quand on s’adressera à moi comme à une VRAIE personne (et non comme à une conne sans cervelle et sans personnalité, puisqu’en sus, elle me prête celle de quelqu’une d’autre), je ferai l’effort de dialoguer … dans le cas contraire, je préfère laisser aboyer. That’s it.

    Euh Wildo, quand tu écris:
    « Perso j’ai un gros problème avec tout ça …
    Alors ce qui achoppe c’est le ton, j’en conviens, mais sur le fond, merde des fois je suis pas loin d’être d’accord, alors je fais quoi ?
    Je me lynche toute seule ? ;-) »

    Mais bon sang, tu es suffisamment réfléchie et sensée pour reconnaître un discours raciste … tu ne vas tout de même pas excuser certains « dépassements » (je vais les nommer ainsi, ne connaissant pas vraiment la bestiole après tout, je ne vais pas tout noircir) parce que le fond te semble juste. Ou alors tu préfères avancer avec des orinières de peur de saisir ce que tu as (j’en suis certaine) saisi.

    Déjà, tu dis que tu n’avais jamais vraiment lu son blog … j’ai lu quelques posts, qui m’ont convaincue, pour ma part …

    Le féminisme a bon dos … donc si j’ai bien compris elle préfère se positionner en « occidentale » éclairée sur les hommes et bouffer de l’orientale suffisamment bête pour jouer le jeu des hommes … pour quelques miettes de pouvoir illusoire.
    J’appelle ça du paternalisme. Mais à qui donc a-t-elle eu affaire pour juger ainsi toute une partie da la population mondiale ??

    Bref.

  114. wildo Says:

    Si son féminisme a bon dos alors c’est super triste, j’arrive pas à le voir comme ça … ce serait plus que glauque et les vrais racistes ne s’encombrent pas de féminisme, si ? moi j’en ai jamais vu …
    Ce que j’entends en revanche c’est la force avec laquelle elle met cette barrière étanche certaienement parce qu’elle a du vivre des trucs similaires et qu’elle a du en chier grave pour baliser sa vie et sortir d’un partriarcat quasi identique …
    Elle a pas envie de vivre le film deux fois … c’est ça que j’entends …

  115. jevoudraisvivrelibreetegale Says:

    A mes yeux c’est exactement ça le racisme, juger à partir de ses peurs et faire des généralités de certains faits, généralités qui ne sont pas sans conséquences.

    Et heureusement on a le droit de manifester son désaccord.

    Enfin je ne crois pas qu’on participe à l’émancipation en disant en gros « tu es qu’une nulle » ou « tu es qu’une nulle soumise ». Si on lutte contre la violence et le mépris des hommes pour se prendre cels des femmes, quel est l’intérêt?

  116. wildo Says:

    Si Lory est raciste alors je le suis aussi.
    Moi aussi j’ai mes peurs et mes craintes, moi aussi l’Islamn radical me fait frémir. Moi aussi bien souvent je trouve les femmes nulles et encore trop soumises à mon goût, les occidentales comme les autres et je me compte volontiers dedans.

  117. Marianne Says:

    Bien sûr que tu l’es Wildo. Raciste.

  118. wildo Says:

    Ahhhhh ! Marianne ma vielle copine …

    Bon, si Marianne est dans le coin moi c’est exit.
    Je remet pas le couvert avec cette givrée.

  119. wildo Says:

    et là c sûr : je suis raciste de marianne ! ;-)

  120. Leïla Says:

    Re

    Donc « Marianne » existe (enchantée!) … je me demandais de qui Lory parlait …

    Peut-être que ta différence, Wildo, c’est que tu sembles te remettre en question … pour ce que j’en sais.

    N’empêche que le combat féministe va bien au-delà des couleurs et des religions … on est toutes aliénées, chacune à des degrés divers.

    Je voulais juste revenir sur cette histoire d’identité virtuelle: je ne suis personne d’autre sur le web que « Leïla » … l’Anonyme qui est passé(e) n’est pas moi. Les adresses IP peuvent en témoigner. Voilà.

  121. Marianne Says:

    A t’écouter on dirait que tu viens de le découvrir Wildo ! T’y crois pas. Ben si, t’es bien la fifille à ta maman !

    Et le « prétexte » du dialogue. Ca c’est le pom-pom dans ta posture politique.

    Tu veux que je te dise ? Tu dialogues pas avec Lory. C’est pas du dialogue ce que tu fais avec cette fille, c’est de l’adhésion pur et simple.

    Y’a que toi qui voit pas à quel point tu dialogues pas avec elle. Tu la défends, tu la crédites même en lui trouvant des excuses s’il le faut.

    Donc explicitement dans le texte tu adhères à ses valeurs, à sa politique que tu continues de dimenssionner.

    Parce qu’au fond tu partages la même vision. En plus édulcoré mais à peine. T’assumes juste un peu moins qu’elle parce que tu sais que ça ne correspond pas à une idéologie de gauche. Alors tu camoufles l’extrème droite qui vit en toi Wildo . Tu la minores. « C’est pas du racisme ».

    Je te l’ai déjà dit que Lory n’était qu’une extension de toi. Ta part sombre.

    Ca la fout mal quand même pour une fille qui a des prétentions à gauche d’en être à ce point d’islamophobie et de racisme. Ca tu le sais. T’as honte. Tu voudrais assumer mais tu peux pas. Dur pour toi.

    Tu te dis sans concession et finalement qu’est-ce que tu peux en faire au fond et avec le pire de ce que l’humanité peut produire en terme idéologique !! (Lory)

    Bientôt quoi ? Tu vas te mettre à nous défendre les nazis sous prétexte qu’ils n’auraient pas tord sur tout et avec en sus, le grand argument politique du « Moi je dialogue avec mon ennemis ? ».

    Personnellement tes dialogues avec toi-même, je les trouve affligeants d’inconsistance politique, de méconnaissances des idéologies.

    T’es un fake Wildo. Plus tu vas vieillir plus tu vas te poser à droite du cadre. Tout près de maman. Parce que t’as rien résolu avec elle, tu vas la rejoindre.

    T’es à l’image de la France de Vichy.

  122. Marianne Says:

    Leïla oui j’existe bien. Par contre à mon avis, nuance le truc sur le Coran. Ce sont certaines traditions sociales qui sont à l’origine du machisme.

    Le Coran porte un tout autre discours sur la femme. Il y est plutôt question de respect et même d’indépendance des femmes. Quant à Lory, tu as parfaitement su lire qui elle était. Je dis bravo parce que tu le découvriras, ici, c’est pas le cas de tout le monde. Tu arrives tard dans cette discussion sur Lory qui a déjà eu lieu avant…. Dans le passé de ce blog du temps où ce blog était un blog de féministes de droite.

  123. wildo Says:

    Tu me fais éclater de rire !

    Non, j’ai ni honte ni quoi que ce soit de cet accabit. Je suis plutôt posée sur ce coup.
    Si je me pose la question c’est pas pour découvrir « ma part sombre » mdr … mais plutôt pour faire remonter le malaise que peut générer certains aspects de l’islam, mais pas que … mais je n’ai pas envie d’en nier l’effet contrairement à toi, par exemple qui cherche par dessus tout une probité, un effet kisskool de révolutionnaire sans tâche.
    Tu as certainement beaucoup plus peur du noir que moi si j’ose dire …

  124. Marianne Says:

    Leïla a dit :
    septembre 22, 2008 à 9:16

    Peut-être que ta différence, Wildo, c’est que tu sembles te remettre en question … pour ce que j’en sais.

    ==============================

    Je crois que ça va être difficile pour Wildo de se remettre en question la dessus. C’est un long chemin… Que peu peuvent emprunter en France vue l’ambiance raciste.

    Et puis, ça n’est pas qu’une question politique en fait pour elle. Il y a d’autres enjeux plus perso, c’est assez lisible.

    A la fois familiaux au vue de ce qu’elle a dit (mère…) et puis aussi amoureux. Elle se vit comme ma rivale depuis un bail. De qui de quoi. D’un truc à cause d’une autre fille.

    Donc comme elle tente de me discréditer comme elle peut (c’est sa principale activité politique), le jour où je me suis opposée ouvertement à Lory, elle s’est mise à la défendre bec et ongle comme si c’était sa fille… Ou sa mère… Suivez mon regard….
    MDR.

    Elle s’est donc fourvoyée sur le cas Lory pour des raisons amoureuses et filiales mais le mot « fourvoyée » en fait ne correspond pas tant que ça à ce qu’il lui est arrivé … Ca serait lui donner trop d’excuses. Comme si elle était tombé dedans sans savoir dans quoi elle mettait les pieds.
    Non,non.

    Je n’y crois pas.

    A mon sens d’avoir pris ce chemin, c’est plus le début d’une quête identitaire… Dans tous les sens du terme. Savoir d’où elle vient mais aussi ou plutôt assumer qui elle est vraiment.

    Parcequ’au fond, elle adhère.
    Je n’en dis pas plus.

  125. wildo Says:

    Marianne tu as tout à fait raison sur le fait que je suis plus en dialogue avec Lory que toi par exemple mais pas pour une adhésion pure et simple disons plutôt pour qq interrogations plus circonstanciées …

  126. Marianne Says:

    wildo a dit :
    septembre 22, 2008 à 9:35
    Tu me fais éclater de rire !

    Tu as certainement beaucoup plus peur du noir que moi si j’ose dire …

    =====================

    Le jour où tu te vivras autrement que par le mode comparatif à l’autre en terme de « tu es moins, je suis plus », peut-être que tu sortiras de quelque chose… Du ventre de ta mère sans doute.

    Bien sûr toutes mes psychanalyses sont dédiées à Lory qui devrait à mon avis affronter son profond désir sexuel pour le garçon arabe.
    Qui à mon avis la fera jouir comme personne et je n’en doute pas : pour la première fois de sa vie.
    .

  127. wildo Says:

    Marianne je ne te vis pas comme une rivale mais comme une simple conne … et sans guillemets – spéciale dédicace ! non ne me remercie pas : joie d’offrir ! :)

  128. Marianne Says:

    wildo a dit :
    septembre 22, 2008 à 9:46
    Marianne tu as tout à fait raison sur le fait que je suis plus en dialogue avec Lory que toi par exemple mais pas pour une adhésion pure et simple disons plutôt pour qq interrogations plus circonstanciées …
    ==========

    Wildo, apprend à me lire :

    tu n’es pas en « dialogue » avec Lory comme tu crois.
    En fait, tu « adhères » à l’idéologie de Lory.
    Et par contre, contrairement à ce que tu crois, tu dialogues avec moi.
    Sans adhérer bien entendu (heureusement pour moi !!) .
    Tu saisis les nuances entre adhérer-dialoguer?

  129. wildo Says:

    non je ne dialogue pas du tout avec toi je me fous de ta gueule, nuance … ;-)

  130. Marianne Says:

    Pauvre petite chou à la crème.

  131. Leïla Says:

    Euh sans vouloir jeter de l’huile sur le feu … j’ai effectivement pensé (je l’avoue) que Wildo portait une admiration également autre qu’ « intellectuelle » à l’encontre de Lory … je ne voudrais pas te froisser, Wildo mais je sens quelque chose de l’ordre de l’affectif (très prononcé) … rapport amoureux, maternel, je n’en sais, à vrai, dire rien.

    Je crois qu’à un moment donné, tu vas devoir te positionner. Vis-à-vis de toi-même déjà (tu n’as rien à prouver sur le web).

    Marianne, ça m’intrigue:
    donc ce blog était un repaire de féministes de droite ??

    Quant au Coran, je ne me trompe pas … et c’est bien à cause des versets qu’il contient que je m’en suis distanciée … je mettrais bien des extraits mais je bosse tôt demain et j’ai la flemme d’aller le compulser à cette heure-ci.
    Les hommes encore une fois ne nous ont laissé que peu de portes ouvertes (quelques unes certes mais c’est TRES loin d’être suffisant) … je fais ici référence au Coran.

    Eh ben comment de Virginie Despentes, on disgresse sur l’Islam. Piouuu !

  132. Marianne Says:

    <les filles sont méchantes avec toi en ce moment.

  133. wildo Says:

    « Leïla a dit :
    septembre 22, 2008 à 10:06

    Euh sans vouloir jeter de l’huile sur le feu … j’ai effectivement pensé (je l’avoue) que Wildo portait une admiration également autre qu’ “intellectuelle” à l’encontre de Lory … je ne voudrais pas te froisser, Wildo mais je sens quelque chose de l’ordre de l’affectif (très prononcé) … rapport amoureux, maternel, je n’en sais, à vrai, dire rien.  »

    Admiration ?
    ah non il n’a jamais été question de ça dans mes propos et amoureux encore moins, lol ! … une réserve, oui à un endroit très précis – et ça je le dis sans ambiguité je crois depuis qq commentaires.

  134. wildo Says:

    « Marianne a dit :
    septembre 22, 2008 à 10:09

    <les filles sont méchantes avec toi en ce moment. »

    Dis donc, fais pas les choses à moitié, applique toi si tu veux me bâcher devant tout le monde.
    Pour l’instant c’est niveau demi-sel ce que tu me sers !
    Que de la gueule, comme d’hab !

  135. wildo Says:

    Tu me deçois Marianne, tu avais si bien commencé avec ma mère et tout ça … tu t’arrêtes trop tôt et en si bon chemin … tss tss tss !
    Tu perds la main cocotte.

  136. Marianne Says:

    L’islam est le point aveugle de ce blog… Il suffit de lire les archives pour le comprendre.

    Wildo a trop rejeté sa mère sans doute, ce qui explique pourquoi elle y revient par tous les chemins. Un peu comme Oedipe qui qui quitte sa mère et son père pour éviter son destin et qui… Paf le chien… .
    Quant à se positionner, pour elle ça va donc être très très difficile. Trop d’enjeux.
    A mon avis elle va stagner là où elle est. Dans une méconnaissance de soi et de ce qui la nourrit profondément. Son racisme etc…

    Sur ces questions de l’islam, le radicalisme féministe est difficile à entrevoir pour les gens de ce blog et à développer de fait car il oblige au paradoxe et le paradoxe ici, ça n’existe pas.

    C’est impensable. C’est vécu comme une sorte de régression politique. C’est un féminisme sale.

    Voilà pourquoi l’islam pose problème profond. Et rend difficile tout positionnement. Elles ne savent pas comment le prendre. Elles sentent qu’il y a un hic. Il leur manque des perceptions.

    Ce blog développe un féminisme qui se découvre. Pas du tout radicale. Plutôt adolescent. Tout au plus.

    Je le sais parce que je suis passée par ce féminisme là précisément y’a dix ans quand j’ai découvert le féminisme théorique justement.

    Ce qu’elles prennent donc pour du radicalisme n’en est pas. Juste une révolte qui porte enfin son nom : révolte féministe.

    En fait, elles ne libèrent pas les femmes avec leur féminisme mais juste elles sont en train de se libèrer.

    Nuance. On est ici dans un féminisme égotique.

    Dans dix ans pour certaines d’entre elles, elles découvriront enfin ce que c’est que libérer les femmes. Sortir de son quant à soi. De soi.

    Le chemin ? Quand on avance dans son féminisme, plus on travaille son radicalisme plus on découvre le paradoxe. C’est la condition à l’avancement politique. C’est une autre dimension du féminisme. Comme une autre étape.

    Et plus on découvre le paradoxe plus on comprend en quoi ce chemin est nécessaire à l’épanouissement des femmes.

    On ne peut plus dès lors revenir en arrière. L’arrière c’est la rigidité, le soi. L’égo. Symbolisé ici, dans le cadre de la question de l’islam, par la femme blanche qui part de ses valeurs pour libérer toutes les femmes du monde. Du copié collé dégoûtant.

    Le féminisme de Lory est un féminisme de colon raciste .

  137. wildo Says:

    paradoxal c’est exactement là ou je voulais en venir par rapport à Lory …

    marrant

  138. Marianne Says:

    VD a parfaitement digéré son féminisme théorique adolescent.
    Elle vit donc sans aucun scrupule ses paradoxes de femme.

    Et de féministe.
    PARCQE LA FEME NE SE LIBÈRE PAS QUE PAR LE BEAU MAIS AUSSI PAR CE QUI EST CONSIDÉRÉ DANS LA SOCIÉTÉ COMME LE SALE. AFFRONTER SON SALE C’EST SE LIBÉRER DE LUI.

    Voilà pourquoi elle se positionne comme ça sur la prostitution. Elle a pigé.

    Avec cette capacité d’affirmer explicitement dans le texte que la prostitution l’a libéré d’un truc.

    Et bien sûr ce discours ici pose problème. On le réduit à son cas particulier pour lui donner moins d’ampleur et minorer l’affaire.
    Refuser le paradoxe radicale.

    Le blog de MH a toujours été un blog paternaliste. Protéger les femmes du sale. Voilà son ambition.

  139. wildo Says:

    « Marianne a dit :
    septembre 22, 2008 à 10:51

    Le blog de MH a toujours été un blog paternaliste. Protéger les femmes du sale. Voilà son ambition. »

    fais gaffe parce que Lory va être d’accord avec toi l’ayant recemment traitée de Dame Patronesse … et si je suis bien ton raisonnement …

    « Marianne a dit :
    septembre 22, 2008 à 10:51
    Et bien sûr ce discours ici pose problème. On le réduit à son cas particulier pour lui donner moins d’ampleur et minorer l’affaire.
    Refuser le paradoxe radicale.  »

    Super concept ma foi : la prostitution thérapeutique, il fallait y penser … ;-)
    encore une victoire de canard !

  140. Marianne Says:

    Quant à Lory, son féminisme n’est là que pour justifier son racisme.

    Il n’est qu’un prétexte. Il n’a aucune fonction réelle. C’est une mise en scène fantoche. L’arbre qui cache la forêt.

    Car ce qui la préoccupe plus que tout dans la vie, c’est éliminer l’arabe et le musulman de la terre.

    Tout est bon pour cacher ça mais pour le signifier quand même. Elle vous parlera de féminisme, elle vous parlera des curés… Mais derrière, structurellement, il n’y a qu’un être à abatte et un seul ennemis : le musulman. L’arabe.

    Je serai pas étonnée qu’en remontant dans son arbre généalogique on tombe sur un truc pas clair…

  141. Marianne Says:

    Wildo ne t’inquiète pas trop pour moi.

    A ta place je commencerais plutôt par faire un peu d’introspection. Va donc dire bonjour à ta mère…

  142. Marianne Says:

    Bye la gol

  143. wildo Says:

    « Marianne a dit :
    septembre 22, 2008 à 11:03

    Wildo ne t’inquiète pas trop pour moi.

    A ta place je commencerais plutôt par faire un peu d’introspection. Va donc dire bonjour à ta mère… »

    Ohhh mais elle sera ravie de faire ta connaissance, car question pourriture vous vous ressemblez toutes les deux je vais t’envoyer à sa dernière adresse : six pieds sous terre et bien bordée. Vous vous tiendrez chaud pour l’hiver.

  144. Marianne Says:

    Pauvre Wildo

    si t’as mère est morte prend donc Lory comme mère de substitution pour faire ton analyse !!

    A mon avis c’est un peu kiff kiff tout ça… Sauf que Lory tu arrives mieux à l’aimer. Sans doute elle t’a pas abandonné ou signifié qu’elle en avait rien à foute de toi. Quoi que, je remarque que Lory fait très peu cas de tes interventions pour la défendre.. Même pas de gratitude. C’est bien ta mère tout craché là où tu la lassé enfant.

    Lory, fait donc substitut ! Au moins ta vie aura servi à quelque chose !

  145. wildo Says:

    Marianne heureusement que tu ne fais qu’un peu de féminisme et pas thérapeute ou psy, bonjour la cata.

    Une mère c’est pas indispensable. Quand tu auras capté ça tu t’en sortira mieux et ça permettra aux femmes de se libérer un poil plus.

  146. wildo Says:

    le paradoxe marianne, le paradoxe …

  147. Marianne Says:

    L’essentiel Wildo c’est que tu crois en ce que tu dis.

    Te cache pas derrière « les femmes » pour y croire plus . Tu le fais déjà trop dans ton féminisme.

    Si t’as décidé pour t’en sortir qu’une mère n’était pas indispensable alors oui, je te crois, c’est vrai. Puisque c’est ton mythe ça ne peut pas être faux.

    Mais la vraie question dans ton cas serait plutôt: pourquoi faut-il à tout prix que ça soit vrai… Et pourquoi ça ne serait pas plutôt faux. Absolument faux. L’immense fake de ta vie. Bonne nuit la cruche.

  148. wildo Says:

    « A tout prix » ? ça n’existe pas chez moi ;-)

    Et n’oublie pas que je joue avec toi ce soir

  149. Romane Says:

    Moi aussi je me suis fait la réflexion comme quoi l’expérience de la prostitution telle que l’a vécue VD l’a peut-être aidée à franchir une étape. C’est pourquoi je ne suis pas choquée ni ne minore cet aspect là. Je conçois que VD ait pu retrouver une part de féminité en passant par cette expérience réparatrice de sa féminité bafouée.
    Et ça n’est en rien faire une quelconque apologie de la prostitution. C’est assez paradoxal et étonnant car elle est passée la voie de la prostitution. C’est étonnant car elle aurait pu rencontrer un mec (ou une nana, après tout pourquoi pas) avec qui elle aurait pu vivre une relation réparatrice de son viol. Je ne sais pas. C’est peut-être illusoire ou idéaliste. N’empêche que je persiste à penser que c’est son viol qui l’a sans doute menée à la prostitution même soft et transitoire.

  150. Marianne Says:

    Mais quand même n’oublie pas de te dire que peut être si tu te arrivais un jour à envisager profondément que ton mythe est faux, tu sortirais un peu du monde virtuel dans lequel t’es enfermé comme ta mère ou je devrais dire avec ta mère, six pieds sous terre… Je me comprends.

  151. Marianne Says:

    Mère morte ou pas. Ne crois pas qu’on joue avec moi si facilement. T’es vraiment trop naïve.

  152. wildo Says:

    va répondre à Romane plutôt au lieu de dire des bêtises …

    bon allez je file – et merci pour le divertissment

  153. Marianne Says:

    Romane a dit :
    septembre 22, 2008 à 11:44

    Et ça n’est en rien faire une quelconque apologie de la prostitution.

    ============

    Non , c’est faire l’ apologie du paradoxe en tout.

    C’est une notion très très politique et très féministe radical.

    Chose par contre absolument perturbante pour les féministes pas mures qui sont génées (même si fascinées) par ce type de discours qui contrecarre. Et qui du coup, tentent de le dépolitiser en le rendant spécifique à l’émetteur VD.
    Lui donner à tout prix un sens unique pour le désinvestir de son champ politique subversif .

    Induire la notion de paradoxe en politique oblige à repenser beaucoup de choses. Que dirait Dworkin à Despentes ?

  154. Marianne Says:

    Elle lui dirait écoute sale petite merde universitaire, je t’interdis de parler de la prostitution comme ça. La prostitution n’aide pas les femmes, pauvre merde. Tu vis hors du réel dans un monde protégé de petite intello. Ferme ta gueule et signe ma pétition. Et blablabla.

  155. Romane Says:

    « Que dirait Dworkin à Despentes ?
    Elle lui dirait écoute sale petite merde universitaire, je t’interdis de parler de la prostitution comme ça. La prostitution n’aide pas les femmes, pauvre merde. Tu vis hors du réel dans un monde protégé de petite intello. Ferme ta gueule et signe ma pétition. Et blablabla »

    Euh, à ma connaissance, VD n’est pas une universitaire et n’a jamais fait d’études.

    Par contre, si des féministes se permettent de juger des expériences de vie … euh enfin bref quoi.

  156. wildo Says:

    mdr marianne rêve que Dworkin lui parle dans l’oreille …


  157. Et bien…

    « marternaliste (?) » ou maternant serait il me semble plus approprié non?
    La fonction symbolique du père n’est pas de protéger Marianne, mais tu raffoles c’est vrai de ce genre de manipulation grossière.

    Bon je n’ai pas du tout envie pour être franche de reprendre sur le même mode nos débats d’hier, mais juste un truc (je me garderai de commenter tes niaiseries concernant Dworkin, ça vaut mieux)
    tu abordes toujours la prostitution du point de vue de la femme prostituée et jamais depuis la position du consommateur? Tu as beau essayer d’esthétiser (si en plus ça peut servir de plaidoyer en faveur de ton goût pour la culture masculine)la démarche prostitutionnelle, comment parviens-tu à articuler les deux?


  158. Quant à ta définition du féminisme radical… Tu fais comme Badinter tu investis pour dénaturer. Classique. Mais le féminisme radical Marianne est exactement à l’opposé encore une fois de tes politiques d’aménagements avec la culture masculine, les positions que tu défends appartiennent à un courant politique parfaitement identifié, celui du « post-féminisme » mdr ou féminisme queer. Et je ne t’apprends rien d’ailleurs. Alors pourquoi pas mais assume ton appartenance idéologique, renonce à ton cheval de Troie toi aussi, tes méthodes sont les mêmes que Lory tu vois… Les deux boûts de la chaine…
    Bref.


  159. Et puis si personne ne conteste il me semble la fonction « réparatrice » que peut avoir pour certaines prostituées l’acte prostitutionnel:

    L’argent leur sert d’estime d’elle-même, de « valeur », de protection contre le sentiment d’objectivation.

    Explique nous donc pourquoi les hommes ont-ils si peu ou pas recours à ce genre de thérapie?
    Et inversement pourquoi si peu de femmes consommatrices?

    Commençons par le commencement.

  160. Marianne Says:

    Romane a dit :
    septembre 23, 2008 à 12:13

    Euh, à ma connaissance, VD n’est pas une universitaire et n’a jamais fait d’études.
    ===============

    A ta connaissance non mais avec ses connaissance et sa perception c’est tout comme. Son discours se rapproche totalement d’un féminisme universitaire, il s’en inspire même. Et assumé. Si Dworkin la lisait elle l’assimilerait sans problème à ce féminisme là.

    Dworkin a comme qui dirait des des soucis avec les universitaires.

  161. Marianne Says:

    mauvaiseherbe a dit :
    septembre 23, 2008 à 12:42
    Et bien…

    “marternaliste (?)” ou maternant serait il me semble plus approprié non?
    La fonction symbolique du père n’est pas de protéger Marianne, mais tu raffoles c’est vrai de ce genre de manipulation grossière.

    =========

    « Genre de manipulation grossière » ?

    MDR. Tu doutes vraiment de rien. Ca fait pitié !

    « La fonction symbolique du père n’est pas de protéger Marianne, mais tu raffoles c’est vrai de ce genre de manipulation grossière. »

    Putain, t’avises jamais de dire un truc pareil à une théoricienne du patriarcat ou une universitaire, historienne, tu vas être reçue… Elle va te rire au nez !

    Elle va t’éclater le cerveau !

    Avant de vouloir débattre, faut d’abord apprendre tes classiques ma vieille et à ton âge, il est gravement temps.

    Je te l’ai déjà dit t’es pas à la hauteur de tes ambitions.

    Théoriser le féminisme c’est pas comme militer dans la rue avec un auto collant fluo dans les mains en criant « A bat le patriarcat ».

    Théoriser, c’est étudier.

    Faut être structuré, toi tu l’es tout simplement pas du tout.

    T’as aucune base ! Juste la prétention d’en avoir !

    Et encore aujourd’hui sans scrupule, tu cherches à m’ imposer un savoir que t’as pas étudié et qui est hautement révisonniste !?

    Une contre vérité !

    T’es pas assez humble MH. Tu t’y crois tellement, c’est pitoyable.

    Tu donnes des leçons sur un sujet que tu ne maîtrises pas, c’est grotesque.

    Va d’abord étudier le patriarcat, sa fonction symbolique justement. Et tu verras à quel point t’es à coté de la plaque. Grave à quel point.

    Le patriarcat a pour fonction symbolique principale de protéger la femme. Il la met sous sa domination sous prétexte justement de protection. C’est le deal de départ. LE contrat patriarcale !

    LA PROTECTION, C’EST LA FONCTION PRINCIPALE DU PATRIARCAT ET DU PÈRE DANS NOTRE SOCIÉTÉ !!!

    Waouw comme t’es larguée ! Même ça tu le savais pas ?!

    Au sein du patriarcat, la mère a plutôt une fonction symbolique nourricière, elle nourrit et éduque sur le mode « je te transmets les valeurs patriarcales ».

    Donc, non ma vieille, je ne « manipule pas grossièrement », je connais simplement mes classiques.

    C’est tout !

    Bye.
    MDR.

  162. Marianne Says:

    Au passage, j’ai fait lire ton blogs aux universitaires féministes de gauche que je connaissais.

    Contrairement à toi j’ai pas que de la gueule (mais j’attends d’ailleurs toujours que tu fasses lire nos conversations à Delphy ou je sais plus qui… tu sais la copine de ta copine… ).

    Pour mes universitaires (dont les noms sont cités en tag à droite), tu es bien assimilée au féminisme de droite. Et au féminisme d’Etat hautement récupérable par une Boutin catho ou un Sarko raciste.

    Toi et les ni putes ni soumise, c’est kiff kiff. Heureuse ?

    Quant à me définir comme féministe queer et toi radicale, je suis MDR aussi.

    Tu t’es auto proclamée (j’insiste bien sur le mot) féministe radicale un beau jour comme ça… Avant même de savoir ce que ça pouvait bien définir comme fonction sociale.

    Juste le titre t’a plu, ça fait classe.

    Ton étiquette que t’as collé sur ton front c’est rien qu’un petit pin’s de coquetterie rock and roll.

    Tu portes évidemment pas de radicalisme en toi. Tu portes juste un petit féminisme populaire. De bon ton « je suis contre la prostitution et la porno ».

    Si on t’écoutait, le programme de TF1 serait radical.

    A ta place je me méfierais de tes assurances. Va que tu fréquentes aucune féministe théoricienne de près. Ni aucune féministe universitaire. Le jour où ça va être le cas, tu vas déguster.

    T’es tellement assurée de posséder le savoir. La grosse claque dans ta gueule que tu vas prendre. Y’a pas plus chiant qu’une fille qui a des prétentions, fait genre je sais tout et qui te sort des grosses conneries derrière d’un ton assurés. En mimant la femme savante qui a lu. C’est pi-to-yable !

  163. wildo Says:

    Marianne t’es tombé du haut de l’armoire je crois.
    Le patriarcat c’est l’autorité, la subordination, l’exploitation etc …
    Qu’a ton « niveau » tu en sois encore a imaginer une quelquonque notion de protection dans la patriarcat c’est à mourir de rire.
    On croirait le prêchi-prêcha d’une catho de droite.

  164. Marianne Says:

    es deux piliers du patriarcat ancien et moderne
    (Contribution à l’établissement de relations libres et équitables entre
    hommes et femmes en rapport avec le patriarcat, la phallocratie, la
    clitocratie, la lutte des genres, le capitalisme le consumérisme et la
    révolution sociale)(rien que ça ;)

    Le patriarcat, en tant que système de domination, s’est toujours appuyé sur
    les deux piliers complémentaires que sont les stratégies de pouvoir
    changeantes des hommes et des femmes.

    Le patriarcat dans l’histoire, c’est à l’origine la domination du père ou du
    grand-père réel sur une famille ou une tribu réelle, puis par extension la
    domination du père symbolique, l’état, l’institution sur une famille
    symbolique, la nation, le peuple, les administrés. Le pouvoir des
    institutions est patriarcal en ce sens qu’il relève non seulement de la
    force brutale ou PROTECTRICE mais aussi de valeurs éprouvées censées faire
    prospérer le groupe.

  165. Marianne Says:

    Dans le contrat patriarcale le père domine soit en échange de sa protection. Soit par la violence.

    C’est soit l’un soit l’autre. Soit les deux. C’est le contrat de base au patriarcat. La base de savoir féministe !!!!!

    Si le père (et le patriarcat ) n’offrait pas de protection à la femme, il ne pourrait pas perdurer.

    C’est justement ce qui fait sa force.

    MH et wildo, vous êtes pires que ce je croyais.

    Déjà, passe que Lory ait pu si longtemps sortir ses insanités islamophobes et racistes sur ce blog avec la complcité ouverte de MH (qui ne disait rien du tout) et sous l’oeil attendri de Wildo mais là, vos notions féministes..

    Waouw. Quelle misère les féministes de droite.

  166. Marianne Says:

    Vous foutez la gerbe.

  167. Marianne Says:

    « La fonction symbolique du père n’est pas de protéger Marianne, mais tu raffoles c’est vrai de ce genre de manipulation grossière. »
    Mauvaise Herbe.

    « Marianne t’es tombé du haut de l’armoire je crois.
    Le patriarcat c’est l’autorité, la subordination, l’exploitation etc …
    Qu’a ton “niveau” tu en sois encore a imaginer une quelquonque notion de protection dans la patriarcat c’est à mourir de rire. »

    Wildo

    ========

    Ca, je crois que je vais l’encadrer. D’ailleurs MH tu devrais le mettre en gros sur ton blog !!!

    Après tout t’assumes ce que tu dis et même t’y crois !

    Fais-moi ce petit plaisir. Encadre-le sur ton blog en gras. Que tout le monde sache en deux phrases à qui on a affaire quand on vient ici….

    J’aurais bien ajouté quelques propos de Wido dans l’encadré (du genre « si Lory est raciste alors je le suis aussi ») mais bon faut pas abuser des bonnes choses.

  168. wildo Says:

    mdr …

    tu t’enfonces grave

    La protection dans le meilleur des cas est enduite de chantages tels que le terme en lui-même est usurpé depuis longtemps.

    Libre échange et puis quoi encore ? je rêve …

    La réalité des structures de groupes patriarcal c’est encore et toujours : coordonner structurer et dominer un groupe large par un groupe plus réduit. Pour survivre tu dois adhérer a un de ces groupe. Point. On est aux antipodes d’une sensation qq de protection réelle dans notre societé capitaliste patri-machin.


  169. Pauvre Marianne…

    Cette surestimation pathologique du moi dans laquelle tu te vautres sans aucune retenue, entraine inévitablement ces erreurs de jugement grossières et prétentieuses.

    Tu devrais toi aussi relire tes classiques, tu n’as jamais entendu parler de maternaliste? Pourtant c’est un concept fort utilisé par les théoriciennes de ton féminisme (ex Marcela Iacub) et justement c’est à dessein que j’opposais les deux (paternaliste et maternaliste)disons que j’utilisais un vocabulaire plus adapté à ta démarche politique lol.

    Et puis sache que la fonction maternante dans un contexte psy est opposé à la fonction paternante pour son rôle de protection etc mais bref.

    Cela étant dit tu as encore trouvé le moyen d’éviter de me répondre sur l’essentiel.

    Restons en là.


  170. « Dworkin a comme qui dirait des des soucis avec les universitaires. »

    Delphy aussi d’ailleurs mais comme d’hab tu n’as aucun accès aux nuances Marianne. Essaie de te montrer plus scrupuleuse quand tu tentes de caricaturer la parole de l’autre, recontextualise!

    Au fait, ta diabolisation de Dworkin elle correspond à quel courant d’après toi?

    Dworkin à été considérée comme la plus courageuse des théoriciennes féministes par ses paires. Tu l’ignorais bien sûr?


  171. … Théoricienne féministe radicale (s’entend)


  172. « Le patriarcat a pour fonction symbolique principale de protéger la femme. Il la met sous sa domination sous prétexte justement de protection »

    Ah et puis merci pour la définition du petit robert lol


  173. « sous prétexte justement de protection »

    Les nuances Marianne… LES NUANCES!


  174. Encore un truc, un enfant de dix ans est capable de te dire ce qu’est le paternaliste alors ta façon de me montrer du doigt en te trémoussant sur le sujet montre bien tes limites. Je t’ai dit déjà, ta surestimation pathologique entraine constamment chez toi cette sous estimation de l’autre. Enorme erreur politique Marianne.

  175. wildo Says:

    Pire encore, je crois pour ma part que Marianne est dans un roleplay dont elle ne maîtrise plus grand chose.
    Elle n’est pas plus féministe qu’universitaire. C’est une simple joueuse et surtout une anti-féministe notoire.


  176. Dommage Marianne que tu te montres une fois encore incapable d’aborder le moindre débat autrement qu’avec une extrême agressivité. Tu interviens toujours sur le même mode, prête à en découdre avec tes contradicteurs…Quel type de féminisme selon toi justifie cet acharnement contre d’autre femmes?

    Tu considères sans doute que ton propos qui se prétend féministe, exonère tes attitudes de leur autoritarisme paternaliste? N’associes pas à ton comportement une seule féministe Marianne, pas une seule (même celles susceptibles de partager certains de tes points de vue) ne cautionnerait la manière. Il y a des façons bien plus constructives que le couteau entre les dents de débattre, et surtout entre féministes.

    En bref, ton attitude est purement anti-féministe donc ton propos ne présente pour moi aucun intérêt.

  177. wildo Says:

    Politiquement anti-feministe
    et humainement complètement anti-femme … Marianne ne distille que sa haine des femmes … son racisme, son sexisme.

    Et là ça fait pas un pli.


  178. (N’associe sans s)

  179. Marianne Says:

    C’est toujours très amusant de vous lire.

    La raciste wildo qui crie au racisme ( ma pauvre t’as aucun scrupule politique ou plutôt conscience politique) et MH la paternaliste qui me renvoie ce qu’elle porte. Ce qu’elle assume pas d’elle et de son féminisme paternaliste au possible.

    Je viens sur ce blog, y’a 8 mois , je m’aperçois qu’on traite Lory avec sympathie sans jamais relever quoi que ce soit de ses propos racistes et islamophobes. On la même mis en lien blogroll !!! Une copine quoi…

    Et ça se dit féministe radicale !

    Je le signifie. Je m’engueule avec Lory sur ses propos infâmes.

    Je dis à Mauvaise herbe que sa complicitié silencieuse qui dure depuis des mois et des mois (jamais MH n’a envisagé jusque alors de contredire Lory sur le fond) est vraiment plus que limite… Que quelque part, elle cautionne donc…

    Et là qu’est-ce qu’on me répond ? Ecoutez bien l’inversion, ça vaut le détour :

    Mauvaise herbe : « c’est que tu dois être toi même raciste pour être si obsédé par le racisme des autres. » Dixit. Voilà tout ce qu’on me répond.

    Quant à Wildo alors elle, elle ne voit carrément pas le racisme de Lory, c’est encore mieux !!

    Par contre, notez : le mien, elle le voit sans problème. Imaginez le délire de cette fille !!!

    Il est clair que ces deux femmes ont des problèmes mentaux.

    Je remarque aujourd’hui que MH, la plus manipulatrice des deux a décidé de ne plus cautionner Lory.

    Maintenant elle la jette. La pauvre Lory, elle doit halluciner de ce retournement de veste !

    Elle qui pataugeait comme un canard dans sa marre sur ce blog depuis des mois et des mois. Quel retournement. Lory c’est pas dur de subir ce revirement brutal ? Tu en penses quoi ? Tu dois être dég, tu dois pas comprendre au fond.

    Si tu peux comprendre en chose. MH essaye de se donner un crédit féministe et politique qu’elle n’a pas. Elle n’a aucun fondement, elle suit le mouvement.

    Si le mouvement (la majorité) lui indique que tu es raciste, alors tu le seras.

    Si le mouvement est silencieux alors elle le sera.
    Belle intégrité politique. Ca augure…


  180. T’as raison marianne comme d’habitude amplifie, déforme, manipule…

    N’empêche ta hargne permanente, ta façon de chasser chez les autres tes propres démons révèle davantage sur toi que sur ceux que tu accuses et cela quoi que tu en dises. Règle tes comptes avec toi même Marianne ça te permettra d’aborder les contradictions avec plus de sérénité.

    Effectivement je n’ai jamais accepté malgré tes demandes insistantes de bannir Lory, ce n’est pas dans mes façons de procéder a priori. Pour autant je n’ai jamais cautionné une seule de ses interventions racistes, pas plus que certaines des tiennes lesbophobes ou anti-féministes. Ici je suis équitable. Bref, en revanche si tu ne changes pas très vite de mode opératoire Marianne, il est fort probable que je te renvoie en modération. Encore une fois tu exprimes ce que tu veux mais va mener tes guerres intimes devant ton miroir. Ton agressivité gratuite est intolérable.

  181. Marianne Says:

    wildo a dit :
    septembre 23, 2008 à 12:11
    Pire encore, je crois pour ma part que Marianne est dans un roleplay dont elle ne maîtrise plus grand chose.
    Elle n’est pas plus féministe qu’universitaire. C’est une simple joueuse et surtout une anti-féministe notoire.

    =====

    Ben, MH t’a pas passé mon mémoire universitaire ?

    Trop marrant. Pourtant je lui ai filé les 30 pages que tu rêvais de lire. Pour mémoire si je me souviens bien tu m’accusais bien de mythomanie avec MH.

    Selon vous je n’étais pas féministe, je n’avais aucun parcours universitaire féministe et j’étais (puisque j’avais maltraité Lory) totalement raciste.

    Ca vraiment… Ca indique trop qui vous êtes au fond. Deux pauvres connasses.

    Bref, ce que vous avez tenté de faire avec moi ça s’appelle de la diffamation. J’ai filé mon premier travail d’universitaire à MH, écrit quand j’avais 22 ans au tout début de mes études féministes. Elle a du le lire. Elle sait même qui était mon directeur de recherche, c’était indiqué sur le papier.

    Donc tes conneries sur le patriarcat , vraiment tu fais pitié. Tu sors aberration sur aberration. Et pas que sur le patriarcat. Le non racisme de LOry, ça indique vraiment.

    Va sur n’importe quel forum féministe et demande en quoi le père au sein du patriarcate a pour foction symbolique de protéger.

    C’EST DANS LE CONTRAT PATRIARCALE.

    MH VAS-Y AUSSI PUISQUE TU PRÉTENDS QUE NON.

    LE PÈRE N’AURAIT SELON TOI PAS DE FONCTION SYMBOLIQUE DE PROTECTION AU SEIN DU PATRIARCAT.

    FAUT QUE JE TE RESSORTE TA PHRASE ?

    mauvaiseherbe a dit :
    septembre 23, 2008 à 12:42
    Et bien…

    “marternaliste (?)” ou maternant serait il me semble plus approprié non?
    La fonction symbolique du père n’est pas de protéger Marianne, mais tu raffoles c’est vrai de ce genre de manipulation grossière.


  182. « MH essaye de se donner un crédit féministe et politique qu’elle n’a pas »

    Pour quoi faire?

    Ne projette pas sur moi ton besoin obsessionnel de reconnaissance Marianne… ça c’est ton histoire pas la mienne (d’où d’ailleurs ton insistance pour que je convoque Delphy)

  183. Marianne Says:

    MH JE N’AI JAMAIS DEMANDÉ QUE TU BANNISSES LORY, JE M’EN TAPE GRAVE, C’EST TON BLOG. J’AI DIT QUE SES PROPOS ÉTAIET POTENTIELLEMENT CONDAMNABLE PAR LA LOI. CAR ON A DES LOIS EN FRANCE POUR PROTÉGER LES INDIVIDUS DU RACISME ET DE LA HAINE DISCRIMINATOIRE. OU INCITATION À .

    CE QUE JE T’AI REPROCHÉ MH EST BIEN PLUS PRÉCIS : TU N’AS JAMAIS CONDAMNÉ (COMME TU LE FAIS MAINTENANT QUASI SYSTÉMATIQUEMENT), LES PROPOS DE LORY JUSQU’À MON INTERVENTION.

    CE QUE JE T’AI REPROCHÉ EST TRÈS CLAIR : COMPLICITÉ OUVERTE.


  184. « LE PÈRE N’AURAIT SELON TOI PAS DE FONCTION SYMBOLIQUE DE PROTECTION AU SEIN DU PATRIARCAT. »

    Pfff faut que je t’apprenne à lire aussi?

    Quant à l’extrait de ton mémoire, un peu d’humilité marianne… Il ne s’agit pas non plus d’un travail de recherche universitaire mais d’un simple compte rendu du travail de certainEs théoriciennes sur le sujet (notamment Ginette Vincendeau, précurseure sur le sujet)


  185. « CE QUE JE T’AI REPROCHÉ EST TRÈS CLAIR : COMPLICITÉ OUVERTE. »

    Allons-y tout en nuance comme toujours.

    Tu oublies un truc, avant tes interventions celles de lory etaient plutôt rares (je t’invite à vérifier dans les archives justement) et ne traitaient absolument pas de ces sujets.

    Maintenant, j’ai toujours répondu à ces interventions de lory par le choix des publications sur ce blog , bref, tu es bornée et caricaturale comme d’hab.

  186. wildo Says:

    Marianne qui t’a dit que je ne voyais pas le racisme de Lory ? Je ne vois pas que son racisme, nuance … et j’ai une forme de tolérance qui te fait cruellement défaut … c’est ça qui te mine et qui te renvoie a tes propres intolérances, rejets, mépris, dégout et j’en passe …

    C’est marrant tu voudrais toujours que l’autre prenne ta place, tu voudrais échanger ta place en permanence :

    Avec MHerbe échanger ton côté sombre contre son côté qui sait assumer la rigeur, voir une certaine pureté dans l’action.
    Avec moi échanger ton mépris et ton racisme en échange d’une tolérance que tu ne sais même pas épeler …

    ça n’est que ça …
    pour le reste si la condition de femme te fait a ce point souffrir, fait appel à la science et fous nous la paix.

  187. Marianne Says:

    mauvaiseherbe a dit :
    septembre 23, 2008 à 3:36
    “MH essaye de se donner un crédit féministe et politique qu’elle n’a pas”

    Pour quoi faire?

    Ne projette pas sur moi ton besoin obsessionnel de reconnaissance Marianne… ça c’est ton histoire pas la mienne (d’où d’ailleurs ton insistance pour que je convoque Delphy)
    =======

    Mon insistance pour convoquer Delphy ? C’est toi qui l’a proposé ! Grande gueule que tu es. Delphy qui n’est toujours pas venue lire le débat sur le porno d’ailleurs.

    T’étais tellement sur que je ne pouvais pas être féministe… J’attends toujours Delphy, c’est tout. Que de la gueule.

    C’est facile de dire aux autres sur son petit blog : t’es pas féministe t’es masculinite, t’es pas universitaire, t’es raciste. Encore faut-il le prouver ma grosse. Moi je demande des preuves. Je laisse pas passer des choses comme ça sans que quelqu’un d’à peu près crédible sur le sujet vienne confirmer. Niveau crédit, soyons honnête, t’es zéro. Donc j’attends Delphy pour départager le débat.

    Elle doit venir quand ? Tu l’as contacté je suppose depuis le temps que tu as la prétention de le faire ?

    Si non, j’en déduis que vraiment t’es pas crédible. Alors tes petits propos de merdeuse qui s’auto assigne féministe radicale. MDR.

  188. Marianne Says:

    mauvaiseherbe a dit :
    septembre 23, 2008 à 3:42
    “LE PÈRE N’AURAIT SELON TOI PAS DE FONCTION SYMBOLIQUE DE PROTECTION AU SEIN DU PATRIARCAT.”

    Pfff faut que je t’apprenne à lire aussi?

    Quant à l’extrait de ton mémoire, un peu d’humilité marianne… Il ne s’agit pas non plus d’un travail de recherche universitaire mais d’un simple compte rendu du travail de certainEs théoriciennes sur le sujet (notamment Ginette Vincendeau, précurseure sur le sujet)

    ========

    Ben tu vas expliquer ça à Noel Burch immédiatement. Je te file son numéro de téléphone illico par mail et tu vas lui raconter en quoi mon mémoire de recherche n’est qu’un petit travail récapitulatif.

    Ginette Vincendeau avait écrit un article de dix pages à l’époque de mon début de travail. Le principe à l’université , c’est de travailler sur le travail des autres pour enrichir la recherche.

    C’est exactement ce que j’ai fait et ce que tu n’as jamais fait de ta vie mais que tu te permets de juger sans rien connaître du tout des fonctionnements.

    T’es pas féministe, t’es une imposture.

  189. Marianne Says:

    Et vraisemblablement tu ne connais rien aux travaux féministes ni aux fonctionnements qui s’y rattachent. En fait dans ton genre t’es pire que Wildo. Aussi médiocre je veux dire.


  190. Bon, tu t’enfonces Marianne.

    Contrairement à toi je n’ai pas besoin de diaboliser ‘l’intention » de mon interlocutrice pour empêcher tout débat. Et prouver quoi pour ce qui te concerne? A qui tu empruntes les arguments que tu utilises contre certaines féministes publiées sur ce blog? Encore une fois tu sais très bien ce que tu fais Marianne, je ne te sous estime pas, maintenant le but ultime de tes manoeuvres est sans doute très personnel et ne concerne que toi.

  191. wildo Says:

    T’as fait une exposé sur Ginette Vincendeau ?
    mdr!!


  192. « En fait dans ton genre t’es pire que Wildo. Aussi médiocre je veux dire. »

    j’ai pas peur de la médiocrité, ça va je m’en sors.

    Décidément tes rivalités, compétitions perpétuelles… Ton besoin de démontrer tes supériorités multiples… Ton féminisme n’a pas réglé grand chose on dirait


  193. « Ginette Vincendeau avait écrit un article de dix pages à l’époque de mon début de travail. »

    Ok, elle s’est probablement inspiré ensuite de ton travail comme Burch et Sellier je suppose?

  194. Marianne Says:

    wildo a dit :
    septembre 23, 2008 à 3:47
    Marianne qui t’a dit que je ne voyais pas le racisme de Lory ? Je ne vois pas que son racisme, nuance … et j’ai une forme de tolérance qui te fait cruellement défaut … c’est ça qui te mine et qui te renvoie a tes propres intolérances, rejets, mépris, dégout et j’en passe …

    ===

    Ben super ta tolérance ! Donc tu tolères les racistes ok. Moi pas. Zéro tolérance zéro.

    Tu comprends j’ai pas besoin de discuter avec Lory pour comprendre ce qui la pousse, ce qui la porte. J’en suis pas au stade découverte de sa pensée de merde. Ca fait un bail que ce travail est fait. Et mon radicalisme n’admet aucune tolérance.

    Ca s’appelle l’engagement politique Wildo. Je sais ça te fait défaut, tu vois pas ce que c’est.

    Simple : quand t’as compris qui t’avais en face, tu te positionnes. Pour ou contre. Et à partir de là, y’ a pas de discussion possible. Plus besoin. C’est ça l’engagement politique.

  195. wildo Says:

    « Simple : quand t’as compris qui t’avais en face, tu te positionnes. Pour ou contre. Et à partir de là, y’ a pas de discussion possible. Plus besoin. C’est ça l’engagement politique. »

    Oui ça c’est ce que je nommerai une forme de politique préhistorique. Celle des 200 dernières années ! Je vois très bien de quoi tu veux parler mais figure toi que j’ai décidée depuis les dernières élections de procéder autrement. Les discussions impossibles ça ne m’intérésse pas – pas plus que d’avoir raison à tout prix. Si je conçois qu’il y a des trucs sur lesquels on ne transige pas pour autant tant que j’ai un cerveau je veux pouvoir justement discuter … tu vois ce que je veux dire. Leila hier avait mis le doigt dessus. La politique de la terre brûlée c’est juste chiant. C’est ce que font les 3/4 des blogs, une guerre perpétuelle, aride, sèche, de la branlette en somme. J’ai pas envie de me branler avec toi. Tu piges ?


  196. « C’est ça l’engagement politique. »

    Il y a plusieurs formes d’engagement, celui que tu décris ne se vit que dans l’affrontement, pas certaine que tu te fasses toujours entendre dans cette configuration. Cela étant dit je respecte tout à fait ce choix politique. Mais pas convaincue qu’il soit toujours suffisant

  197. wildo Says:

    T’es pas engagée politiquement, t’es juste fracassée, une sorte de mini-me totalitariste du web qui se la pête …
    Pas de quoi fouetter un chat.

    juste du cirque …

  198. Marianne Says:

    mauvaiseherbe a dit :
    septembre 23, 2008 à 4:04
    “Ginette Vincendeau avait écrit un article de dix pages à l’époque de mon début de travail.”

    Ok, elle s’est probablement inspiré ensuite de ton travail comme Burch et Sellier je suppose?

    =====
    Tu serais pas jalouse à mort ?

    Finalement quand on y réfléchit tu t’es plantée radicalement avec moi. Tu croyais que je mitonnais et paf dans ta gueule de découvrir que non. J’ai bien exactement ce parcours universitaire féministe que tu n’as pas et que tu n’auras jamais.

    Donc à priori, ça induit qu’il se pourrait que je sois féministe primo et pas masculiniste comme bêtement tu as essayé de le faire croire ici.

    Secundo, je fréquente encore mes anciens profs qui eux sont des féministes radicaux notoires et connus pour leur intégrité totale (enfin ça pour le savoir faudrait déjà que tu fréquentes le milieu féministe ce qui n’est pas le cas) et de fait pose toi les bonnes questions : pourquoi mes profs me frésuentent toujours ?

    QCM

    1. Parceque je suis masculiniste
    2. Parcque je suis raciste
    3. Parceque je suis féministe et qu’on a uen très bonne entente politique

    A toi de choisir…

    A partir de là, si ces gens féministes de l’ultra gauche me fréquentent (alors que tu croyais que je mitonnais grave, impossible selon toi), c’est donc que tu t’es vraiment trompée sur toute la ligne. Tu t’es vautrée grave. Alors là, imaginons le pire : il se peut que je puisse aussi avoir raison sur le plan politique et féministe en ce qui te concerne…

    Oui, MH il se peut que mes propos sur toi soient fondés et cohérents. Et c’est là que j’aimerais beaucoup que tu ramènes Delphy pour qu’on puisse en discuter. Tu me disais que tu connaissais une amie qui. J’attends.

    A moins que la mitonneuse ça ne soit toi ? Ce qui ne m’étonnerait pas. Vraiment pas.


  199. Bon je te laisse à tes démonstrations… à tes poses. Fais toi plaisir Marianne, manifestement tu souffres terriblement d’un manque de reconnaissance, je compatis.

  200. wildo Says:

    Ta politique de warrior pose toi seulement la question de savoir d’ou elle vient … encore une fois c’est juste le pendant de tout le vieux système. Débranche toi un peu, essaye autre chose.

  201. Marianne Says:

    mauvaiseherbe a dit :
    septembre 23, 2008 à 4:16
    “C’est ça l’engagement politique.”

    Il y a plusieurs formes d’engagement, celui que tu décris ne se vit que dans l’affrontement, pas certaine que tu te fasses toujours entendre dans cette configuration. Cela étant dit je respecte tout à fait ce choix politique. Mais pas convaincue qu’il soit toujours suffisant

    ==========

    Venant d’une féministe qui a des prétentions radicales, je suis pétée de rire de lire ça.

    Tu veux dire donc me dire que ton radicalisme ne se vit pas dans l’affrontement ?

    Ton radicalisme cherche à se faire entendre ? A obtenir l’adhésion en fait ???

    Mais quel est donc ce radicalisme qui n’en est pas un ?

    T’as qu’un besoin : par essence besoin des autres pour t’affirmer… Ca m’étonne pas…. T’es pas radicale de fait. T’es une soumise.

    Qui a besoin du regard des autres pour assumer ses positions politiques. Voilà pourquoi t’as retourné ta veste avec Lory quand t’as senti que tu pouvais être mise à mal, être pris en flagrant délit de racisme protecteur. Tu as retourné ta veste quand t’as senti que le groupe pourrait te regarder avec cet oeil là.
    Le regard des autres sur toi, c’est ça qui prime. Pas du tout ta politique ni ton féminisme.

    Tu m’avais dit une fois que tous les gens qui lisaient ce blog étaient contre moi et te défendaient et que c’était la preuve que j’avais vraiment tord.
    Je t’avais dit que j’en avais jamais eu rien à foutre des gens. Et qu’on me dise j’ai tord ou raison. Je suis construite je sais en quoi j’ai raison. Je n’ai pas besoin de l’assentiment d’un groupe.

    T’as rien compris à l’essence radicale. RiEN NADA, t’es un fake.

    Même la conne de Lory est plus radicale que toi. Sauf qu’elle l’est dans son racisme. Dommage pour elle d’avoir choisi un combat aussi médiocre et petit.

    Bye pauvre cruche de MH. Remets bien ton pin’s de punk féministe radicale à deux balles. Y’a que les connes que tu vas gruger à ce jeu là.

  202. Marianne Says:

    mauvaiseherbe a dit :
    septembre 23, 2008 à 4:23
    Bon je te laisse à tes démonstrations… à tes poses. Fais toi plaisir Marianne, manifestement tu souffres terriblement d’un manque de reconnaissance, je compatis.
    ======

    MDR, c’est drôle comme tu te goures systématiquement. Tu n’imagines pas à ce stade à quel point. Je crois que l a reconnaissance des autres c’est toi qui la cherche absolument. C’est ta quête; pas la mienne. Tu projettes.
    Il se trouve que sur le plan féministe je n’ai pas besoin de reconnaissance. Contrairement à toi.


  203. « …Mais pas convaincue qu’il soit toujours suffisant »

    Tu es encore victime de tes lectures parcellaires… En fait tu considères que les féministes radicales abordent entre elles tout débats contradictoires dans l’affrontement?

    Etrange ici aussi ton incapacité à concevoir le dialogue autrement que comme une disposition à se corrompre…


  204. « Il se trouve que sur le plan féministe je n’ai pas besoin de reconnaissance. Contrairement à toi. »

    Si tu le dis…


  205. « Tu m’avais dit une fois que tous les gens qui lisaient ce blog étaient contre moi et te défendaient et que c’était la preuve que j’avais vraiment tord. »

    Ce n’est pas exactement ce que je t’ai dit, mais qu’effectivement si nombre de féministes lisant ce blog avait tant de mal à comprendre ta démarche politique, qu’en était-il pour les moins convaincus etc Je t’ai surtout parlé de ta responsabilité politique et de l’absence de tes précautions contre une possible récupération masculiniste. En bref.


  206. Et puis tu peux systématiquement renvoyé sur moi ce que je te renvoie de toi même, c’est structurel chez toi. Rien de surprenant.

  207. Lorycalque Says:

    Bonjour à Wildo au passage, qui est une des femmes dans la mouvance féministe que j’estime le plus parmi celles que j’ai pu croiser sur le web pour sa cohérence, son honnêteté et sa rigueur intellectuelle.

    Du temps de l’Archipel Rouge, que je ne connaissais pas, tu as « d’abord » publié un de mes textes sans m’en parler et tu es venue m’en demander l’autorisation ensuite, Je n’avais pas trop apprécié l’ordre de ta démarche, mais je ne suis pas bégueule, d’autant me disais-je que les féministes n’étant pas nombreuses, mieux vaut se serrer les coudes et passer sur les pécadilles. Mais ce qui aurait pu devenir des relations amicales n’a pas eu lieu, ta tendance à tout de même passablement victimiser les femmes pour mieux les utiliser me gonfle, et ce n’est pas pour rien que je t’ai dit que tu me faisais parfois penser à une Dame patronesse, effectivement maternaliste, tu n’as pas trop l’air d’avoir digéré ton origine catholique, il t’en reste des relents aussi certains que les relents coraniques sortis ici d’autres bouches.

    L’usage du double langage est usuel, celui de Leila est classique. Cette fille à laquelle je n’ai jamais adressé la parole sort de son trou pour m’insulter, et je vois mal comment dialoguer avec ce genre de personne. Elle utilise une rhétorique bien connue dans les milieux islamo-gauchistes, si on n’est pas d’accord avec eux on est raciste. Elle mélange d’ailleurs allègrement en amalgamant islam et arabe, là où je vis la plupart des voilées sont bien blanches et bien européennes, bosniaques, kossovares ou albanaises.

    « Marianne » (c’est d’ailleurs la dernière fois que je lui attribue le nom de la République qu’elle usurpe et je refuse de le lui reconnaitre), M. donc, c’est bien pire. C’est une militante islamiste, et de son paradoxe coranique je n’en ai rien à battre. L' »ouverture » faite aux femmes dans le coran, c’était peut-etre une avancée au 7ème siècle ap. J.C., le christianisme aussi d’ailleurs c’en était une, en théorie le statut des femmes par rapport à celui qu’elle avaient dans le monde gréco-romain était meilleur, d’ailleurs les femmes ont largement participé à son avènement, du reste c’est une religion pleine de saintes, mais c’est pareil, j’en ai rien à battre non plus.

    « Bien sûr toutes mes psychanalyses sont dédiées à Lory qui devrait à mon avis affronter son profond désir sexuel pour le garçon arabe.Qui à mon avis la fera jouir comme personne et je n’en doute pas : pour la première fois de sa vie.

    Je serai pas étonnée qu’en remontant dans son arbre généalogique on tombe sur un truc pas clair… »

    En remontant dans mon arbre généalogique, puisqu’il semblerait qu’on doive ici sortir son ascendance, côté paternel j’ai immanquablement des aïeux protestants, et côté maternel, l’amant de mon arrière grand-mère était juif et comme chacun sait 20% des enfants n’ont pas le père qu’ils croient, je n’ai pas été farfouiller dans mon ADN mais enfin je ne serais pas étonnée que l’amant ait été mon arrière-grand-père, tout ça pour dire que ma famille n’a pas eu trop de mal à devenir laïque et à se débarrasser d’un catholicisme momentané. Donc enfin sortant d’un environnement athée et socialiste ou communiste, anticolonialiste et contre la guerre d’Algérie, le prétendu « féminisme de colon raciste » qu’on m’attribue me fait tout de même sourire intérieurement de façon assez ironique, et je reconnais éprouver un certain mépris pour celles qui me l’attribuent. Particulièrement pour les « psychanalyses » de M.la mariole. Psycnanalyses particulièrement racistes, parce que supposer une quelconque supériorité dans la puissance sexuelle à une race comme elle le fait, outre à être masculiniste c’est profondément raciste.

    Je vais beaucoup la décevoir, pour la sensualité ceux qui me font flasher le plus ce sont les juifs athées; je dois avoir les mêmes goûts que mon arrière-grand-mère. ça va lui permettre de continuer à déverser sa bile verdâtre sur ce blog tout au long de la logorrhée des vomissures que sont ses posts.

    Trêve de plaisanterie, ton cirque a pour moi assez duré Mauvaise Herbe, je ne doute pas un instant que M. la mariole ait espéré mon bannissement et te l’ai demandé entre les lignes à plusieurs reprises, de même que l’intervention de Leila a pour but principale de m’éloigner de ce blog en me classant dans le groupe de « ces gens-là », c’est à dire tout ce qui n’est pas philo-musulman et donc selon elle raciste et colonialiste (la simplicité du raisonnement de ce genre de fille m’épatera toujours), mais là c’est moi qui te demande pour la seconde fois DE RETIRER mon blog de ta blogroll, c’est moi qui ne veut pas me trouver là où les péroraisons des militantes islamistes antiféministes, on appelle ça des « féministes musulmanes » je crois, comme l’est M. la mariole, ont droit de cité.

  208. Lorycalque Says:

    « Du temps de l’Archipel Rouge,… » La c’est à Mauvaise Herbe que je m’adresse évidemment, ce post étant écrit à son attention puisqu’elle est la tenancière de ce blog.

  209. wildo Says:

    « Lorycalque a dit :
    septembre 24, 2008 à 12:18

    Bonjour à Wildo au passage, qui est une des femmes dans la mouvance féministe que j’estime le plus parmi celles que j’ai pu croiser sur le web pour sa cohérence, son honnêteté et sa rigueur intellectuelle. »

    Salutations acceptées.

    Oui l’esprit de L’Archipel Rouge était ouvert et tolérant …
    C’est bien cela qu’il faut cultiver coûte que coûte, malgré les différents !
    Je suis tout à fait d’accord avec ça … Et c’est un truc pas facile à faire, mais à la longue c’est ce qui donne le plus de blé a moudre pour l’esprit.

    Ouverte et tolérante ne veut pas dire être passive ou adhérer de facto a une idéologie contraire à la sienne mais créer dans l’échange l’espace de la discussion possible.

    Connaissant MauvaiseHerbe de façon moins parcellaires que certaines personnes ici, je peux affirmer qu’elle essaye le plus possible d’être équitable dans la gestion de cette tolérance.


  210. Et bien pas tellement surprise de constater que dans votre façon de procéder, vous avez Lory et Marianne une évidente proximité.

    A l’occasion j’aurais aimé que tu développes Lory ce concept de féminisme maternaliste ou victimiste c’est bien ça (tu vois en cherchant bien tu vas réussir à t’entendre avec Iacub) ? Et surtout, je suis sincèrement intéressée par une explication concernant ce verbe glissé pour rendre la morsure plus sûre « utiliser »??? Dans les accusations de Marianne, ce qu’elle désignait comme mon féminisme paternaliste, concernait pour l’essentiel ma position abolitionniste vis à vis de la prostitution, de ton côté Lory j’imagine que je dois relier les tiennes à ma position contre la loi sur le voile (pour l’essentiel) ?

    Bon, je vais tacher d’être concise. Je ne reviendrai pas sur le préambule de ton intervention où tu évoques ma publication sur l’archipel rouge d’un texte de ta production sans ton accord préalable, j’ai toujours trouvé particulièrement ridicule et hypocrite cet espèce de protocole du préavis, et d’ailleurs à l’époque de l’archipel ou je publiais près de 5 textes/jour, des textes ramassés au hasard de mes lectures sur le net, la plupart des auteurEs concernés se réjouissaient plutôt d’étendre ainsi leur potentiel de lecteurs. Donc effectivement je me suis peu préoccupée des revendications de principe de certains « propriétaires » (et d’ailleurs une demande suffisait pour que je retire le texte dans la minute, chose étrangement qui a rebuté les rares demandes reçues).

    Pour venir à l’essentiel, nous avons été rapidement en désaccord Lory, je crois que l’une de nos premières discussions concernait C Fourest (sur ton blog)
    Ceci étant j’ai toujours il me semble gardé un ton cordial avec toi, et par la suite je me suis montré intéressée par certaines de tes publications concernant une approche anthropologique du mythe patriarcal etc (dans le prolongement du travail de F Héritier). Ensuite, tes interventions sur ce blog se sont montrées de plus en plus monomaniaques, dans le mépris des sujets abordés par les textes publiés, tu es revenue constamment à la charge sur la question du voile ou de l’islam en général. Sur ton blog tu n’as jamais manqué de désigner tous ces blogs de gauche sur lesquels tes positions en faveur de la loi sur le foulard te valaient d’être désignée à la vindicte publique, sans doute une des raisons qui a motivé mon refus de participer sur ce blog, à un lynchage publique. Je refuserai toujours par principe d’hurler avec les loups. Pour autant, tu n’as pas un seul instant tenu compte (bien que connaissant mes opinions sur le sujet) de ma position délicate par rapport à toi. Tu as utilisé mon refus de rejoindre ce « tous contre un » pour continuer de répandre ce qu’il n’est pas abusif de désigner comme ton racisme culturel.

    Bref, toi et Marianne représentez à mes yeux ce qu’on fait de pire en terme d’immoralité politique. Vous assumez l’une et l’autre un mépris évident pour la parole de l’autre et n’hésitez pas à utiliser en sus les moyens les plus détournés pour arriver à vos fins. Marianne étant de loin je le reconnais, bien plus experte que toi à ce jeu là.

  211. wildo Says:

    « Tu as utilisé mon refus de rejoindre ce “tous contre un” pour continuer de répandre ce qu’il n’est pas abusif de désigner comme ton racisme culturel. »

    là je suis d’accord …


  212. Et puis je tiens aussi à préciser que quand la police de la pensée m’est dictée par une Marianne peu scrupuleuse vis à vis de ses propres attaques clairement lesbophobes (contre Dworkin par ex mais pas seulement) et qui en sus n’hésite pas à reprendre contre certaines féministes les poncifs de la propagande la plus masculiniste qui soit:
    Le puritanisme des unes, le moralisme catho des autres, la misandrie des lesbiennes ou des mal baisées et j’en passe. Il est hors de question que j’accepte de subordonner la misogynie et lesbophobie (qui elle reste tout à fait à l’abri de cette police de la pensée, donc plus facile de se répandre sans attirer sur soi les foudres) des unes au racisme des autres. Si je n’ai pas censuré Lory, je n’ai pas censuré non plus Marianne.

  213. Romane Says:

    « Vous assumez l’une et l’autre un mépris évident pour la parole de l’autre »
    C’est tellement vrai ! C’en est même rebutant.
    Je ne comprends pas ce réflexe d’être dans l’insulte et du va-te-faire-foutre systématiques.
    Et j’en passe.

  214. wildo Says:

    « Romane a dit :
    septembre 24, 2008 à 5:45

    “Vous assumez l’une et l’autre un mépris évident pour la parole de l’autre”
    C’est tellement vrai ! C’en est même rebutant.
    Je ne comprends pas ce réflexe d’être dans l’insulte et du va-te-faire-foutre systématiques.
    Et j’en passe. »

    C’est un grand classique du web : les personnes se sentent ici protégées. Elles sont derrière un écran, elles ne craignent rien … elles peuvent donc laisser aller …
    Moi j’ai rencontré marianne en chair et en os … une file tirée à 4 épingles, bien propre sur elle, le manteau bien boutonné jusqu’en haut, avec son petit parapluie etc
    A chaque fois que je lis la pourriture verbeuse qu’elle a renversée ici j’en suis siderée …

    comme quoi …

  215. wildo Says:

    Ce que je veux dire par là c’est que rien dans son attitude globale ne me laissait présager d’une telle capacité de fureur …

    Une gentille fille au parapluie vert – c’est un peu comme le petit chaperon rouge … qui s’en méfierait ?

    Mon instinct me recommanda la prudence. Je ne regrette pas d’avoir refusée la collaboration qu’elle me proposait alors.

  216. Romane Says:

    @ wildo

    ben oui, j’ai bien remarqué que les gens se lâchent sur le web et pas dans le bon sens du terme…
    Mais bon, je suis parfois effarée de cette attitude que je trouve gerbante. A croire que les gens, en général, n’aspirent qu’à se foutre sur la gueule.

    Quant à Marianne, eh bien, il est clair que les propos qu’elle tient ici ne laissent pas imaginer une nana disons… « propre » sur elle. Et pourtant, elle est capable de modération.
    Les débats ou les échanges pourraient être passionnés or ils ne sont que virulents, insultants, violents. C’est pas ma tasse de thé.

    « C’est un grand classique du web : les personnes se sentent ici protégées. Elles sont derrière un écran, elles ne craignent rien … »
    Je trouve que cela relève de la lâcheté et de la veulerie. A gerber, donc.

  217. macdougal Says:

    S’il n’y avait que la fureur…
    Certaines fureurs peuvent donner des choses intéressantes, sont des moteurs extraordinaires.
    De plus dans ce que j’ai pu lire de marianne sur ce blog , pas de féminisme chez elle, ni dans le fond, ni dans la forme (qu’elles ait fait des études, mémoires sur le féminisme… études banales aujourd’hui). D’autres noeuds sont à résoudre .

  218. wildo Says:

    Eh non Marianne …
    C’est moi qui te l’ai écrit par mail, je peux le ressortir.
    Avant cela rien de ta part m’indiquait un quelquonque désistement.

    Désolée pour toi.


  219. Bon Marianne si tu veux continuer d’intervenir, tu évites ta pub pour ton blog (va rameuter tes alliés ailleurs)sur lequel ta fourberie se prépare à poursuivre cette longue campagne de diffamation trop longtemps exprimée sur ce blog!

    Tes procédés ont largement dépassés les bornes de ma tolérance.


  220. Je repose le commentaire de marianne supprimé en raison du motif évoqué ci dessus

    Marianne a dit :
    septembre 24, 2008 à 6:24 e

    mdr Wildo qu’elle cruche. C’est vrai c’est sidérant les filles qui crachent à la gueule et qui ont des avis tranchés sans concession. Mon dieu jésus marie Joseph boutin. Sans doute des possédées.

    Et puis ta collaboration tu te la serais pas inventée ? T’as rien refusé c’est moi qui ai dit non fianlement pas bonne idée. Le mensonge ça t’étouffe pas. C’est clair

  221. Lorycalque Says:

    « Marianne étant de loin je le reconnais, bien plus experte que toi à ce jeu là. »
    Tu plaisantes? Elle est où ton « équité »? Je n’ai jamais insulté personne ici, et encore moins usé d’un langage vulgaire à l’égard d’aucune intervenante. J’ai un blog et mon anonymat est relatif, on peut facilement me situer, savoir qui je suis et ce que je fais. Qui est M.la mariole? A-t-elle mis son fameux « mémoire » dont elle nous rebat les oreilles en ligne quelque part, qu’on puisse le lire que je me marre ? Et à part un parapluie vert elle a aussi un hidjab bien propret? Une militante islamiste, parce qu’elle n’est pas autre chose, en aucun cas une féministe. Et son unique raison de débarquer sur ce blog, c’est de caser son putain (tiens une fois n’est pas coutume je veux utiliser un mot vulgaire que je n’emploie jamais) de foulard.

    Non je n’accepte pas votre sens de l’équité que je qualifierais d’imbécile, selon lequel il faudrait mesurer exactement scrupuleusement le nombre de curés ou d’imams qu’on bouffe pour surtout ne pas défriser ces chers musulmans et je suis contre tout « accomodement raisonnable » signifiant islamisation. Si on a des problèmes avec le christianisme et particulièrement le catholicisme (et étant résidente en Italie je sais de quoi je parle et suis bien placée pour savoir la nuisance que représente le Vatican pour les femmes et le poids qu’il fait peser sur elles en s’insinuant dans les institutions), en France on en a beaucoup plus avec l’islam.

    Il a fallu plus d’un siècle pour en arriver à la loi de 1905, désormais battue en brèche non par le catholicisme mais bien par l’islam, et voir des menus hallal s’installer dans les écoles, des accompagnements de sorties scolaires par des voilées alors qu’on rejetterait, fort justement, les demandes similaires des bonnes-soeurs c’est le comble, et il faut vraiment etre aveugle pour ne pas s’en apercevoir ou etre de mauvaise foi pour ne pas vouloir le voir.

    On ne discute pas avec les militantes islamistes, on les combat.

  222. wildo Says:

    ce a quoi j’ai répondu :
    « wildo a dit :
    septembre 24, 2008 à 6:33

    Eh non Marianne …
    C’est moi qui te l’ai écrit par mail, je peux le ressortir.
    Avant cela rien de ta part m’indiquait un quelquonque désistement.

    Désolée pour toi. »

    voili

    quand au blog de marianne je ne m’inquiètes pas il ne reste jamais ouvert trop longtemps, faute de participants …
    ;-)

  223. wildo Says:

    on l’a même vu assez souvent créer plusieurs avatars pour faire les questions et les réponses …
    mdr


  224. Lory tu ne lâches jamais le morceau!

    Là j’en ai assez de vos pollutions à toutes les deux!

    lory va mener tes croisades ailleurs stp, beaucoup de blogs de droite se montreront particulièrement disponibles à ta prose.


  225. Quant à toi Marianne, continue de m’insulter si ça te chante mais cherche toi d’autres tribunes!

  226. Lorycalque Says:

    Moi je n’utilise la diffamation à l’égard de personne ni n’utilise les procédés retors et calomnieux de cette M. la mariole. Désolée, mais je n’accepte pas d’etre traitée selon la logique égalitariste de « l’accomodement raisonnable » dont procède le relativisme culturel.

    De toutes façons ta manière de présenter les choses atteint ses limites Mauvaise Herbe. Comme on a pu le voir avec l’affaire Truchelut/Demiati, les « accomodements raisonnables » finissent par susciter un mécontentement certain et il va bien falloir que tu prennes clairement position un jour ou l’autre sur la question du voile, pour ou contre, tu ne pourras pas éternellement louvoyer entre les deux.


  227. Je suis clairement contre la loi sur le voile, qui est une loi d’exclusion pour autant je refuse d’être qualifiée de pro-voile!
    Même si je comprends encore une fois le sens politique que peut représenter le « symbole » pour certaines! Mais je n’ai jamais considéré que le voile pouvait être assimilé à un outil d’émancipation féministe (ce qui est quasi le discours de marianne). Pour finir, je ne cautionnerai jamais une stigmatisation des femmes voilées et surtout pas au prétexte d’un universalisme occidental.


  228. En revanche l’école est un « outil » d’émancipation!

  229. wildo Says:

    Lory essaie de chopper la nuance de Mherbe qui évite une stigamtisation supplémentaire inutile au lieu d’en faire qu’un simple accomodement à « la solde de l’ennemi »…

  230. Lorycalque Says:

    « En revanche l’école est un “outil” d’émancipation! »

    Avec des menus hallal et des accompagnatrices de sorties scolaires voilées?

    Dans l’affaire Truchelut/Demiati (et je ne suis pas plus Truchelâtre que Ségolâtre), Demiati n’a pas été « stigmatisée » mais Truchelut injustement condamnée. C’est là qu’est la limite et je concorde pleinement avec cet article:
    http://sisyphe.info/spip.php?article2972
    (qui est bien un site féministe, pas un site de droite ayant pour vocation de stigmatiser les femmes voilées).

  231. Lorycalque Says:

    erreur de lien pardon:

    http://sisyphe.org/spip.php?article2781


  232. « Avec des menus hallal et des accompagnatrices de sorties scolaires voilées? »

    menu hallal ou poisson le vendredi pour d’autres et repas de noël… Pour ma part je n’ai aucun problème avec ça, que certains profitent comme les autres de la possibilité de respecter leurs croyances… ça enlève quoi aux autres?
    Le menu hallal est imposé à personne il me semble?
    Et puis tu voudrais quoi, qu’on oblige tout le monde à manger du porc par ex?

    Quant aux accompagnatrices voilées, jamais entendu parler de ça mais pourquoi pas? Pour rejoindre Delphy le voile ou les talons aiguilles…

    Quant à l’affaire Truchelut, et puis quoi encore, si demain je me pointe dans un gite habillée d’une façon pas conforme à la culture ou tradition, du ou de la propriétaire, elle aura raison de me jeter dehors? Parce que oui, le motif invoqué par Fanny Truchelut était « le respect des traditions ». Bref.

  233. wildo Says:

    Les « Truchelut » lesbophobes par exemples existent et on en fait rarement cas ;-)

  234. wildo Says:

    Pour éviter ce genre de prise de tête il faut que les choses soient balisées dès le départ …
     » gîte laic  » un truc comme ça

    Le voile pourrait servir aussi a créer un vrai champ de laicité, parce que le notre est un peu faux-cul parfois …

    Le premier article est très bon je trouve
    surtout les conclusions

  235. Lorycalque Says:

    « poisson le vendredi pour d’autres et repas de noël… »

    Le poisson le vendredi ça date de décennies en arrière et éventuellement c’est 1 fois par semaine, le repas de Noel une fois par ans. La bouffe hallal c’est tous les jours et ça a une autre incidence de par sa quotidienneté; nuance.

    « Quant aux accompagnatrices voilées, jamais entendu parler de ça mais pourquoi pas? Pour rejoindre Delphy le voile ou les talons aiguilles…2

    Non sans blague, jamais entendu parler MH? Tu te fous de qui là en niant ce que tout le monde sait meme moi qui suis expat? Tu peux aller serrer la paluche à Delphy, pour la mauvaise foi vous etes sur la meme longueur d’onde.

    « Les “Truchelut” lesbophobes par exemples existent et on en fait rarement cas ;-) »

    Bein là par exemple, expat ou pas, jamais entendu parler. Enfin c’était pas le problème de l’affaire, de toutes façons.

    ” gîte laic ”
    Il y aurait certainement à parler de ce que signifie « gite » dans le tourisme. Ce n’est pas le fil mais il existe des hotels qui ont opté pour une clientèle homo (masculine d’ailleurs comme par hasard). Mais oui, certainement, il faudrait que « laic » soit spécifié.

    « Quant à l’affaire Truchelut, et puis quoi encore, si demain je me pointe dans un gite habillée d’une façon pas conforme à la culture ou tradition, du ou de la propriétaire, elle aura raison de me jeter dehors? Parce que oui, le motif invoqué par Fanny Truchelut était “le respect des traditions”. Bref. »

    Pas bref du tout. Un gite est une structure touristique particulière, pas un hotel d’une chaine anonyme. Et Truchelut a évoqué toutes autres choses, informe-toi. Elle avait d’ailleurs reçu des hotes d’origine musulmane, ça a été prouvé, et l’accusation de racisme a du etre otée.

    Simple suggestion MH: toute la partie des posts relative à ce qui n’a rien à voir avec KKT, tu pourrais peut-etre la transfèrer ici:
    https://mauvaiseherbe.wordpress.com/2008/09/14/les-violences-masculines-contre-les-femmes-evolution-des-recherches-et-des-questionnements-feministes/
    où en fin de compte ça se trouverait plus à sa place. Mais n’est-ce pas, tu es « maitresse chez toi », et ce n’est pas moi qui vais te le dénier.

  236. Lorycalque Says:

    Et vous en dites quoi, d’une femme qui a commencé à bosser à 14 ans sur ordre d’un père patriarcal qui trouvait que c’était bien assez bon pour elle, qui a eu 4 enfants ( 2 avec une 1er mari et 2 avec le 2d, c’est un crime?), qui a 54 ans n’a aucune possibilité de sortir du chomage après la ruine quelui a causé son injuste condamnation? Que c’est bien fait pour sa gueule? que les femmes comme elles doivent solder la colonisation a des bonnes emmes comme la Demiati, un seul enfant à charge, militante islmiste et auditrice financière à laquelle l’école de la République a tout de meme permis de faire des études poussées, et qui de toutes façons à 32 ans a tout de mem plus de possibilité de se retrouver un job qu’une Truchelut, surtout si elle ote son voile?

    Tu me sors quoi là MH, Delphy et ses talons aiguilles?


  237. Bon je vais juste répondre très vite là dessus parce que de toute évidence, impossible que nous parvenions ne serait ce qu’à nous entendre sur le sujet.

    Bon écoute pour le motif « respect des traditions » je n’invente rien, contrairement à ce que tu voudrais laisser croire (sa lettre en réponse à C Fourest où ce motif est mentionné, à d’ailleurs été publiée sur le site « riposte laïque » -site que tu affectionnes il me semble particulièrement-) Ensuite, la pauvre femme soi disant ruinée, à largement profité de collectes publiques (et privées d’ailleurs) organisées notamment sur des sites de droite. Tu veux des liens? Pas le temps de chercher mais avec google tu devrais très vite trouver.


  238. … de droite et d’extrême droite d’ailleurs!

    Comme le choix de l’avocat, le soutien de de villiers… et j’en passe.


  239. « Un gite est une structure touristique particulière »

    Mais pas un club privé!

  240. wildo Says:

    De Villier ?
    eurpe ! …

    En politique faire comme en criminologie
    absolument tout passer au peigne fin
    avant de pouvoir tirer une conclusion quelle qu’elle soit …


  241. « Le poisson le vendredi ça date de décennies en arrière et éventuellement c’est 1 fois par semaine, le repas de Noel une fois par ans. La bouffe hallal c’est tous les jours et ça a une autre incidence de par sa quotidienneté »

    Un peu léger tes arguments? Flagrant délit en tout cas de mauvaise foi caractérisée! Comment tu veux ensuite ne pas être taxée de raciste culturelle?

  242. Lorycalque Says:

    Mais quelle légereté dans les arguments? Oui ou non le poisson le vendredi (et aujourd’hui très éventuellement) c’est une fois par semaine , le repas de Noel une fois par an et la bouffe hallal tous les jours?

    Quel choix d’avocat? La gauche bien-pensante y compris les féministe s’en est détournée comme d’une pestiférée. Aux abois elle a pris ce qu’elle a trouvé qui c’est proposé gratis. C’est une femme qui a un certificat d’étude primaire, meme si ce n’est pas l’idiote pour laquelle les MRAP et autre LDH machistes et pourris ont tenté de la faire passer, une femme qui en son temps a refuser de faire baptiser ses enfants et que les memes MRAP et LDH machistes ont tenté de faire passer pour une intégriste catho, pas une héroine de tragédie grecque! Celle qui se drape (c’est le cas de le dire) dans la tartufferie (avec le MRAP et la LDH), c’est la Demiati, pas la Truchelut!

    L’affaire Truchelut, toutes proportions gardées, c’est l’affaire Dreyfus au féminin du début de ce siècle et millénaire en France! Dreyfus était un militaire plutot à droite qui n’avait rien de particulièrement intéressant, mais il n’était pas coupable de ce dont on l’accusait!

  243. Lorycalque Says:

    “Un gite est une structure touristique particulière”

    Mais pas un club privé!

    Non c’est pas un club privé mais ni plus ni moins le logement chez l’habitant, et l’habitant est et reste maitre chez lui. Si ça ne plait pas on va ailleurs, chez Sofitel, Hilton ou Campanile, c’est « neutre » comme wikipedia.

  244. Lorycalque Says:

    Tu as des liens pour les collectes en faveur de la Demiati (Il a bien du y en avoir, non ?)


  245. Puisque selon toi c’est si simple, pourquoi a t’elle été condamnée?

    Bon je n’ai pas du tout envie de continuer à me laisser prendre en otage par ce détournement de débat que tu continues de provoquer. J’ai répondu à tes questions et l’affaire Truchelut a été de mon point de vue suffisamment abordée et débattue ici et là. Tu as il me semble largement exposé ton point de vue sur ce blog (encore une fois au détriment du débat entamé sur ce fil), exprimer est une chose assener en est une autre.


  246. « Tu as des liens pour les collectes en faveur de la Demiati (Il a bien du y en avoir, non ?) »

    Sans commentaire.

  247. Lorycalque Says:

    « Puisque selon toi c’est si simple, pourquoi a t’elle été condamnée? »

    Elle a été effectivement condamnée pour une raison d’une simplicité extrème: parce qu’il fallait un bouc-émissaire. Pour une raison qui n’en est pas une puisqu’elle est totalement injuste autant qu’abusive, et qui est de payer pour ce qui la dépasse largement, à savoir la mauvaise conscience nationale de la colonisation. Et qui se retrouve à devoir payer de sa personne? Une femme! Une femme qui n’a probablement jamais mis les pieds aux colonies d’antan, dont la famille n’a probablement jamais été coloniser personne et de surcroit: QUAND DONC LES FEMMES AVANT 1946 ONT-ELLES EU VOIX AU CHAPITRE? Les femmes n’ont jamais voté aucune loi sur les décisions colonisatrices, colonisées elles-memes, mariées avec ou sans leur consentement, non éligibles et non électrices, elles n’ont eu d’autre choix que de suivre le mouvement, que ça leur plaise ou non.

    D’ailleurs certaines accusations n’ont pas tenu la route et son t tombées d’elles-memes, comme celle de racisme.

    Elle a par ailleurs fait appel, le jugement sera rendu le 8 octobre je crois, et elle sera sans aucun doute acquittée.

    Mais qui lui remboursera la destruction que ces deux années de procès auront semé dans sa vie? Horia Demiati? Horia Demiati qui ELLE n’a pas perdu son job. Qui ELLE a porté un grave préjudice dans la vie d’une autre femme qui ne lui nuisait en rien, comme ça gratuitement, pour le plaisir de nuire, plaisir revanchard, sans qu’il ne lui en coûte quoi que ce soit puisque la loi lui permet de nuire impunément sous de fallacieux prétextes. Qui ELLE. a 32 ans, a toute une vie devant soi pour vivre, et nuire, en militant pour le port du voile dans les entreprises (parce que c’est ce qu’elle fait, son « bénévolat », ce n’est pas une militante islamiste pour rien).

    Fanny Truchelut nuisait à qui, en s’étant escrimée une vie durant pour mettre sur pied le reve de sa vie, à savoir un gite rural en empruntant?

    « “Tu as des liens pour les collectes en faveur de la Demiati (Il a bien du y en avoir, non ?)”

    Sans commentaire. »

    Ouais, ça vaut mieux. Parce que des collectes par le bouche à oreille, il a du y en avoir dans les mosquées, mais ça ne laisse pas de traces sur le web. Et qui sait, quelques petits versements discrets venus des « démocraties pétrolières » du moyen-orient, il y en a peut-etre eu aussi, il vaut peut-etre mieux ne pas chercher à savoir, hein, tu ne crois pas?


  248. Je vois que Virginie Despentes a réussi à créer des débats passionnés, ce qui était le but ! Merci pour cette interview, j’aime bien l’idée qu’il faut « conflictualiser » la question et pas en faire un domaine de petits arrangements et de demi-mesures. Mon avis sur King Kont théorie ici https://femmesdelettres.wordpress.com/2016/11/15/hors-serie-n-5-virginie-despentes/


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s